Ecouter le live sur Galère  Discutez avec les autres auditeurs de radio galère : 

 

Infos Mille babords

Syndiquer le contenu Mille Babords
Mis à jour : il y a 14 heures 53 min

Lettre d'information du site "La voie du jaguar"

29. janvier 2018 - 17:05

Source : https://lavoiedujaguar.net

Nouveaux articles

** Le 10 février à midi,
grandes déambulations carnavalesques
à la ZAD de Notre-Dame-des-Landes
**
par ZAD
23 janvier 2018

Depuis la décision du gouvernement, nous pouvons le dire clairement :
le 10 février sera un jour d'allégresse, l'occasion de fêter tous
ensemble la victoire du mouvement contre le projet d'aéroport et
d'enraciner encore un peu plus l'avenir de la ZAD.

Cette célébration se déroulera trois jours avant le Mardi gras, en
pleine période de carnaval. S'il est une fête qui permet de narrer
la geste des humbles chahutant les puissants, c'est bien celle-ci.
Nous souhaitons donc qu'elle vienne inspirer le ton, le rythme et
l'esthétique de la journée. Mais le carnaval dispose d'un autre
attrait : fête des passages, il survient quand l'hiver n'a pas encore
laissé place au printemps, que les jours peinent à rallonger, qu'une
saison vient de se finir sans qu'on ait encore basculé dans la suivante.
Autant d'allégories rappelant la fin de cette lutte d'un demi-siècle
contre l'aéroport qui laisse place à de nouveaux enjeux et combats,
ici et ailleurs. (...)
>https://www.lavoiedujaguar.net/Le-10-fevrier-a-midi-grandes-deambulations-carnavalesques-a-la-ZAD-de-Notre

** Notes anthropologiques (VIII) **
par Georges Lapierre
23 janvier 2018

"Ce principe de l'échange-don a dû être celui des sociétés qui ont
dépassé la phase de la “prestation totale” (de clan à clan, et de
famille à famille) et qui cependant ne sont pas encore parvenues au
contrat individuel et surtout à la notion de prix estimé en monnaie
pesée et titrée." (Mauss, 1950, "Première conclusion", p. 227.)

Dans cette première conclusion de son essai consacré au don,
Marcel Mauss passe directement des sociétés sans État qu'il vient
d'étudier à la société contemporaine qui est la sienne et où il existe
monnaie et "contrat individuel". Pour lui, il n'y a pas rupture mais
continuité. De la pensée du don qui anime la société kwakiutl ou la
société trobriand à celle de l'argent et du commerce qui nous anime,
il y a seulement un développement uniforme de la pensée, un raffinement,
au mieux un progrès et, j'ajouterai, un progrès nécessaire, qui se
trouve dans l'ordre des choses. Il ne note pas une modification profonde
entre l'homme et la pensée qui l'anime, il ne note pas une séparation,
un décalage, une transformation radicale de la pensée dans le passage
de l'échange-don à l'échange marchand. (..)
> https://www.lavoiedujaguar.net/Notes-anthropologiques-VIII

** Notre-Dame-des-Landes
Invitation à chantier collectif sur la D281
**
par ZAD
21 janvier 2018

Ce mercredi 17 janvier, nous venons collectivement d'obtenir une
formidable victoire, un signe fort pour toutes les autres luttes.
Nous voilà maintenant dans une nouvelle phase, pleine de possibilités
d'avancer ensemble, notamment sur des questions d'usage commun, comme
celle de la D281, dite "route des chicanes". Fermée par les autorités
dans le cadre du projet d'aéroport en 2013, cette route a été rouverte
par le mouvement dans la foulée. Elle a été pour de nombreuses personnes
un lieu de rencontres, de lutte, de vie et de créativité.

Aujourd'hui, l'ensemble du mouvement fait le choix de la rendre plus
ouverte et accessible à nos voisin·e·s et aux riverain·e·s des bourgs
alentour. (...)
>https://www.lavoiedujaguar.net/Notre-Dame-des-Landes-Invitation-a-chantier-collectif-sur-la-D281

** L'affaire catalane **
par Miquel Amorós
19 janvier 2018

Le défi que l'oligarchie politique catalane a exercé sur l'État
espagnol est surprenant, et plus encore vu de l'extérieur. Mais ce
qui est vraiment extraordinaire, c'est le soutien populaire obtenu,
en partie du fait de ses propres mérites, mais aussi pour avoir fait
converger dans le temps un certain nombre de facteurs favorables au
soi-disant "procès". La question catalane a frôlé la crise d'État.
Personne n'ignore que le catalanisme politique a participé à la
rédaction de la Constitution espagnole postfranquiste, et qu'il a
joué un rôle stabilisateur pendant la "transition" de la dictature
vers le système des partis amnésiques, facilitant à plusieurs reprises
la "gouvernabilité" de l'État dont il aspire maintenant à se défaire.
En contrepartie, il obtint des transferts substantiels. Probablement en
fonction des liens qu'il entretient avec le monde des émotions,
s'attache au nationalisme une disposition singulière à se développer
en tant que mode. Et l'une des règles d'or de la mode est
l'abolition du passé remplacé par un présent amnésique. (...)
> https://www.lavoiedujaguar.net/L-affaire-catalane

** Notre-Dame-des-Landes
Communiqué commun du mouvement anti-aéroport
suite à la décision du gouvernement
**
par ZAD
17 janvier 2018

Ce midi, le gouvernement vient enfin d'annoncer l'abandon du projet
d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes.

Nous notons que la déclaration d'utilité publique ne sera
officiellement pas prorogée. Le projet sera donc définitivement nul
et non avenu le 8 février.

Il s'agit bien d'une victoire historique face à un projet
d'aménagement destructeur. Celle-ci aura été possible grâce à un
long mouvement aussi déterminé que divers.

Nous voulons d'abord saluer chaleureusement aujourd'hui toutes celles
et ceux qui se sont mobilisé·e·s contre ce projet d'aéroport au cours
des cinquante dernières années. (...)
>https://www.lavoiedujaguar.net/Notre-Dame-des-Landes-Communique-commun-du-mouvement-anti-aeroport-suite-a-la

** Vers une médecine autonome et rebelle **
par Géronimo Diese
15 janvier 2018

Compañeras, compañeros, compañeroas zapatistas,

Je vous remercie de m'avoir invité, je remercie le Cideci de
nous recevoir et l'équipe d'appui à la commission Sexta pour
l'organisation de cette conférence. Avant de commencer mon exposé,
je souhaite m'excuser parce que j'ai choisi de faire cette présentation
en castillan que je parle très mal et non pas en tzotzil ni tzeltal.
Par ailleurs, le castillan n'est pas ma langue maternelle mais j'espère
que vous comprendrez quand même mes mots et que mes mots traduiront ce
que j'ai dans le cœur.

Maintenant, je me permets de me présenter : je suis chercheur dans une
institution publique en France. Mon travail consiste à comprendre
pourquoi certains parasites provoquent des maladies et comment les
combattre. Ainsi, tout en réalisant une recherche fondamentale, j'ai
choisi de participer à une science politiquement engagée qui puisse
servir à l'émancipation des populations dominées. (...)
> https://www.lavoiedujaguar.net/Vers-une-medecine-autonome-et-rebelle

** Notre-Dame-des-Landes
Sur la ZAD le 10 février 2018 à midi
Enracinons l'avenir
**
par ZAD
13 janvier 2018

Pourquoi converger massivement sur la ZAD le 10 février ?

Depuis des décennies, les 1 650 hectares de la ZAD sont menacés par un
projet d'aéroport climaticide, destructeur de terres nourricières, de
zone humides et de liens sociaux. En lieu et place de ce projet, des
paysan·ne·s résistant·e·s ont continué de vivre sur leurs terres et
de nouveaux·elles habitant·e·s sont arrivé·e·s dans les dix
dernières années. Il s'invente sur la ZAD des formes de vie,
d'habitats et d'agriculture fondées sur le partage, la rencontre, le
soin du vivant et des biens communs.

Le 9 février, la déclaration d'utilité publique du projet
d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes aura dix ans. Si le gouvernement,
à l'issue de la médiation nommée il y a six mois, décide enfin
d'abandonner ce projet mortifère, le 9 février marquera la fin
officielle de la déclaration d'utilité publique. (...)
>https://www.lavoiedujaguar.net/Notre-Dame-des-Landes-Sur-la-ZAD-le-10-fevrier-2018-a-midi-Enracinons-l-avenir

** Colombie
San José de Apartadó
Pas de paix pour la communauté de paix
**
par Traba
13 janvier 2018

Une fois n'est pas coutume, ce texte n'est pas écrit depuis là
où nous sommes.

Juste un petit pas de côté. Parce que les nouvelles qui nous proviennent
de Colombie ne sont pas bonnes. Parce que la paix n'est rien de plus
qu'un bout de papier signé à La Havane. Nous le pressentions. Nous en
avons la preuve aujourd'hui.

Depuis 2011, nous suivons et soutenons la Communauté de paix de San José
de Apartadó. Des hommes et des femmes, déplacés par le conflit, qui ont
décidé de vivre sans le bruit des armes. Ils ont créé leur propre
système d'éducation, de commerce équitable de cacao ; ils ont aussi
récupéré le savoir ancestral des plantes. Leur lutte ne s'est pas
faite sans larmes ni douleur, des centaines de morts depuis leur
création en mars 1997. (...)
>https://www.lavoiedujaguar.net/Colombie-San-Jose-de-Apartado-Pas-de-paix-pour-la-communaute-de-paix

LA VOIE DU JAGUAR
informations et correspondance pour l'autonomie individuelle et collective
lavoiedujaguar chez riseup.net • http://lavoiedujaguar.net

BUS Notre-Dame-Des-Landes Départ Aix Marseille

28. janvier 2018 - 16:01

départ 9 février 21h 00 marseille 21 h30 aix en provence. Retour départ dimanche matin de notre dame des Landes.

Aller retour (100 euros) ;

si intéressé-es envoyer un mail à
lecollectifclimatpaysdaix chez gmail.com
pour réserver.
Nous ne sommes pas assez nombreux-ses

chèque à déposer à solidaires 13 (29 bd Lonchamp) ou au café associatif 3c à Aix au nom de NOEL SOPHIE (enveloppe Bus NDL SOPHIE collectif climat- chèque à NOEL SOPHIE)

hébergement sous tente ou voir sinon sur le site national pour de l'hébergement militant ou hotel. Prévoir pique nique tente et duvet et vêtement chaud et imperméable.
il faut remplir ce bus si on veut monter tous-tes ensemble . Il reste plus de 20 places !!!! donc diffuser
Nous avons donc besoin de recevoir les chèques avant le voyage c'est à dire le plus tôt possible !! pas de chèque pas de voyage

Inauguration du local du collectif Soutien Migrant.e.s 13

28. janvier 2018 - 14:00

Ce dimanche 28 janvier 2018 de 14h à 19h
8, rue Barbaroux, à côté de l'église des Réformés

Le Collectif Soutien MigrantEs 13 / El Manba est en pleine ébullition !
Entre les permanences juridiques, l'accueil et l'hébergement aux copains et copines, les actions et les manifestations multiples, l'organisation et le suivi des Mineurs à Pressenssé, les cours de français, la mise en place de nouvelles activités, les réunions, la friperie, ... le local est plus que jamais très investi.
Il faut dire qu'en décembre dernier, des copains ont bossé à fond et ont redonné de la gueule au local, filant ainsi un coup de moral et une envie sans précédent de faire vivre le lieu pour et par tout le monde.
Il est donc grand temps de vous présenter le nouveau lieu et les activités qui font Al Manba !

Il nous fait donc plaisir de vous inviter à une super journée ce dimanche 28 janvier 2018, dès 14h.Tables d'informations, présentations des activités et actions, expo photos, apéro, musique pour votre plaisir.
Faites tournez le mot, l'invitation, apporter des choses à grignoter et boire si vous voulez, passez le mot.
Cette journée sera l'occasion de se rencontrer, de se (re)connaître, de tisser des liens, de créer de nouvelles envies, de proposer de nouveaux projets, d'approfondir nos rapports.
On vous attend !!

Collectif Soutien MigrantEs 13.

L'universalisme, un outil ? Lequel ? Pour qui, pourquoi, comment ?

27. janvier 2018 - 19:00

La bibliothèque La Rétive à Alès organise samedi 27 janvier à 19H un débat autour de "L'universalisme, un outil ? Lequel ? Pour qui, pourquoi, comment ?" en présence de Sandra C., auteure du texte « Le postmodernisme ne casse pas des briques ». (À lire sur laretive.info)

Dans une société divisée en classes, dans laquelle le rapport capital-travail prédomine, on assiste depuis le début des années 1980 à l'abandon de l'analyse de classes et d'un sujet émancipateur universel, le prolétariat, au bénéfice d'une multitude de sujets censés le remplacer : femmes, homosexuels, « racisés », etc.

Ces groupes porteurs de revendications particulières visent essentiellement à une reconnaissance de l'État, et trouvent appui auprès d'une part non négligeable de ceux qui se disent porter un projet de transformation radicale de la société. Pour comprendre cette abdication du projet d'émancipation universelle et l'allégeance aux discours identitaires qui ne font qu'accompagner la logique du capital, nous analyserons le postmodernisme en tant que rejet de la raison critique, de l'histoire et de l'universalisme. Aussi nous interrogerons le contenu historique de celui-ci, à travers les Lumières, la pensée de Marx et l'histoire des luttes prolétariennes, pour enfin en venir aux perspectives de luttes à mener.

Repas en Auberge espagnole : chacun(e) ramène à manger et à boire.

Bibliothèque La Rétive • 42 rue du faubourg d'Auvergne • Alès
Permanence tous les mercredis et samedis de 15 à 19 heures
laretive-at-riseup.net • https://laretive.info

Soutenir une faucheuse de chaises dans une agence BNP-Paribas

27. janvier 2018 - 15:45

Samedi 27 janvier à partir de 16 heures ATTAC Aix propose une action citoyenne pour demander la relaxe d'une militante d'Attac, convoquée au Tribunal de Carpentras pour vol en réunion.

Le 6 février à 8H30 Nicole Briend, militante d'Attac, ancienne proviseure du lycée de Vitrolles est convoquée au tribunal de Carpentras pour vol en réunion et refus de donner ses empreintes ADN. Nicole Briend, militante d'Attac, est poursuivie pour sa participation à une action symbolique de fauchage de chaises dans une agence BNP Paribas. Ces actions symboliques, non violentes, ont notamment permis d'obtenir la fermeture des filiales de BNP Paribas aux îles Caïmans. Alors que l'évasion fiscale pratiquée par les plus riches et les multinationales représente un manque à gagner annuel de 60 milliards d'euros pour les finances publiques en France, c'est une injustice de poursuivre celles et ceux qui, par leurs actions militantes et désintéressées, mettent en lumière ce scandale.
Une action symbolique de soutien aura lieu à Aix-en-Provence le samedi 27 janvier dans différents lieux emblématiques du centre ville d'Aix. Au programme : théâtre de rue « 3 chaises contre des milliards », et information du public...
ATTAC propose un rendez-vous à 15h45 au bas du cours Mirabeau, côté cinéma.

Assemblée générale annuelle d'ATTAC Marseille

27. janvier 2018 - 15:30

L'Assemblée Générale Annuelle d'Attac Marseille aura lieu le Samedi 27 Janvier de 15h30 à 21h00 dans notre local du 29, boulevard Longchamp à Marseille.
L'assemblée générale est chaque année le moment où l'association fait le point sur l'activité de la période écoulée, arrête les comptes et adopte des orientations pour les mois futurs. C'est aussi le moment où les rapports statutaires et les résolutions sont soumis à l'approbation des adhérent.e.s.
L'AG se terminera par un apéro buffet dînatoire « festival de la soupe » et à 20H une représentation de la pièce de Jean Giono "l'homme qui plantait des arbres" par le groupe Théâtre..

Assemblée extraordinaire de Mille Bâbords

27. janvier 2018 - 15:00

Aux adhérent.e.s individuel.le.s et aux associations adhérentes,

Lors de la dernière AG du Jeudi 23 novembre 2017 nous vous avons fait part de la situation financière très préoccupante de notre association. Animé e s par le désir de voir continuer le projet de Mille Bâbords ainsi que le maintien du lieu, nous avons ensemble réfléchi aux possibilités à mettre en œuvre pour lui assurer un futur.
De ce questionnement a émergé la nécessité vitale de solliciter plus particulièrement les ASSOCIATIONS (ce terme générique inclue les associations loi 1901 ou de fait, les collectifs, les syndicats, les organisations politiques) adhérentes.

Il est sûrement utile de préciser que cet effort exceptionnel doit se concentrer sur l'année 2018, en se donnant le temps et les moyens de passer un cap difficile et rétablir un fonctionnement moins exigeant pour l'année suivante.

Rappelé dans le CR de cette AG diffusé à tous les adhérent e s individuel le s et asso., nous avons décidé de demander dans un délai de trois semaines les réponses de chaque asso. pour un engagement d'une contribution MENSUELLE en plus de leur cotisation annuelle(*) et de leur PAF pour leurs réunions.
Nous avons aussi souhaité qu'un membre au moins de chaque asso. adhère individuellement - ce n'est pas toujours le cas - ce qui a pour avantage d'avoir une voix pour le vote dans les AG.

Nous avons annoncé à titre indicatif que cette contribution supplémentaire devrait être à la hauteur de 30€ PAR MOIS en moyenne ce qui nous assurerait avec certitude la viabilité de l'activité dans le lieu. Nous avons aussi décidé du principe d'une AG extraordinaire en JANVIER pour faire ensemble le point et récapituler globalement les engagements financiers de chaque asso.

Avec la participation de toutes les actrices et acteurs du projet de MB, nous allons devoir en CONCLURE UNE PERSPECTIVE pour l'avenir de notre association. La présence de toutes et tous est vivement souhaitée dans ce moment décisif et stratégique.

L'équipe de coordination a décidé de convoquer une

Assemblée Générale Extraordinaire
le samedi 27 janvier 2018 à 15 h
à Mille Bâbords, 61 rue Consolat, 13001

À l'ordre du jour :

Un point sur la situation financière actuelle et un prévisionnel annuel :
Un récapitulatif des engagements des asso. (**) : contributions mensuelles et adhésion d'un membre au moins ;
Un récapitulatif de la collecte des dons depuis octobre :
Un temps de discussion,
Prise de décision collective sur l'avenir de l'association

RAPPEL : seul.e.s les adhérent.e.s à jour de leur cotisation ont le droit de voter.
en pj les bulletins d'adhésion individuelle et assos.

NOTA BENE :
• En cas d'absence, n'hésitez pas à utiliser un POUVOIR (en PJ à cette convocation) ; il peut être donné à un.e participant.e qui portera votre voix.

• La COLLECTE DE DONS sur le site helloasso.com continue et que celles et ceux qui ont déjà contribué soient ici chaleureusement remercié.e.s.


(*) la cotisation annuelle souhaitée pour une asso. est de 120€ (ce qui a été acté par la modification du règlement intérieur du 23/11/17)

(**) Avant même la tenue de l'Assemblée Générale, nous invitons les asso. qui ne l'ont pas encore fait, à nous faire part précisément de leur contribution financière, dès maintenant, PAR COURRIEL à contact chez millebabords.org.

Pouvoir
Bulletin d'adhésion individuelle
Bulletin d'adhésion asso

Hommage aux sans abri décédés dans la rue

27. janvier 2018 - 14:30

L'association "Action froid" et le collectif Marseille Solidarité Humaine (MSH) organisent le samedi 27 janvier à 14H30 à Marseille une marche de solidarité intitulée : "En hommage aux sans abris qui sont décédés dans nos rues". Par la même occasion une campagne d'information et de sensibilisation sera mise en place par les organisateurs.
Le cortège partira de l'ombrière du Vieux port à Marseille et les manifestants marcheront jusqu'aux Réformés, place Léon Blum, où une minute de silence et un lâcher de ballons sont prévus.
L'association Action froid a été créée en février 2012, un hiver particulièrement rude à Paris, pour venir en aide aux sans abri à la rue. Elle récolte des vêtements et organise des maraudes à la rencontre des sans abri. Elle a plusieurs antennes locales en France dont notamment à Calais auprès des migrants.

Manifestation contre l'attaque de l'armée turque à Efrîn

27. janvier 2018 - 14:00

Manifestation le samedi 27 janvier dès 14h au Vieux Port :
Depuis le 20 janvier, l'armée turque attaque la région d'Efrîn au Rojava, bombardant les populations civiles et les forces kurdes des YPG, qui ont été depuis plusieurs années en première ligne dans les combats contre l'Etat islamique et veulent établir un nouveau modèle de société plus juste, plus égalitaire, dans la récente Fédération de Syrie du Nord.

Pour soutenir la résistance des YPG et affirmer que l'armée turque d'Erdogan doit cesser son assaut et se retirer, rendez-vous samedi 27 janvier à 14 heures au Vieux Port pour une manifestation, dont voici l'appel :

Appel à la solidarité avec Efrîn bombardée par l'armée turque :

"Les avions de guerre turcs bombardent la ville kurde d'Efrîn, au nord de la Syrie. De nombreux civils ont été tués ou blessés.

Depuis le samedi 20 janvier, les avions de guerre turcs bombardent la région d'Efrîn sans discontinuité. Au moins des dizaines de civils ont été tués et plusieurs combattants kurdes sont tombés dans les bobmardements de l'aviation turque. On compte par ailleurs de nombreux blessés. Ces bombardements menés avec l'aval de la Russie visent non seulement les Kurdes, mais aussi les autres peuples de la région (Arabes, Assyro-Chaldéens, Arméniens). Par ailleurs, Efrîn ayant été jusqu'à présent l'une des régions les plus sûres de Syrie, elle abrite autant de déplacés internes que le nombre de ses habitants d'origine.

Depuis 7 ans, la Syrie est embourbée dans une guerre internationale qui a fait des centaines de milliers de morts et jeté des millions de personnes sur les routes de l'exil. Après que les forces de Daesh aient été chassées de tous leurs fiefs en Syrie, principalement grâce au combat mené par les Kurdes, on a pu espérer que cette guerre arrive à son terme. Mais l'espoir vient d'être anéanti par l'Etat turc et son président Recep Tayyip Erdogan, ainsi que ses alliés, Al Qaeda (Heyet Tahrir al-Sham) et l'Armée Syrienne Libre. Cela veut dire un nouveau conflit meurtrier qui va plonger la région dans un chaos renouvelé et une crise humanitaire internationale.

Ni le Canton d'Efrîn, ni les autres cantons kurde de Syrie n'ont jamais attaqué ou menacé d'attaquer la Turquie. A l'inverse, la Turquie n'a cessé de menacer ces régions contre lesquelles elle a mené des attaques sporadiques au cours des dernières années. L'offensive que mène actuellement la Turquie constitue une "attaque contre un Etat souverain", une occupation de son territoire, un crime de guerre. Elle est identique à celle menée par Daesh contre le canton de Kobanê en 2015.

Nous appelons les peuples et toutes les forces démocratiques à manifester leur solidarité avec les Kurdes et les autres composantes de la population d'Efrîn, et à condamner l'invasion génocidaire de la Turquie.

Nous appelons les Nations Unies, la communauté internationale et la coalition anti-Daesh à prendre des mesures urgentes pour mettre fin à cette agression qui menace la vie de centaines de milliers de personnes.

Nous appelons le Conseil de Sécurité des Nations Unies à agir rapidement pour mettre en place des zones d'exclusion aériennes au nord de la Syrie. Cela apportera une solution à la crise syrienne, dans le cadre d'une protection internationale.

Nous appelons la communauté internationale à briser son silence qui légitime les graves violations des droits humains résultant de ces attaques.

C.C.D.K Marseille - 33 bd Burel 13014

Retrait de l'armée turque du canton d'Efrîn ! Liberté et autonomie pour sa population !"

Pour en savoir plus et vous tenir informés de l'actualité sur le sujet, consultez les sites Kedistan et Rojinfo.

Repas Soutien à "ATHIA NU DEM" CONNEXION

27. janvier 2018 - 12:30

Repas Soutien à "ATHIA NU DEM" CONNEXION samedi 27 janvier à la Cantine du midi à partir de 12h30.

"ATHIA NU DEM" CONNEXION veut dire en wolof "on y va", l'idée c'est de donner un peu plus de corps à des connexions artistiques, culturelles et politiques déjà existantes par le biais de personnes vivants à Dakar, Ouagadougou et Marseille. C'est pas un énième projet humanitaire, mais juste des amitiés teintés d'internationalisme qui veulent se donner un peu plus de moyens financiers. Dans un premier temps, c'est acheter du matos sons pour aller enregistrer avec des rappeurs du quartier de Dalifort à Dakar, payer des billets Ouaga-Dakar et faire de la radio pour diffuser la parole ici et là-bas de celleux qui s'bouge ensemble au quotidien.

Le repas est préparé par un collectif de personnes cuisinant à la Cantine du Midi tous les 4e samedi du mois.

Au menu : Salade crudités croquants, lentilles jaffariennes et briques savoureuses + Gateau au pommes

Prix : Plat & dessert à partir de 5 euros.

Journée de soutien et de lancement du Carnaval de la Plaine 2018

27. janvier 2018 - 12:00

Le Collectif d'organisation du Carnaval indépendant de la Plaine, de Noailles et des Réformés annonce comme chaque année une journée de lancement de sa 19ème édition, le samedi 27 janvier à partir de 12H00, afin d'informer la population de Marseille de la tenue du Carnaval 2018, prévue le 18 mars, et aussi pour financer la préparation de ce Carnaval prestigieux qui ne bénéficie d'aucune subvention !
Dès midi une déambulation se déroulera sur la place Jean Jaurès autour des stands du marché traditionnel du samedi dans le sillage de la chorale La Lutte enchantée et des tambourins de la chanteuse Maura Guerrera, dans le plus joyeux esprit du Carnaval.
Puis à 13H00 ce sera un grand repas en fanfare, une "auberge espagnole" (chacun et chacune apporte quelque chose à boire et à manger en commun). Pour les étourdis et les lève-tard il y aura aussi des merguez hallal et du vin chaud italien !
Entre 15 h30 et 19 h, on ira se mettre au chaud à la Maison Hantée, au 10 rue Vian pour un grand loto de soutien avec des lots mirobolants offerts par des commerçants et des habitants de La Plaine. Ceci pour financer la fabrication des chars, affiches et autres atours du Carnaval qui, comme chaque printemps, fête la mort de l'hiver et de tous les soucis petits et grands qui ont marqué l'année précédente.
Et enfin à 21H00 on finira la journée au Bar de La Plaine avec un concert de Jagdish qui mixe la
musique jamaïcaine, le folklore mauricien et le ragga marseillais. Rdv au 57 place Jean Jaurès.

TOUJOURS DEBOUT - Documentaire de Luc Joulé - 2009

26. janvier 2018 - 19:00

HIVER 2018

Cycle "Portraits" de l'Association "images et paroles engagées"

Un homme, son rêve et sa route, une ville... Aujourd'hui, à Marseille, au bout de sa car-
rière de boxeur professionnel, Mustapha Hame nous raconte son histoire. Pour décro-
cher son rêve de gosse, Mustapha a repris trois fois le même chemin. Trois champion-
nats d'Europe. Trois combats. Trois échecs. L'entraînement de Mustapha rappelle, dans
un étrange raccourci, la « galère » de ses 10 premières années de boxeur « clandestin » à
Marseille, sans papier ni nationalité. Aujourd'hui, au bout de sa route de boxeur pro-
fessionnel, Mustapha a beaucoup donné, sans avoir beaucoup reçu en retour. Pourtant,
il veut continuer à partager, à transmettre son expérience. Même s'il a pris des coups,
Mustapha est toujours debout.

En présence du réalisateur et de l'acteur principal

Projection accompagnée d'une exposition photo, Boxing sur le club de quartier ,
le boxing club St Louis (proposée pendant une semaine)

« Je ne me souviens de rien » Film de Diane Sara Bouzgarrou

25. janvier 2018 - 19:30

Décembre 2010 : la révolution éclate en Tunisie, le pays de mon père. Les cris de fureur du peuple tunisien rejoignent d'une étrange manière l'agitation intérieure qui grandit en moi depuis quelques semaines. Traversant au même moment un épisode maniaco-dépressif d'une grande intensité, je suis diagnostiquée bipolaire et entre en clinique psychiatrique. Au sortir de cette longue dépression, je n'ai presque aucun souvenir de ce moment de vie.

Me restent des dizaines d'heures de rushes, des centaines de photos, deux carnets remplis d'écrits, de collages, de dessins, précieuses traces palliant à mon amnésie. Plus de quatre ans après, ces quelques mois de ma vie restent encore inaccessibles à ma mémoire. Le projet de ce film : la reconstituer et tenter de montrer la réalité de cette maladie.

Rendez-vous le 25 janvier à 19h30, entrée à prix libre

Retrouvez l'événement sur facebook.
Plus d'info sur le site de Doc(k)66

Je ne me souviens de rien - Diane Sara Bouzgarrou - bande annonce from Triptyque Films on Vimeo.

Soirée du Peuple : Palestine

25. janvier 2018 - 19:00

Jeudi 25 janvier 2018 à 19h
Au 35, Impasse Granet, 13100 Aix-en-Provence

Les Jeunes Communistes d'Aix-en-Provence orgainisent en partenariat avec l'Union Générale des Etudiants de Palestine (GUPS Aix-Marseille) une projection débat autour du film "When I Saw You".

Sorti en 2012 et réalisé par la cinéaste palestinienne Annemarie Jacir, ce film nous emmène dans un camp de réfugiés palestiniens en Jordanie après la guerre des 6 jours où un jeune garçon de 11 ans décide de retrouver son père et sa terre. Il trouvera sur son chemin un camp d'entrainement de fedayin.

Pour plus d'informations sur le film se rendre sur : http://whenisawyou.com/ !

Soyons nombreux à témoigner notre solidarité au peuple palestinien !

Vive la Résistance Palestinienne !
Vive la Palestine !

Un maure dans la sierra, de Rénia Aouadene

25. janvier 2018 - 19:00

Un maure dans la sierra est inspiré de la vie de rabah Oussidhoum. Membre du parti communiste, anticolonialiste, il s'engage dans les Brigades Internationales pour combattre la monté du fascisme en Espagne.
Ce roman rend hommage aux hommes venus du Maghreb et du Moyen-Orient, se battre aux côtés de ceux qui avaient un idéal de liberté, histoire ignorée de tous.

Rénia AOUADENE est née à Marseille de parents originaires du village d'Iboulaouadene (wilaya de Bejaia) en Kabylie – Algérie.
Fille d'un militant nationaliste algérien assassiné pendant la guerre d'Algérie, elle grandit dans la banlieue marseillaise.
Enseignante en Lettres- Histoire pendant de nombreuses années dans un Lycée des Métiers, elle est aujourd'hui Professeur d'Espagnol dans le cadre de Projets européens et d'échanges avec l'Espagne.

Toujours plus pour les riches

25. janvier 2018 - 18:30

Le Comité local d'Attac La Ciotat organise le Jeudi 25 janvier à 18H30 un débat pour la sortie du livre "Toujours plus pour les riches, Manifeste pour une fiscalité plus juste". La disussion sera animée par le co-auteur de l'ouvrage, Vincent Drezet, membre du Conseil scientifique d'Attac.
Ce manifeste présente des proposition de réformes adaptées aux vraies préoccupations sociales et écologiques pour réduire les inégalités, protéger la planète, mettre fin à l'impunité fiscale et contraindre les multinationales à payer l'impôt là où elles développent leur activité.

https://local.attac.org/13/laciotat/
laciotat chez attac.org

grandes déambulations carnavalesques à la ZAD de Notre-Dame-des-Landes

25. janvier 2018 - 2:41

Depuis la décision du gouvernement, nous pouvons le dire clairement : le 10 février sera un jour d'allégresse, l'occasion de fêter tous ensemble la victoire du mouvement contre le projet d'aéroport et d'enraciner encore un peu plus l'avenir de la ZAD.

Cette célébration se déroulera trois jours avant le Mardi gras, en pleine période de carnaval. S'il est une fête qui permet de narrer la geste des humbles chahutant les puissants, c'est bien celle-ci. Nous souhaitons donc qu'elle vienne inspirer le ton, le rythme et l'esthétique de la journée. Mais le carnaval dispose d'un autre attrait : fête des passages, il survient quand l'hiver n'a pas encore laissé place au printemps, que les jours peinent à rallonger, qu'une saison vient de se finir sans qu'on ait encore basculé dans la suivante. Autant d'allégories rappelant la fin de cette lutte d'un demi-siècle contre l'aéroport qui laisse place à de nouveaux enjeux et combats, ici et ailleurs. Ne nous y trompons pas, le carnaval ne célèbre pas un changement d'ère, il l'accompagne, voire le suscite. Rite grâce auquel on se projette ensemble dans l'avenir, confiants face à nos incertitudes, il est le premier jour des saisons futures.

Le 10 février, deux cortèges forts de musiques et de chants partiront donc du Gourbi et de Saint-Jean-du-Tertre aux alentours de 13 heures. Nous vous y convions déguisés autour d'un thème large et équivoque : « Nous sommes bocage. » Revêtez vos plus belles cornes de buis, arborez un superbe pelage de boue ou des plumes de granit… peu importe, nos costumes seront du bois dont on a défendu et sauvé cette terre. Armés de cette exubérance, nous pousserons des chars et des charrettes pleines d'objets. Nous avons besoin de vous pour les remplir. Nous vous proposons d'apporter des représentations de choses qu'il vous tiendrait à cœur de voir disparaître avec l'aéroport. Certaines luttes sœurs envisagent déjà de construire de grosses maquettes en carton symbolisant ici un méga-transformateur aveyronnais, là une poubelle nucléaire meusienne, ou encore un TGV transalpin. Ce sera donc le moment de mettre en avant nos combats communs et la solidarité entre nos luttes. Mais rien n'exige de limiter notre imagination à des infrastructures ou des GPII [1], et nous sommes sûrs que les idées ne vous manqueront pas pour illustrer ce contre quoi vous luttez.

Les cortèges convergeront jusqu'à la ferme de Bellevue où un énorme Caramentran représentant l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes nous attendra. Grâce aux bagagistes du mouvement, nous l'agrémenterons de tous les objets trimballés dans les défilés puis nous laisserons le soin à l'animal totémique le plus célèbre de la ZAD d'y bouter le feu. Nous n'aurons plus qu'à danser et chanter à nos succès passés et à venir.

En vous espérant nombreux, joyeux et toujours déterminés.

Source : zad.nadir.org • 22 janvier 2018.

Notes

[1] Grands projets inutiles et imposés (note de “la voie du jaguar”).

Manifestations en Iran : force et limites du mouvement

24. janvier 2018 - 23:30

Le 28 décembre dernier, les premières étincelles d'un mouvement rappelant ceux du “Printemps Arabe”, commençait à secouer le territoire iranien. A ce mouvement qui s'essouffle, au moment où nous écrivons ces lignes, font aussi écho d'autres expressions de colère contre la détérioration des conditions de vie, comme au Maroc et surtout en Tunisie.

Une explosion de colère spontanée

L'Iran est un pays aux fortes ambitions impérialistes, dont les dépenses militaires dans toute la région du Moyen-Orient se sont nettement accrues.(1) Dans le contexte d'attentes déçues suite à l'accord sur le nucléaire, la crise économique et l'austérité aggravée par la corruption et les sanctions internationales ont plongé la majeure partie de la population dans la précarité et la misère. Depuis des mois, des retraités, chômeurs (28 % des jeunes), enseignants, ouvriers qui n'avaient pas été payé, manifestaient déjà leur grogne. Finalement, la hausse de 50 % de l'essence et des produits alimentaires de première nécessité, comme, par exemple, le doublement du prix des œufs,(2) allait mettre le feu aux poudres. Le mouvement, dans un pays en guerre à la population prétendument “soumise”, a fait irruption depuis Machhad (seconde ville du pays au nord-est) et s'est propagé, touchant la capitale Téhéran, faisant immédiatement tache d'huile sur l'ensemble des principaux pôles urbains : au nord vers Racht et au sud du pays en direction de Chabahar. Dans toutes les foules mobilisées refusant la politique de l'État, la classe ouvrière était présente, même si plutôt diluée dans le reste des manifestants : des ouvriers d'usine, enseignants, bon nombre de chômeurs, énormément de jeunes sans emploi, étaient bien présents, ainsi que de nombreux étudiants. Fait significatif, beaucoup de femmes se sont également mobilisées. Pour autant, malgré une présence combative et un grand courage, la classe ouvrière n'a pas été en mesure de donner une réelle orientation à cette lutte, n'a pu s'affirmer de manière totalement autonome comme réelle force politique.(3) Certes, malgré le poids d'illusions démocratiques et les faiblesses politiques, la bourgeoisie s'inquiétait du fait même de cette explosion de colère “sans leader”. Le grand “guide suprême” Ali Khamenei se murait ainsi au début dans un silence assourdissant et le président Rohani apparaissait bien plus prudent que ferme, le gouvernement annonçant même que la hausse des carburants serait finalement annulée ! Il est vrai que les symboles du pouvoir politique et religieux étaient rapidement pris pour cibles et incendiés : banques, bâtiments publiques, centre religieux et notamment des sièges de Bassidj (milices islamiques du régime). Des heurts violents avec la police conduisaient à de nombreuses arrestations, souvent de jeunes, des dizaines de morts côté manifestants étaient à déplorer. Peu à peu, le ton des autorités s'est affermi tout comme sa riposte. Les “violences” et “actes illégaux” des “meneurs” et “fauteurs de troubles” allaient être “sévèrement punis” annonçait Rohani et Khamenei accusait directement les manifestants d'être des “ennemis de l'Iran”.(4) Comptant laisser pourrir la situation et préparer le terrain de la répression, avec la bénédiction de tous les grands États démocratiques qui cherchent à tirer leur épingle du jeu, le gouvernement pouvait profiter du manque de perspective pour appuyer des contre-manifestations en soutien au régime et son ayatollah. Ces contre-manifestants scandaient “mort à l'Amérique”, “mort à Israël” à la face des “séditieux”. Un tel sursaut patriotique permettait au chef de l'État de jouer sur les divisions et sur le chantage : “Nous ou le chaos.”(5)

Les faiblesses du prolétariat en Iran

Le mouvement populaire spontané auquel nous avons pu assister est le plus important depuis l'année 2009 où une crise sociale, “le mouvement vert”, menaçait d'entraîner les prolétaires derrière l'une ou l'autre des cliques bourgeoises en concurrence. A l'époque, nous écrivions : “Face au camp corrompu et sanguinaire Ahmadinedjad, nous trouvons des gens qui leur ressemblent comme deux gouttes d'eau ! Eux aussi sont clairement pour une République islamiste et pour la poursuite de la fabrication de l'arme atomique iranienne. Tous ces gens se ressemblent car ils défendent tous leurs propres intérêts nationalistes et personnels”. Aujourd'hui, bien plus qu'en 2009, le mouvement a été une réelle expression des exploités et des déshérités eux-mêmes, sans que la classe ouvrière n'ait été capable de jouer pour autant un véritable rôle d'orientation en dehors de quelques minorités très isolées. Bien que des luttes ouvrières en Iran se soient développées et intégrées au combat du prolétariat mondial depuis la fin des années 1960, notamment dans les secteurs clé de l'industrie du pétrole, des transports, de l'enseignement etc., ces luttes ont toujours été trop faibles pour aller au-delà du peu d'impact qu'elles avaient eu à leur sommet en 1978-79, ces dernières ne réussissant qu'à provoquer la chute du Shah. Les faiblesses politiques du prolétariat étaient alors mises à profit par toute une horde de fanatiques religieux et l'ayatollah Khomeiny, appuyés à l'occasion par des staliniens au nationalisme viscéral. Les combats de classes se firent ensuite de plus en plus rares, fortement réprimés après cette “révolution islamique”. Bon nombre d'ouvriers combatifs étaient exécutés sous ce régime des mollahs lors des grèves qui allaient suivre. Les prolétaires allaient même souffrir en plus d'une terrible guerre opposant l'Iran à l'Irak de 1980 à 1988 et qui fit plus d'un million de morts.

Depuis lors, si quelques luttes ont tout de même pu se développer malgré tout, comme durant l'année 2007 où aux 100 000 enseignants se sont joints des milliers d'ouvriers d'usines en signe de solidarité, la faiblesse de la classe ouvrière sur l'ensemble du champ social est restée une donnée essentielle de la situation. Une telle difficulté ne pouvait qu'être exploitée par la classe dominante maintenant une chape de plomb, celle d'un régime où l'État avait fusionné avec les groupes religieux et le pouvoir des mollahs. Cette absence relative d'un prolétariat conscient, marqué par des préjugés nationalistes et des illusions démocratiques, ouvrait la porte aux pires effets de la décomposition sociale et du militarisme.

Perspectives

Malgré la très forte combativité et le fait que les revendications en Iran se soient portées sur le terrain de revendications économiques propices à la lutte prolétarienne, le combat mené s'est essoufflé faute d'unité politique, d'affirmation d'une réelle identité et perspective de classe. De plus, les ouvriers sont confrontés en permanence aux luttes entre fractions bourgeoises rivales dont les manœuvres constituent un très grand danger pour le prolétariat qui risque de se laisser happer ou prendre en otage par l'une ou l'autre de ces cliques. Non seulement ces difficultés faisaient déjà obstacle, mais les conditions objectives liée à l'isolement de l'Iran s'ajoutaient à cela en favorisant la répression. Entouré de pays en guerre, sans possibilité pour les ouvriers de pouvoir espérer la solidarité des prolétaires des pays qui l'entourent, où le nationalisme pèse aussi de manière importante, ces luttes en Iran étaient fortement soumises à des entraves. C'est en cela que les faiblesses du prolétariat en Iran sont avant tout celles du prolétariat mondial.

Ainsi, le principal handicap de ces dernières luttes reste avant tout l'incapacité du prolétariat international, y compris là où il est le plus concentré et expérimenté, c'est-à-dire en Europe occidentale, à se concevoir comme une classe capable d'offrir une perspective à tous les combats. Celui qui s'est mené en Iran doit être un encouragement, une leçon permettant de voir le potentiel que peuvent receler les revendications ouvrières sur le terrain économique. Lutter contre l'austérité, se battre pour la défense de nos conditions de vie est une nécessité. Telle est la première leçon essentielle ! La seconde est que la véritable solidarité, la seule qui puisse être apportée par le prolétariat mondial à ses frères de classe en Iran reste celle de la prise en charge consciente d'une résistance et d'un combat contre l'austérité et contre le système capitaliste.

WH, 5 janvier 2018

1) Alors que l'Iran a souffert de sanctions imposées par les États-Unis, elle a versé d'énormes sommes d'argent dans la guerre au Yémen, en soutenant le Hezbollah, le régime d'Assad et ses bandes armées opérant au niveau international, et, bien sûr, l'armement contre l'Arabie Saoudite. Tout cela alimentant l'austérité aux dépens de la population.

2) Au point qu'on a parlé d'une “révolution des œufs”.

3) Cela, bien que des minorités parmi les étudiants se soient distinguées, notamment à Téhéran et dans d'autres villes, s'opposant nettement à des slogans réactionnaires du type “ni Gaza, ni Liban, je mourrai seulement pour l'Iran”, prônant un authentique internationalisme prolétarien : “De Gaza à l'Iran, à bas les exploiteurs”. De même, ces éléments défendaient le principe des “conseils ouvriers”, refusant également de se laisser entraîner derrière une clique bourgeoise, qu'elle soit “réformiste” ou “fondamentaliste”. Face à ce danger ressenti, les autorités ont arrêté bon nombre d'entre eux, ciblant plus particulièrement les étudiants (voir le forum libcom en anglais).

4) Derrière ces manifestants “ennemis”, les États-Unis et les monarchies du Golfe, notamment l'Arabie Saoudite, étaient visés. Sur les réseaux sociaux comme Twitter, la plupart des hashtags qui appelaient à manifester venaient en effet d'Arabie Saoudite. De même, l'Organisation des moudjahidine, opposée au régime iranien (basée à Paris et proche des Saoudiens) soutenait les manifestants. Mais le mouvement est bien parti de l'intérieur de l'Iran. Bien entendu, tant Trump par ses provocations que les autres puissances étrangères rivales ne pouvaient que souhaiter l'affaiblissement de l'Iran. Pour le régime iranien, ce mouvement constitue bel et bien un caillou dans sa chaussure.

5) En évoquant la tragédie qui a suivi les mouvements d'opposition en Syrie et la situation de guerre en Irak, le chef de l'État n'avait pas d'autre but que de menacer les manifestants en insinuant l'idée que leur mouvement pourrait provoquer un chaos similaire.

Mille Bâbords a (encore et toujours) besoin de vous !

24. janvier 2018 - 22:30

À quelques jours de notre prochaine AG Extraordinaire, il n'est pas trop tard pour nous aider !
Vos dons seront pris en compte lors de la décision qui engagera l'avenir de notre association.

1 DON À L'ASSOCIATION = RÉDUCTION D'IMPÔT

N'oubliez pas que si vous faites un don relativement conséquent à une association d'intérêt général comme la nôtre vous pouvez bénéficier d'une réduction d'impôt de 66% du montant de votre don. Il vous suffit de mentionner son montant lors de votre déclaration d'impôt sur le revenu. Si vous utilisez le site helloasso.com un reçu est automatiquement disponible sur le site. Si vous nous avez fait — ou allez faire — un chèque nous vous remettrons, à votre demande, un reçu attestant de votre don.

1 DON DE 2 € PAR ABONNÉ.E ET C'EST GAGNÉ !

Celles et ceux qui reçoivent toutes les semaines notre lettre d'infos « Cette semaine », depuis des années, peuvent contribuer ponctuellement, à la mesure de leurs possibilités, avec quelques euros seulement à la continuité de sa réalisation et de sa diffusion. Nous souhaitons que cette lettre hebdomadaire demeure gratuite, même si elle demande à quelques membres actifs de nombreuses heures d'activité – que nous considérons comme un acte militant et non comme un « travail » – par semaine pour maintenir la diffusion d'une information dans un esprit pluraliste et unitaire. Faut-il encore que notre association continue cette belle aventure que constitue son projet, projet que nous voulons partager avec vous.

MAINTENANT, À VOUS DE JOUER !
À vos claviers, à vos chéquiers …

L'équipe de coordination, 24 janvier 2018


Mise à jour du 7 janvier 2018

Merci à celles et ceux qui ont déjà répondu généreusement à notre appel.
Grâce à vous nous avons pu continuer jusqu'à maintenant et peut-être un peu plus…
Mais nous ne sommes pas sortis d'affaire…

Il est encore temps de participer à cet élan de solidarité !

D'autant que le Conseil Départemental a confirmé sa décision fin décembre de NE PAS nous attribuer cette année la subvention demandée par Mille bâbords. Cette information ne nous a pas vraiment étonnée mais elle a évidement des conséquences sur notre capacité financière à continuer d'exister.

Considérant que les adhérent.e.s individuel.le.s ont toujours été depuis le début le socle financier majoritaire, notre dernière AG du 23 novembre, vu les circonstances, a décidé de faire appel à ceux et celles qui ont été jusque-là plutôt les bénéficiaires de l'activité de MB. Entre autres, les asso. adhérentes et les abonné.e.s à "Cette semaine".

Nous faisons donc appel à nouveau, dans la situation sans précédent que nous vivons, à la solidarité avant tout financière de celles et ceux qui nous font confiance. Nous demandons à chaque asso. un effort financier supplémentaire mensuel et à chaque abonné.e une contribution ponctuelle de quelques euros ce qui suffirait à combler notre déficit.

Mille bâbords existe aussi pour vous mais ne vivra pas sans vous !

PS : Nous comptons désormais sur votre mobilisation qui nous aidera à passer un cap décisif et stratégique lors de notre prochaine AG extraordinaire du 27 janvier 2018.


Le 24 octobre 2017

Aux abonnées et abonnés à « Cette Semaine », aux lectrices et lecteurs du site de Mille Bâbords

Vous êtes actuellement autour de 2 500 destinataires, chaque lundi, de l'agenda militant de Mille Bâbords, lecteurs et lectrices du site. Vous appréciez depuis de nombreuses années cette sélection d'informations assurée régulièrement par les membres actifs de l'association. Vous manifestez ainsi toute l'attention que vous portez aux événements de l'actualité militante, aux actions et aux luttes qui s'organisent « en bas et à gauche ».

Nous nous adressons à vous aujourd'hui parce que notre association risque de disparaître.

En effet, l'EXISTENCE MÊME DE MILLE BÂBORDS EST MENACÉE, le lieu et ses diverses activités (mise à disposition du local pour des événements, domiciliation d'associations adhérentes, bibliothèque de prêt à prix modique, journauthèque, site et lettre d'infos hebdomadaire), en raison de problèmes financiers – que nous partageons avec beaucoup d'autres associations.

Actuellement, même si le nombre d'adhérentEs est resté stable au cours des années, ces dernierEs ne peuvent plus cotiser à la même hauteur que par le passé. De plus, les charges fixes sont de plus en plus élevées, notamment les charges locatives.

Si vous tenez avant tout à l'existence et au projet de Mille Bâbords « au service du mouvement social », il suffirait d'une modeste participation.

Vous pouvez faire facilement un don directement sur le site « helloasso », plateforme de financement participatif dédiée aux associations :
https://www.helloasso.com/associations/mille-babords

Si remplir un formulaire vous rebute, vous pouvez envoyer un chèque de contribution par voie postale à "Mille Bâbords, 61 rue Consolat 13001 Marseille".

Et n'oubliez pas, si vous n'êtes pas déjà adhérentEs, que le principal geste solidaire est l'adhésion :
http://www.millebabords.org/spip.php?article1151

Merci d'avance de participer avec nous à la circulation de l'information militante et au soutien des diverses luttes du mouvement social !

contact chez millebabords.org

"Des-terres-minées" : Déter contre l'extractivisme au Quebec

24. janvier 2018 - 20:00

Elles et ils ont arpenté le Québec au printemps 2016 et y ont creusé la question des enjeux extractifs (mines, hydrocarbures, exploitation forestière, hydroélectricité, etc) en récoltant moult témoignages de personnes allochtones et autochtones. Face caméra, celles-ci ont causé de leurs liens au territoire, des menaces pesant sur ce dernier, des impacts spécifiques de l'exploitation forestière selon les genres et enfin des résistances menées pour y faire face.
En tout 25 capsules vidéos, titrées "Des-terres-minées", qui seront projetées le mercredi 24 janviers à 20H. Ensuite place à une discussion collective sur les questions de néo-colonisation, d'extractivisme, de la place des femmes, etc, dans les luttes contre la destruction du vivant.

Manifesten. contact chez manifesten.fr
tel : 06 27 64 93 59

 
 
 
 
DESIGN DARK ELEGANCE | PORTED FOR DRUPAL 6 | ADAPTE PAR: JEREMY BASTIDE 

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"