Ecouter le live sur Galère  Discutez avec les autres auditeurs de radio galère : 

 

Infos Mille babords

Syndiquer le contenu Mille Babords
Mis à jour : il y a 18 heures 10 min

Dîner & prises de paroles à la Friche pour la Marche La Roya-Calais

12. mai 2018 - 20:00

La Marche solidaire pour les migrants, qui est attendue les 12 et 13 mai à Marseille, s'arrêtera dans la soirée du samedi à la Friche de la Belle de mai, de 20H à 21H30, et sur Radio Grenouille, sur 88.8 FM.
Les marcheurs et leur escorte dîneront aux Grandes tables et entre 2 coups de fourchette, il y aura des prises de paroles : témoignages de migrants et d'aidants poursuivis par la justice, analyses de la réalité de la migration. Et des lectures, des interludes musicaux et théâtraux.
Radio Grenouille orchestrera ces échanges et les diffusera en direct pour celles et ceux qui ne pourront pas rejoindre cette marche de La Roya à Calais pour l'accueil des migrants en France, contre le délit de solidarité et contre le blocage des frontières.

www.radiogrenouille.com et 88.8 FM
Les Grandes tables, 41 Rue Jobin, 13003 Marseille
Téléphone : 04 95 04 95 85

Une soirée sur le Commerce équitable

12. mai 2018 - 20:00

Artisans du Monde présentera le 12 mai à 20H00 à l'Equitable Café une soirée sur le Commerce équitable avec la projection de deux courts métrages de José Huerta, produits par Artisans du Monde :
— "En route pour un café équitable" – 16 mn - Thématiques : L'histoire tourmentée du café – les pays producteurs – les types de producteurs – la concentration de la filière – la filière équitable – le prix – les modes de production – les principales étapes de production et de transformation – la commercialisation.
— "Cecovasa : une coopérative de café équitable" – 23 mn - Thématiques : L'organisation de Cecosava : origine, fonctionnement ; La situation des peuples indigènes : histoire et problématiques contemporaines ; Les enjeux liés à la culture du café : la « roya », l'orpaillage illégal et le narcotrafic ; La qualité comme outil de développement.
La projection sera suivie par un débat mouvant - Entrée libre.

Équitable Café, 54 cours Julien, 13006
https://equitablecafe.org/

Autour de "Pourquoi je suis athée" de Bhagat Singh

12. mai 2018 - 19:00

La Bibliothèque La Rétive à Alès propose le samedi 12 mai à 19H une discussion sur l'athéisme autour du livre "Pourquoi je suis athée" de Bhagat Singh (1930), traduit de l'anglais (Inde) par les éditions de l'Asymétrie, 2016, 128 pages, en présence des traducteurs & éditeurs de l'ouvrage.
Ce texte, écrit en prison en 1930 par celui que l'on a surnommé le « Che Guevara libertaire » indien alors qu'il est condamné à mort, constitue un brûlot, malmenant à la fois les religions, les castes, et le colonialisme. Encore très diffusé aujourd'hui en Inde, et au cœur de nombreuses récupérations, il exerce une influence toujours déterminante sur les luttes contre tous les fanatismes, notamment celles des blogueurs, éditeurs et libres penseurs d'Asie et du monde arabe. Ce combattant nationaliste indien a été pendu par les occupants britanniques en 1931, à l'âge de 24 ans.
Cette traduction est donc accompagnée des contributions de quatre de ses éditeurs, qui soulignent l'actualité de Bhagat et de ses combats. Les bénéfices tirés de la vente de ce livre sont reversés au site internet Mukto-Mona (Libre pensée), qui héberge les blogs de plusieurs athées bangladais.
Les éditeurs partiront de cet ouvrage pour parler de l'athéisme à travers le monde (dont le blog Solidaires athées se fait l'écho). Nous pourrons aussi discuter du danger de la religion et de la nécessité d'appréhender le monde dans sa réalité pour combattre l'exploitation et toute forme d'oppression.

La Bibliothèque La Rétive, 42 rue du faubourg d'Auvergne, 30100 Alès
laretive chez riseup.net
www.mukto-mona.com

Mai-juin 1968 par celles et ceux qui l'ont vécu.

12. mai 2018 - 17:30

L'association Promemo (Provence, mémoire et monde ouvrier) organise le samedi 12 mai à 17H30 , au Funiculaire (bar à vin) à Marseille, une table-ronde sur le thème "Mai-juin 1968 par celles et ceux qui l'ont vécu".
Avec les historiens de Promemo Gérard Leidet et Bernard Régaudiat qui donneront le cadre général sur la situation à Marseille en mai et juin 1968 avec une analyse spécifique sur ses répercussions chez les enseignants et les étudiants.
Deux sociologues qui ont participé à l'ouvrage "Marseille, année 68" interviendront également : Rachida Brahim sur le mouvement antiraciste et Charles Berthonneau pour le mouvement syndical.
Enfin Andre Jollivet, ancien président de la Maison de l'Architecture et de la Ville, décrira les profonds changements dans la conception même de l'architecture depuis cette période là.

www.promemo.fr/
Le Funiculaire, bar à vin, au 17 rue André Poggioli, 13006 Marseille
Téléphone : 04 91 37 77 98

Rencontre avec Jean-Roch Siebauer, Guillaume Monsaingeon, Corinne Esparon, lecture - concert de Fred Alpi

12. mai 2018 - 17:00

C'est avec joie que nous vous annonçons (enfin) l'ouverture de la librairie L'Hydre aux mille têtes le samedi 12 mai, à Marseille.
Nous vous attendons dès 17h afin de fêter le début de cette belle aventure.

Après des mois de travail sans répit, des litres de peinture, des kilos de tambouille, et pas mal d'huile de coude, le local décrépit du 96 rue Saint Savournin s'est transformé en librairie prête à vous recevoir.
Si nous sommes impatients de garnir les rayonnages des milliers de livre choisis avec soin, nous le sommes encore plus de voir cet espace prendre vie. Ami-e-s, lectrices, lecteurs (ou non), passant-e-s, habitant-e-s du quartier, gens d'ici et d'ailleurs, c'est avec vous que nous ferons de cet endroit un lieu d'échanges, ouvert et accueillant. Un lieu, en plein cœur de la Plaine, où nous pourrons partager bien davantage que nos lectures, entourés de livres porteurs de rêves et de rage.

Nous commencerons à 18h avec une rencontre avec Jean-Roch Siebauer autour de son livre Ici sont les lions, publié aux éditions Anacharsis. La discussion sera animée par Guillaume Monsaingeon, membre de l'Ouvroir de CARtographie POtentiel. Nous entendrons des extraits du texte lus par Corinne Esparon.

A 20h, nous poursuivrons avec une lecture-concert par Fred Alpi de son livre Cinq ans de métro, édité par Libertalia.

Et pour clôturer cette première soirée, le Malalatesta Crew nous fera danser au milieu des livres.

Les postiers appellent les usagers à défendre le service public

12. mai 2018 - 11:00

Les facteurs des 4ème et 14ème arrondissements de Marseille, en lutte depuis le 3 avril, organisent un rassemblement le samedi 12 mai à partir de 11h pour dénoncer l'attitude de la Poste lors de ce conflit : embauche massive d'intérimaires pour remplacer les grévistes, refus d'ouvrir de véritables négociations.
Nous appelons les usagers, les défenseurs du service public à ce rassemblement devant le centre courrier du Dôme, 46 avenue de Saint-Just, Métro Saint-Just.
Nous appelons également les usagers à exiger de la Poste de véritables négociations plutôt que d'essayer de casser la gréve, en interpellant la direction au 04 88 64 77 00 et en signant la pétition en ligne sur le site Change.org.
Selon le syndicat Solidaires, les facteurs du 4ème/14ème invitent à une « coagulation » de tous à un rassemblement pour peser en faveur du règlement rapide de ce conflit le samedi 12 mai à partir de 11h00, devant le centre de tri postal du Dôme.

La Marche Roya-Calais arrivera à Marseille le 12 mai

12. mai 2018 - 8:00

Du 1er mai au 7 juillet 2018, une marche est organisée entre la vallée de la Roya, à la frontière franco-italienne, et Calais, à la frontière franco-britannique, deux symboles de la politique de non-accueil de la France. La Marche se divise en 60 étapes d'une longueur moyenne de 25 km. Chaque participant inscrit verse une contribution de 1 € par km, et une participation de 10 € par jour aux frais d'hébergement, de repas et occasionnellement de transport.
L'organisateur est l'association humanitaire l'Auberge des Migrants, en lien avec ses partenaires du Calaisis et de la Vallée de la Roya. La logistique, ainsi que la sécurité des marcheurs, sont de sa responsabilité. Le financement de la marche fera appel, outre aux contributions des marcheurs, au soutien de citoyens et d'organisations (fondations, sponsors) pour promouvoir les droits des migrants. Les marcheurs marqueront une étape à Marseille les 12 et 13 mai. Un collectif s'est créé pour les accueillir et programmer des événements festifs et politiques autour de leur venue. La liste roya-mrs-calais est la liste de discussion de ce collectif.
Migrants : Laissez-les passer ! Accueillons-les ! Pourquoi cette marche ? Pour l'accueil des migrants :
– pour la liberté de choix par les migrants du pays dont ils veulent demander la protection,
– contre le blocage des frontières intérieures de l'Europe,
– pour le transfert de la responsabilité de l'accueil en France du Ministère de l'intérieur à une mission interministérielle ;
Pour la solidarité citoyenne : pour la fin du délit de solidarité, des entraves au travail des citoyens et des organisations d'aide aux migrants et pour l'ouverture de centres d'accueil inconditionnel, associant l'aide citoyenne.

https://www.roya-citoyenne.fr/2018/01
marche.auberge chez gmail.com

Trois courts-métrages de réalisatrice/teurs algériens

11. mai 2018 - 20:00

Dans le cadre du Festival Algérie Plurielle (21 avril-19 mai), le Manifesten propose le vendredi 11 mai à partir de 20H, la projection de 3 courts métrages suivie d'un débat :
— "Mor Lebhar" de Leïla Saadna - 2017, 19' : quatre personnages racontent par bribes leurs trajets migratoires vers l'Europe jusqu'à leur retour choisi ou forcé en Algérie. Ils parlent des circonstances qui les ont poussés à quitter leur pays, de leur recherche de liberté et de dignité mais aussi de leur déception et de l'humiliation vécue face aux systèmes bureaucratiques des demandes d'asile européens. Leïla Saadna est réalisatrice et artiste visuelle basée à Alger ...
— "Heureusement que le temps passe" de Ferhat Mouhali - 2011, 27' : Madjid, jeune fan de l'équipe nationale algérienne, se retrouve paralysé après un accident de voiture survenu à un retour de match. Impuissant face aux divers problèmes qui l'accablent dont le délabrement de l'hôpital, Ferhat, son ami, décide de faire un film qui témoigne de cette situation révoltante. Ferhat Mouhali réalise des films documentaires en Algérie et en France depuis plusieurs années. Son premier court-métrage Heureusement que le temps passe a obtenu le prix du jury du festival du film amazigh de Tizi Ouzou en 2012 et le prix du public de festival Point Doc en 2013...
— "Kouchet el Djir" de Amine Boukraa - 2013, 28' : Le réalisateur nous introduit dans un bidonville d'Oran. Houari, Tahar et Abdelkader nous emmènent à travers rêves et désillusions. Amine Boukraa est un réalisateur de documentaire de création. Pendant ses études en critique théâtrale à l'université d'Oran, il découvre le monde artistique, s'implique dans le théâtre et la musique. Amine participe en 2012 à l'atelier Béjaïadoc, formation de réalisation de films documentaires, c'est alors qu'il réalise Kouchet el Djir. En 2014, il s'installe en France et réalise plusieurs courts-métrages ...

Manifesten, 59 rue Thiers, 13001 Marseille, contact chez manifesten.fr
Tout le programme sur http://algerieplurielle.fr/

"Les migrant·e·s dans l'impasse des gouvernances"

11. mai 2018 - 19:00

La librairie Transit vous invite à la présentation, vendredi 11 mai à 19h, du dernier numéro de la revue Mouvements, titré "Les migrant·e·s dans l'impasse des gouvernances", dans le cadre de notre série de papotages sociologiques et militants autour des frontières et des migrations, de la préparation de la Marche pour les migrant·e·s qui passera à Marseille les 12 et 13 Mai et de notre mobilisation contre la loi "Asile et immigration".
Cette présentation se fera avec Anahita Grisoni (Université de Lyon, Laboratoire Environnement, Ville, Société), co-coordinatrice du numéro.
La crise dite « des réfugié·e·s » qui a pris l'Europe de court à l'été 2015 est en fait une crise de la gouvernance des migrations. Incapables de décider politiquement un plan d'urgence face à l'afflux de plus d'un million de migrant·e·s fuyant la Syrie, l'Irak, l'Afghanistan, l'Erythrée, la Somalie ou le Pakistan, les gouvernements européens ont délibérément évité leur prise en charge matérielle et humaine. Cette incurie criminelle relève avant tout de sombres calculs politiques : en se montrant intransigeants face à la détresse des migrant·e·s, la plupart de ces gouvernements croient pouvoir décourager les candidat·e·s à l'exil et espèrent que les flux se reporteront vers les rares pays ayant pris leurs responsabilités (l'Allemagne et la Suède) ou s'arrêteront dans les pays de transit. La stratégie est destructrice. Pour les vies de celles et ceux qui tentent de rejoindre l'Europe pour se protéger des guerres et des exactions ou trouver une vie meilleure. Pour le système du droit d'asile dont les principes sont consciencieusement bafoués par les innombrables obstacles posés au simple dépôt d'une demande et par les discours officiels qui prétendent que ces entraves se font pour le respect des droits humains. Pour les relations entre les États traversés par les migrants : l'utilisation cynique des pays de première entrée comme tampons où les migrant·e·s se concentrent dans des camps devenus de véritables prisons, en Grèce ou en Italie, et la transformation des pays de la périphérie de l'Europe en souricières – Turquie, Pays baltes, Libye, Balkans – vers où celles et ceux qui auront réussi à prendre pied en Europe seront expulsé·e·s sans état d'âme.

Transit.librairie . 45 boulevard de la Libération, 13001 Marseille
Tel : 04 13 04 02 60
transit.librairie chez gmail.com / http://transit-librairie.org/

Sans féminisme, pas de lutte efficace contre le néo-fascisme

11. mai 2018 - 18:00

organisée par la LDH section de Manosque & Bassin Manosquin, Association des Amis de l'Humanité des Alpes du Sud, l'Assemblée Citoyenne du Bassin Manosquin.
Entrée libre

Née en 1971 à Istanbul, Pinar Selek, est devenue le symbole d'une Turquie résistante qui doit continuer à penser, à créer, à s'organiser, à lutter malgré la répression.

En juillet 1998, DEA de sociologie en poche, elle est arrêtée, emprisonnée et torturée pour la forcer à donner les noms des personnes qu'elle a interviewées et notamment les entretiens qu'elle a eus avec des Kurdes.

Elle résiste et est alors accusée de terrorisme pour un attentat qui n′a pas eu lieu. C'est le début d'un acharnement politico-judiciaire kafkaïen qui en est aujourd'hui à sa vingtième année. Acquittée à quatre reprises – chaque acquittement étant suivi d'un appel – elle est à nouveau placée sous la menace d'une condamnation à perpétuité depuis janvier 2017.

Sa situation est exemplaire de l'acharnement du système politico-judiciaire turc à réprimer les libertés fondamentales.

Son seul crime sont ses combats aux côtés de groupes sociaux opprimés et ses engagements multiples pour la solidarité, la justice et les libertés fondamentales
Sociologue, enseignante, romancière, militante des droits de l'Homme et du féminisme, Pinar Selek, vit aujourd'hui en exil à Nice et enseigne les sciences politiques à l'Université Nice Sophia-Antipolis. Elle résiste à la torture psychologique que représente cet acharnement de 20 années contre elle et ses proches, et continue d'écrire et de participer à de nombreuses rencontres un peu partout en France et en Europe.

Son œuvre de chercheuse et d'écrivaine de premier plan, son courage politique, nous donnent des outils pour comprendre les phénomènes de domination et construire des stratégies de résistance.

Un témoignage précieux, indispensable.

Depuis son installation en France fin 2011, quatre de ses livres ont été publiés en français : Loin de chez moi… mais jusqu'où ? (2012), La maison du Bosphore (2013), Service militaire en Turquie et construction de la classe de sexe dominante. Devenir homme en rampant (2014), Parce qu'ils sont arméniens (2015).

L'Attesa (L'Attente en italien), un film de Florence Chirié

10. mai 2018 - 20:00

L'Equitable Café propose le 10 mai à 20H la projection de l'Attesa (L'Attente en italien), un film de Florence Chirié, autour de la vie de migrants dans le centre de l'Italie.
Dans une petite ville entre Toscane et Ombrie, des jeunes hommes demandeurs d'asile attendent que leur situation se régularise. Ils errent dans un quotidien morne, dont seuls les entraînements de foot brisent la monotonie.
C'est en travaillant en 2009 sur un film collectif à Cuba que Florence Chirié découvre la réalisation documentaire, une pratique qu'elle poursuivra en animant des ateliers vidéo. En 2014 elle intègre le Master « Métiers du Film Documentaire » à l'université d'Aix – Marseille et réalise alors son premier film, L'Attesa.
Florence s'intéresse depuis longtemps à la question de l'attente dans le parcours migratoire ; notion qui donne à voir la migration autrement qu'à travers ses causes individuelles et structurelles. C'est avant tout une histoire qui s'écrit au présent, faite d'étapes moins spectaculaires, de doutes et d'errances intérieures.
Avec délicatesse, Florence filme ce moment de suspension dans la vie des migrants qui rend impossible toute projection dans le futur.

Équitable Café, 54 cours Julien, 13006
https://equitablecafe.org/

Retour sur la manif du 1er mai à Paris

10. mai 2018 - 19:17

19h17 est un site internet qui produit, plusieurs fois par semaine, des articles d'analyse et de propositions communistes dans les luttes du quotidien.
Le local Camarade soutient cette plateforme en construction, en organisant un jeudi sur deux des discussions sur des sujets d'actualité relayés par le site.
Cette semaine : la manif à Paris : ça passe ou ça casse ?

Apéro - Discussion - Revue de presse

Les récents évènements du premier mai à Paris ont éveillé pas mal de débats, que ce soit dans les médias bourgeois ou dans la presse alternative.
La présence de deux cortèges séparés, la volonté de beaucoup de manifestants de s'approprier “leur” manif, conjointe à l'impuissance sur les lieux de travail ont débouché sur ces manifs dont même les caciques des bureacraties syndicales sont bien obligés de parler : si elles ne satisfont personne, elles ne peuvent plus être niées.
Ces critiques vont des plus ridicules ( Mélenchon n'a-t-il pas parlé de “fascistes” ?) aux plus pertinentes, en passant par pas mal de questionnements qui sont une bonne nouvelle pour les luttes : enfin, on pose la question profonde : la manifestation, pour quoi faire ?
En effet, il semble pour nous évident, d'une part, que toutes les déclarations de dissociation et de condamnation de la violence sont des formes de racket politique : elles consistent à dire, comme l'a fait le secrétaire général de Force Ouvrière : regardez les méchants casseurs ! Nous nous sommes la République, négociez avec nous, c'est nous la classe ouvrière !
En revanche, il est évident que la forme actuelle du cortège de tête est vaine, en ce qu'il ne sait pas “où il va” : pas de cible, encadrement policier, et surtout, c'est là le plus grave : aucun espace d'organisation collectif qui s'en revendique (comités d'actin ? Comités pour la grève ?…).

Alors, est ce qu'il faut voir le cortège comme une chronique d'une défaite ? Ou plutôt comme une identité en construction qui préfigure des choses bien plus intéressantes ?

Au local camarade, nous avons ce mois passé lancé un cycle sur la manifestation et les formes de la lutte ponctué par trois discussions publiques. Ici, on essaiera de faire une revue de presse de ce qui s'est dit cette semaine, et des problèmes que nous avons soulevé.
Quelle organisation pour le cortège ?
Quelle force peut-on tirer au travail de la force de la rue ?
Si la manif est une défaite obligatoire, pour autant, peu-on espérer des espaces d' organisation ?

Et à Marselha...on fait quoi ! ;)

On ouvre jeudi le local, à partir de 19h
La discussion commencera à 19h17 pile ;)
Don't be late !

Communiqué - Rassemblement le 14 mai pour un avenir commun dans le bocage lors du comité de pilotage.

10. mai 2018 - 18:11

/// Rassemblement le 14 mai pour un avenir commun dans le bocage !

— - 13h place du pont Morand à Nantes, lors du comité de pilotage.

#### A l'appel de COPAIN 44, ACIPA, des habitant.e.s de la zad, Naturalistes en lutte.

La vague d'expulsions sur la zad de notre dame des landes a suscité d'importantes mobilisations sur le terrain et des réactions à travers tout le pays. Après dix jours d'intervention, les destructions de lieux de vie ont été suspendues. Un dialogue a repris entre le mouvement et la Préfecture après le dépôt collectif d'un dossier présentant plusieurs dizaines de projets agricoles, artisanaux, sociaux ou culturels sur la zad. Ce geste collectif vise à mettre en avant ce qui lie profondément ses activités et l'usage commun des terres et ressources.

Mais la trêve apparaît extrêmement fragile : des centaines de gendarmes sont toujours déployés dans le bocage, maintenant une pression quotidienne et mettant à mal la possibilité même de mettre en oeuvre les travaux agricoles en plein début de saison. Le premier ministre a posé un nouvel ultimatum avec la menace d'une reprise des expulsions après le 14 mai. Alors qu'un cycle de rendez-vous est actuellement engagé sur la pérénnisation des projets, le gouvernement décidera-t-il de rompre une fois de plus unilatéralement le dialogue pour se livrer à une nouvelle opération de destruction ?

Au-delà des lieux de vie, certains projets agricoles en cours depuis plusieurs années sont aujourd'hui menacés sur des terres convoitées par d'autres agriculteurs. Le gouvernement doit trancher au plus vite pour que les parcelles concernées aillent à de nouvelles installations plutôt qu'à l'agrandissement d'exploitations existantes.

Le 14 mai va se tenir en préfecture un second comité de pilotage censé examiner les projets portés par les habitants de la zad. Nous – paysan.ne.s, associations, habitant.e.s, naturalistes qui avons défendu les terres de la zad contre le projet d'aéroport et nous projetons dans leur avenir - appelons à un pique-nique et rassemblement calme et déterminé devant la préfecture lors de la tenue du comité de pilotage.

Il s'agira d'y affirmer le refus de toute nouvelle expulsion sur la zad et d'y apporter un soutien aux différents projets présentés, à la vision coopérative qui s'en dégage. Nous refusons qu'on impose à ce qui s'est construit d'unique dans le bocage de notre-dame-des-landes les critères du modèle agricole classique dont on connaît partout les conséquences : désertification rurale, disparition des petites exploitations et individualisme entrepreneurial, sujétions aux groupes de l'agrochimie, dégradation continue des sols et de la biodiversité.

Nous souhaitons toujours pour notre part enraciner sur la zad une pratique des communs et d'une paysannerie solidaire, réellement soucieuse du soin du bocage et de l'environnement. Nous voulons toujours un territoire vivant et partagé, qui laisse la place à des manières de l'habiter qui ne soient pas qu'agricoles et à diverses formes
d'expérimentation sociales. Il faut que le temps nécessaire soit laissé pour un dialogue réel autour de l'avenir du bocage de Notre-Dame-des-Landes. Ceci implique un calendrier crédible et des délais tenables et la fin des ultimatums et des menaces. Le
rassemblement du 14 mai marquera la vigilance accrue de tous et toutes sur la suite du processus.

/// Pour un avenir commun dans le bocage !


Liste de communication de la ZAD de Notre-Dame-Des-Landes.
06.95.06.81.49
zadcontactpresse chez riseup.net

Zone A defendre - http://zad.nadir.org/

Se mobiliser face à une seconde phase d'expulsion de la zad

10. mai 2018 - 18:03

/// Se mobiliser face à une seconde phase d'expulsion de la zad

Le gouvernement annonce une seconde vague d'expulsion sur la zad de Notre-Dame-des-Landes. L'opération pourrait être lancée dès le 15 mai.

Nous n'avons aucune idée de son ampleur et de sa durée. Ce qui est certain, c'est que nous ne pouvons avoir aucune confiance dans les annonces officielles et que nous nous mobiliserons face à tout nouveau tri et expulsion des habitats de la zad. Malgré ceux qui, du côté du gouvernement ou parfois même malheureusement du mouvement, tentent d'ancrer des divisions, catégories et de faire monter la tension, nous maintiendrons une position de défense commune la plus large possible des
lieux de vie, réalités et activités qui s'entremêlent sur la zad. C'est cette ligne que nous avons souhaité tenir autant dans le cadre des négociations qu'avec les diverses formes de résistance et mobilisations sur le terrain depuis plusieurs semaines. Nous convions en ce sens à être prêt.e.s à réagir de nouveau sur la zad et partout ailleurs dès le 15 mai.

Concrètement, nous appelons à :

/// A se joindre au pique-nique-rassemblement du lundi 14 mai à 13h place du pont Morand à l'occasion du comité de pilotage.

/// A un rassemblement devant la préfecture à Nantes à 18h suite à une journée d'expulsion.

/// A des rassemblements et occupations sur les places des villes et devant les mairies et préfectures. Les comités de soutien peuvent signaler leurs rendez-vous et actions au site zad.nadir afin qu'ils soient relayés.

/// A une manifestation le samedi après une semaine d'expulsion à Nantes.

/// A une convergence sur la zad le dimanche après une semaine d'expulsion.

— - Divers espaces d'accueil seront mis en place, sur la zad, voir infos sur zad.nadir.org

Nous appelons les soutiens qui nous rejoignent pour résister sur place à :

faire attention à la possibilité d'une diversité de pratiques et de présences sur le terrain.

faire attention à nos voisins des bourgs alentours, aux travaux paysans et à laisser la circulation libre sur les routes hors des moments de résistance aux expulsions.

Vous pouvez suivre les infos sur zad.nadir.org ou en vous abonnant au compte twitter ZAD_NDDL

Des habitant.e.s de la zad.

La Marche Citoyenne et Solidaire Vintimille-Calais fait étape à Aix

10. mai 2018 - 17:00

En faveur de l'ouverture des frontières, de la liberté de circulation et d'installation des personnes, pour la fin du délit de solidarité, MARCHONS.

Avec le Collectif AGIR, la Cimade, la LDH, Amnesty, le CASA, le Secours Catholique, ATTAC, OLF13, UEF & et le café 3C

"Roya, fin octobre" & "Lettre à la prison"

9. mai 2018 - 20:30

Le Vidéodrome 2 à Marseille propose le mercredi 9 mai 2018 de 20h30 à 23h00, dans le cadre de la Marche solidaire pour les migrants de la vallée de la Roya à Calais, la projection de deux films :
— "Roya, fin octobre", de Loeiz Perreux, Raphaël Auger et Louis Paul – 2017, France, Documentaire , 25 min
— "Lettre à la prison", de Marc Scialom – 1969, France, Fiction, 70 min
Cette soirée de projection trace un chemin entre la Roya, près de la frontière italienne, et Marseille à travers ces deux films d'époques différentes.

Vidéodrome 2 : 49 Cours Julien, 13006 Marseille
Téléphone : 04 91 42 75 41

Une journée dans la vie d'Ali

9. mai 2018 - 17:30

UNIS CITE propose le mercredi 9 mai à 17H30 une pièce de théâtre "Une journée dans la vie d'Ali" au Théâtre de l'Oeuvre à Marseille, dans le cadre du projet Môm'en scène d'Anaïs Kadem et Djamila Abdou Mlanao, volontaires en service civique à l'association UNIS CITE.
Ce projet vise à lutter contre les discriminations par le biais du théâtre. Pour se faire, nous avons mis en place des ateliers théâtre dans le Collège Versailles, dans le 3ème arrondissement de Marseille et abordons cette thématique de manière ludique.
Alexandra Tobelaim nous a aidé à mettre en scène la pièce que nous avons écrite sur les discriminations. Cette pièce sera jouée par des jeunes de 11 à 16 ans, qui ont contribué à l'écriture. Un temps d'échange, animé par un professionnel est prévu à la fin du spectacle.
Durée de la pièce : Environ 40 minutes
Partenaires : Collège Versailles, Théâtre de l'Œuvre, Alexanda Tobelaim. Parrain : Michel Nougué

UNIS CITE, 29, boulevard d'Athènes, 13001 Marseille.
Théâtre de l'Oeuvre, 1 Rue Mission de France, 13001 Marseille
Téléphone : 04 91 90 17 20

Permanence du RESF 13 jeunes et familles sans papiers

9. mai 2018 - 15:00

de 15 h à 17 h tous les 1er mercredi du mois

MAIS en mai changement de date en raison des vacances scolaires.

resf13 chez no-log.org / 06 31 32 48 65
www.educationsansfrontieres.org

Marche mondiale contre Monsanto Bayer & Cie

9. mai 2018 - 13:12

Préparatifs pour la marche annuelle du samedi 19 mai à Marseille

Cela fait 6 ans que cette marche mondiale annuelle contre Monsanto - Bayer & Cio se déroule dans le monde et chaque année avec plus d'ampleur : jusqu'à 450 villes marchent parfois le même jour.
Le Collectif Stop Monsanto Marseille qui organise l'événement dans la cité phocéenne rappelle que la liste de toutes les actions et rassemblements du samedi 19 mai 2018 est consultable sur le site international de cette marche sur <https://www.march-against-monsanto....>
On y trouve, par exemple, les événements Facebook des villes qui ont répondu "présent" à l' appel de cette année. Si vous voulez y participer, envoyez un mail à addmymarch chez gmail.com pour qu ‘ils rajoutent votre action si elle n' y est pas déjà.
Le 19 mai 2018 se veut une journée joyeuse, de protestation et d' espoir alors n'hésitez pas à ajouter une action ou une rendez-vous à la Marche principale contre Monsanto qui devrait s'ébranler à partir de 14H, de l'ombrière du Vieux Port à Marseille.

Voir l'Agenda de Mille Bâbords : http://www.millebabords.org/spip.php?article31544
Page Stop Monsanto - Marseille ; https://www.facebook.com/StopMonsantoMarseille/
Contact : chez orange.fr> co-fondateur du Collectif Stop Monsanto Marseille

L'amour et la révolution

8. mai 2018 - 20:00

Dix ans après les premières émeutes, les médias ne parlent plus de la crise grecque. Tout laisse croire que la cure d'austérité a réussi et que le calme est revenu. Ce film prouve le contraire. Partout en Grèce des mouvements de résistance s'organisent à travers des actions concrètes.

Suivi d'une rencontre avec le réalisateur, Yannis Youlountas

France, Grèce / Durée : 1h17 / VOSTFR
entre 2,5€ et 6€

 
 
 
 
DESIGN DARK ELEGANCE | PORTED FOR DRUPAL 6 | ADAPTE PAR: JEREMY BASTIDE 

Powered by Drupal, an open source content management system