Ecouter le live sur Galère  Discutez avec les autres auditeurs de radio galère : 

 

Infos Mille babords

Syndiquer le contenu Mille Babords
Mis à jour : il y a 18 heures 13 min

"Quel rôle pour la sage-femme dans la coordination des soins ?

22. juin 2018 - 18:00

Le prochain Point Rencontre de l'ONG marseillaise Santé Sud se tiendra, le vendredi 22 juin de 18H à 20H sur le thème "Quel rôle pour la sage-femme dans la coordination des soins ?", en proposant un regard croisé entre l'Algérie, la France et la Mongolie. Au programme de cette soirée : témoignages d'experts, débats et projection de films.
La sage-femme joue un rôle fondamental pour la santé des mères et des nouveau-nés. En coordination avec les professionnels de la périnatalité, elle assure le suivi médical de la femme enceinte, du fœtus et du nouveau-né avant, pendant et après l'accouchement. Dans de nombreux pays, le renforcement de la profession de sage-femme et l'amélioration de la coordination des soins constituent ainsi deux leviers majeurs pour réduire la mortalité maternelle et néonatale. Ils sont au cœur des projets conduits par Santé Sud pour améliorer la santé des mères et des nouveau-nés dans une trentaine de pays.
Santé Sud a été créée en 1984 par des professionnels de la santé confrontés aux limites de l'aide d'urgence et voulant contribuer à un développement durable de la santé. Selon sa devise « Agir sans remplacer », l'association de solidarité internationale marseillaise soutient des structures sanitaires et associatives dans les pays en développement. Convaincues que les pays du Sud disposent de tout le potentiel pour dispenser les soins nécessaires à leur population et qu'il leur appartient de choisir la voie de leur développement, ses équipes veillent à accompagner et à former des professionnels sanitaires et sociaux qui pourront soigner eux-mêmes les populations de leur pays.

Un volontaire communiste libertaire au sein des YPG raconte

11. juin 2018 - 19:00

Depuis 2014, son rôle de rempart face aux atrocités djihadistes au Moyen-Orient a placé la gauche kurde sous les feux de la rampe.

Ce que l'on sait moins, c'est que dans les zones qu'elle contrôle, et notamment au Kurdistan syrien (Rojava) elle a favorisé l'essor d'une contre-société sur des bases féministes, sociales, démocratiques et, d'une certaine façon, laïques.

Pour cette raison, elle fait peur aux tyrans de la région : les régimes turc, iranien ou syrien.

Cette situation inédite appelle un soutien de toutes et tous les révolutionnaires et anticolonialistes sincères.

Un soutien acritique ? Nullement car, comme tout processus révolutionnaire, celui-ci court des risques : une dérive autoritaire est toujours possible, de même qu'une instrumentalisation par des puissances étrangères (États-Unis, Russie, France...).
C'est de tout cela que nous voulons parler.

Au programme de la soirée :

Projection du film de Chris den Hond et Mireille Court, Rojava, une utopie au cœur du chaos syrien (45 minutes) ;

Présentation du livre Kurdistan Autogestion Révolution, éd. AL, mars 2018 ;

Intervention d'Arthur Aberlin, militant libertaire français engagé dans les YPG en 2017.

Intervention (sous réserve) de deux autres militants révolutionnaires engagés entre 2016 et 2018.

Alternative Libertaire Marseille

Les Rencontres Déconnomiques

9. juin 2018 - 14:00

Samedi 9 juin 2018 au Parc Saint-Mitre : journée de lancement des Rencontres Déconnomiques 2018

de 14h à 15h
• Accueil - Rencontres - Tchatche •

de15h à 18h
Table ronde de Médias Citoyens et de la Coordination permanente des médias libres
> “Une autre info est possible... mais c'est pas facile !”
(Des média “pas pareils” et de leurs difficultés)

de18h à 20h
Thomas Guénolé
Rencontre et débats avec Thomas Guénolé Les médias mainstream font-ils de la propagande antisociale ?

Thomas Guénolé expose la propagande antisociale qui a envahi nos médias. Il démonte point par point ses mensonges. Il expose la démolition sociale terrible que subissent ses cibles. Il décrit la politique de destruction accélérée du modèle social français que cette propagande sert à justifier.
Bataille des idées, front politique, front social, il explique comment une grande mobilisation générale peut vaincre l'Antisocial. Avant qu'il ne soit trop tard.

Contact : les.deconnomistes chez gmail.com • 06 42 37 78 55 • www.deconnomistes.org


Le cordonnier d'Alicante : mémoires de Manuel Sirvent

9. juin 2018 - 12:00

> De midi à 20h braderie & portes-ouvertes du CIRA - Marseille
Livres soldés ou à prix libre

> À 19h, Causerie mensuelle sur "Le cordonnier d'Alicante : mémoires de Manuel Sirvent", militant de l'anarchisme espagnol (1889-1948), présenté par Mélodia Sirvent

« Les policiers s'étonnèrent : "Quel dommage, monsieur Sirvent, un artisan travaillant comme vous, et avoir de telles idées !" »

Autodidacte, devenu anarchiste par la lecture de Malatesta et la rencontre de militants, Manuel Sirvent (1889-1968) passera sa vie à mettre en pratique son idéal dans une Espagne alors aux prises avec l'alliance de la monarchie, du patronat et d'une Église catholique omnipotente : de l'enterrement civil de sa mère jusqu'aux conférences organisées dans toutes les régions du pays, de l'initiation de multiples grèves jusqu'à l'union libre avec sa compagne... Les nombreuses conséquences de son engagement – boycotts des patrons, arrestations, déportation dans les années 1920, camps de l'exil en France après la Guerre d'Espagne – ne l'arrêteront jamais dans son « intense activité de propagande ».
Racontant un demi-siècle d'expériences individuelles et de luttes collectives, Manuel Sirvent offre aux lecteurs d'aujourd'hui une vision résolument positive et concrète de l'engagement anarchiste.

"Le Cordonnier d'Alicante" est un texte rare sur le quotidien d'un ouvrier cordonnier, militant anarchiste, de la toute fin du XIXe siècle jusqu'au milieu du XXe siècle en Espagne. Ce texte était initialement destiné à sa famille et à ses compagnons de lutte et c'est sa petite-fille Mélodia qui le présentera.

"Le cordonnier d'Alicante : mémoires d'un militant de l'anarchisme espagnol" (1889-1948)
par Manuel Sirvent Romero ; traduction et préface de Mélodia Sirvent ; postface d'Aimé Marcellan. Éditions CNT-RP, 2017. 290 pages. 15 euros. Ce livre sera disponible au CIRA le jour de la causerie.

Samedi 9 juin 2018 - 19 heures
CIRA 50 rue Consolat - 09 50 51 10 89
Entrée libre

REGARDS DE JEUNES SUR MARSEILLE - films d'ateliers

8. juin 2018 - 19:00

PRINTEMPS 2018 - CYCLE : LES CAMERAS ONT LA PAROLE

Carte blanche au collectif 360° et même plus

Depuis sa création le collectif mène des ateliers vidéo avec un public jeune, dans
une volonté de transmettre un savoir faire ancré dans une approche documentaire.
Dans le cadre de ces ateliers nous privilégions l'écoute et stimulons leurs sens critique tout en valorisant l'importance de leur point de vue. Nous présenterons plusieurs films courts issus de ces ateliers, des films rares qui permettent de découvrir le regard et les paroles de jeunes de Marseille sur le monde qui les entoure.

RENCONTRE : Projection suivie d'une rencontre avec des participant.e.s aux ateliers.

8, AVENUE LÉNINE

5. juin 2018 - 18:00

Nous vous convions à la projection du film
"8, AVENUE LÉNINE"
le mardi 5 juin à 18h à Gardanne
en présence des réalisatrices

Valérie Mitteaux et Anna Pitoun ont réalisé en 2003 un très beau film, "CARAVANE 55", (qui a obtenu le prix Spécial du Festival International du Film des Droits de l'Homme de Paris en mars 2004), consacré à l' "histoire" de familles roms à Achères, en région parisienne.

Quinze ans plus tard, les deux réalisatrices proposent un nouveau film "8, AVENUE LÉNINE", où l'on retrouve plusieurs protagonistes, en particulier Salcuta, cette jeune femme qui a résisté - avec d'autres, avec l'aide des associations et le soutien de la municipalité, aux pressions, aux expulsions... Scénario hélas commun ! Mais qui nous rappelle des choses vécues.
Salcuta s'est intégrée à force de ténacité et d'intelligence, et se considère désormais comme une citoyenne française.

Il est à noter que le film, grâce à l'appui de la Ligue de l'enseignement, a pu être réalisé en langue roumaine et sous-titré en français, ce qui le rend accessible aux familles roms que nous connaissons, et que nous pouvons (devons) donc inviter très largement.

Le film sortira en salle à l'automne. La présente projection constitue donc une sorte d'"avant-première". Le Collectif de Gardanne a eu le plaisir et l'honneur de soutenir la production du film.

L'entrée est libre, la rencontre se terminera par un pot.

Merci par avance de diffuser largement ce message dans tout vos réseaux amicaux, associatifs...

Rendez-vous le 5 juin à Gardanne.
Pour le Collectif Roms de Gardanne,
Didier Bonnel

« Bureau des exils » (adaptation du livre « De rêves et de papiers » de Rozenn Le Berre

2. juin 2018 - 19:00

Bonjour à vous tou.te.s,

Le 2 juin à 19 heures nous allons accueillir la troupe théâtrale 13r3p avec la pièce « Bureau des exils » (adaptation du livre « De rêves et de papiers » de Rozenn Le Berre, 2017, éditions La Découverte).
Une discussion en présence de la compagnie suivra la représentation artistique.

En juillet et août les soirées de la Grande Salle marquent une pause. Le premier samedi de septembre, 01.09., sera la Fête du Mas. On vous tiendra au courant…

A bientôt, l'équipe du Mas de Granier

N.B : Prenez votre tentes et sac de couchage si vous souhaitez passer la nuit au milieu de nos oliviers.

N.B 2 : toujours au Mas, le samedi 26 mai à 19 h, concert de Voci in Campo, chorale sous la direction de Xavier Rebut, qui interprétera un choix de chants polyphoniques de la tradition italienne. Concert et restauration gratuits avec chapeau en soutien au collectif El Manba (ex-collectif Soutien Migrant.e.s 13) .

Mas de Granier, Coopérative Longo Maï, CAPHAN, 13310 St. Martin de Crau
Tel : 0490472742
Courriel : LMCRAU chez wanadoo.fr

Réservation conseillée et souhaitée.

Festival des bonnes idées pour le climat

2. juin 2018 - 11:00

Lancé par le Collectif Climat du pays d'Aix, le Festival des bonnes idées, village des alternatives du Pays d'Aix est organisé le samedi 2 juin 2018 de 11h à 23h à la Maréschale.

Durant toute la journée de nombreuses activités vont se succéder : débats, projections de films, théâtre, concerts, baleti, et nombreux ateliers ludiques autour de l'agriculture, alimentation, énergie, du zéro déchet, récupération, de la permaculture, et enfin les stands des associations à découvrir.

Le festival des bonnes idées s'inscrit dans la dynamique d'Alternatiba et des villages des alternatives.

Leur objectif est de :
diffuser le message de l'urgence climatique, après du grand public et des élu-es
appeler à mettre en route sans plus attendre la transition sociale, énergétique et écologique nécessaire,
montrer que les solutions existent.

Des milliers d'alternatives aux causes du changement climatique sont en effet mises en pratique tous les jours par des millions d'individu-es, d'organisations, de collectivités locales : Agriculture paysanne, consommation responsable, circuits-courts, relocalisation de l'économie, finance éthique, défense des biens communs, souveraineté alimentaire, réparation et recyclage, réduction des déchets, transports doux, éco-rénovation, aménagement du territoire soutenable, sobriété et efficience énergétique, énergies renouvelables, villes en transition, etc.

Les alternatives existent, elles ne demandent qu'à être renforcées, développées, multipliées !

Vous êtes les bienvenu-es pour découvrir seul-e ou en famille ou participer comme bénévole !

Entrée libre et gratuite. Restauration et buvette bio et locale sur place. La Maréschale. 27 avenue de Tübingen

Ensemble, construisons un monde meilleur en relevant le défi climatique !


Collectif Climat du Pays d'Aix
https://collectifclimat-paysdaix.fr/
contact chez collectifclimat-paysdaix.fr
page facebook
twitter : @AlternatibaP

Soirée de soutien aux opposant.es de Bure / La Chasse + Guest

1. juin 2018 - 21:00

En soutien à celles et ceux qui luttent contre le projet nauséabond d'enfouissement de déchets nucléaires à Bure, symptôme d'une industrie toxique qui ne peut plus durer... RDV à l'Asile 404, le 1er juin à 21h !

Viens faire la teuf !

Avec :

**La Chasse (doom bruitiste) :

La Chasse, c'est un duo sauvage, ensorcelant et détonnant qui rythme les courses d'à travers bois, les échaffourées des champs avec une batterie bestiale, qui envoûte par des arpèges à répétition, par des voix d'outre-tombe, et déchaîne les corps et les esprits par des disto lourdes et déchirantes. Enfin, c'est de la bombe.

https://lachasse1.bandcamp.com/
https://www.facebook.com/lachassedumal/

** Guest : (surpriiiise)

On cherche encore un second groupe pour compléter la soirée.
Si tu connais un groupe à tendance punk, 3 personnes max, qui rêve de jouer bénévolement pour soutenir les copains, là-haut à Bure... hésite pas !

**Anecdotes Post-Nuke (contes d'outre-atôme) :

Nora Neko, conférencier multi-usage et ménestrel approximatif de faits divers, viendra nous raconter ses mémoires d'un voyage post-atomique.

**Bouffe de soutien (miam miam) :

Le collectif de soutien Bure PACA sera sur place pour vous proposer des petits plats mitonnés avec amour, et avec de vrais morceaux d'atome dedans.
https://www.facebook.com/pacabure13/

Le montant des entrées sera remis au collectif de soutien Bure PACA, pour financer un départ de Marseille pour la manifestation du 16 Juin à Bure. Une partie sera versée directement aux militants sur place pour les aider dans leur lutte.


Ouverture des portes : 21H

PAF : 5€ si tu peux + Adhésion prix libre

Sortie de Panthère Première numéro n° 2

1. juin 2018 - 19:00

Pour fêter la sortie du deuxième numéro de la revue, L'Hydre accueille l'équipe de Panthère Première pour un apéro et bien plus.

Au programme de cette soirée qui débutera à 19h :

Un conte musical de Jean-Marie Mercimek, une expo des dessins de Diane Malatesta, les étranges images d'Amélie Laval. Le concert commencera à 20h, ne le ratez pas !
Panthère Première c'est toujours 100 pages d'enquêtes, d'entretiens, de réflexions et d'artistes invité·es, fabriquée en non-mixité et en librairie tous les six mois :

Dans ce deuxième numéro, sous le soleil exactement, on se frottera à la Peau de l'écrivaine Dorothy Allison, on piquera une tête dans les archives du premier journal des Sourdes, on se laissera dériver dans les eaux sombres du desgosto avec les Paumari et les Guarani du Brésil, on surfera sur les fautes d'orthographe d'un auteur sicilien qui donne du fil à retordre à sa traductrice, on enfilera masque et tuba pour suivre la ronde des corps de l'artiste Carlotta Bailly-Borg, on s'immergera dans une structure médicale qui soigne des femmes aux parcours violentés, on se rafraîchira avec une petite salade sauvage cueillie dans la campagne catalane, puis l'on contemplera le crépuscule tomber sur le genre, la ligne de l'horizon en toile de fond. La brise s'étant levée, on se réchauffera aux braises de LA PIERRE A FEU, où il sera question de gros et de petits sous, d'inégalités patrimoniales et de foyers émancipateurs.

Financement sur fonds publics des écoles privées en violation de la Laïcité. Quelles conséquences pour l'École de la République, l'École publique laïque ?

31. mai 2018 - 18:00

Loi Debré

Financement sur fonds publics des écoles privées en violation de la Laïcité

Quelles conséquences pour l'École de la République, l'École publique laïque ?

Venez en débattre jeudi 31 mai 2018 à 18 h à la MJC de Martigues (Bd Emile Zola)

Prendront la parole

Jacques Fassié : enseignant, membre de la Commission Administrative Nationale de la Libre Pensée,
Julie Baudinaud : enseignante, Secrétaire de la section locale FSU de Martigues
Axel Emiliani : enseignant, Secrétaire général de l'UL FO Martigues.
Sandrine Scognamiglio : Infirmière scolaire, Secrétaire générale adjointe de l'UL CGT de Martigues.

Le projet de construction d'une annexe du collège catholique subventionné St Louis-Ste Marie de Gignac, à St Mitres les Remparts, promu par la maire de cette commune, suscite de nombreuses inquiétudes et réactions en défense des collèges publics du secteur et plus largement de l'École publique. Il renvoie à la question du financement par les fonds publics de l'enseignement privé (à 97 % confessionnel), concurrentiel de l'Ecole publique laïque.
Pour 2018, 7 552 820 491 € sont prévus au seul budget de l'État pour financer l'enseignement privé (1er et 2ème degrés), en application de la loi Debré, sans compter les subventions des régions, départements et communes.
En 59 ans, ce sont plus de 500 milliards d'euros qui ont ainsi été détournés au profit de l'enseignement privé.

N'est-il pas temps de réaffirmer :
Fonds publics à l'École publique ; à école privée, fonds privés

Site Internet : http://www.lp-13.org
e-mail : federation chez lp-13.org
Courriel Groupe Garibaldi : garibaldi chez lp-13.org ; Librepensée.martigues chez lp-13.org

Soirée de soutien 3 de Briançon

30. mai 2018 - 16:00

PROGRAMME :
16h Assemblée de vallée
18h Conférences
20h Repas
21h CONCERT avec Les Têtes de Linettes et HK

Theo, Bastien et Eléonora sont poursuivis pour « aide à l'entrée d'étrangers en situation irrégulière sur le territoire national et en bande organisée » suite à une marche solidaire entre l'Italie et la France le 22 avril encourent une peine allant jusqu'à 10 ans de prison et 750.000 euros d'amende avec une interdiction de pénétrer sur le territoire français.

Ces trois jeunes, un belgeo suisse, un suisse et une italienne après 10 jours de détention provisoire ont été remis en liberté hier jeudi 3 mai sous un contrôle judiciaire strict.

Leur procès est prévu le 31 mai.

"Le fond de l'air est rouge", de Chris Marker - 2e partie

29. mai 2018 - 20:30
Ciné Casa Consolat & CNT 13
Un ciné-club militant • tous les derniers mardis de chaque mois


Projection de la deuxième partie du film "Le fond de l'air est rouge",
de Chris Marker : "Les mains coupées"

Le fond de l'air est rouge retrace en deux parties ("Les mains fragiles" et "Les mains coupées") les événements politiques de "la nouvelle gauche" dans les années 60-70. Passant par la guerre du Vietnam à la mort du Che, de Mai 68 au Printemps de Prague, du scandale de Watergate au coup d'État du Chili...

1967-1977 : années décisives de l'histoire mondiale
“… Au cours de ces dix années, un certain nombre d'hommes et de forces (quelquefois plus instinctives qu'organisées) ont tenté de jouer pour leur compte, fût-ce en renversant les pièces. Tous ont échoué sur les terrains qu'ils avaient choisis. C'est quand même leur passage qui a le plus profondément transformé les données politiques de notre temps. Ce film ne prétend qu'à mettre en évidence quelques étapes de cette transformation.”
Chris Marker

Images officielles, bouts de films, chutes de reportages, bobines négligées sont les matériaux de base d'un film dont le déroulant final affirme : “les véritables auteurs de ce film sont les innombrables cameramen, preneurs de son, témoins et militants dont le travail s'oppose sans cesse à celui des pouvoirs, qui nous voudraient sans mémoire.”


Chaque projection sera suivie d'un DÉBAT et d'un REPAS à prix modique concocté par l'équipe de la Casa Consolat.
L'ENTRÉE pour chaque projection est à PRIX LIBRE (pour les droits de diffusion)

Source : http://www.cnt-f.org/sam/Projection-debat-29-mai-2018Le.html


CNT Stics 13 • c/o Mille Bâbords, 61, rue Consolat 13001 Marseille
Permanences le premier mardi du mois de 17h30 à 19h
et le troisième mardi du mois de 12h à 14h
07 68 48 57 08
Site CNT 13 http://www.cnt-f.org/sam/
Facebook de la CNT 13 https://www.facebook.com/cnt13/
Site de notre Confédération http://www.cnt-f.org/

La revendication de l'irrationalisme religieux

29. mai 2018 - 18:30

29 mai : La revendication de l'irrationalisme religieux :
le besoin de croire à une transcendance.

* Monique Pillant, est professeure certifiée, a fait ses études à l'université d'Aix-en-Provence, enseigne la philosophie depuis 25 ans et depuis plus d'une quinzaine d'année au lycée Thiers de Marseille.

« Nous employons sans trop de difficulté le mot religion : serait religieux un système de croyances, lié à une activité rituelle et cultuelle, relative à un ou des dieux, en un espace sacré, par opposition à l'espace profane. Pourtant, pour citer Jean Bottero, l'historien, spécialiste de la Mésopotamie, « dans la religion Dieu vient assez tard et il n'est même pas nécessaire qu'il vienne » : il y a des religions sans dieu, et aussi des sociétés où la religion est partout, et ne se tient pas dans l'espace du temple, de l'église, de la mosquée. Pour résoudre la difficulté constituée par l'irréductible hétérogénéité des religions dans l'espace et le temps, on s'est avisé de la réduire à une ou des fonctions, fonctions psychologique ou sociale, ou encore idéologique. Loin de se caractériser par un contenu de croyance, elle se tiendrait dans la fonction qu'elle sert : rassurer et protéger de l'angoisse du lendemain, justifier l'ordre social et ses injustices, fonder la communauté sociale. Dans ces conditions, on peut penser une religion séculière, par exemple marxiste, et même tuer en son nom, comme le faisaient notamment les Brigades rouges. Mais n'est-ce pas passer à côté de ce qui distingue essentiellement la religion de toute autre forme de croyance ou d'adhésion ? La réduction fonctionnelle fait l'impasse sur la foi du croyant, et sa relation personnelle au sacré. Tenir compte de ce mysticisme propre à la religion, prendre acte de son irrationalité, c'est comprendre que la religion se tient dans un libre engagement de chacun dans une perspective existentielle de salut. En témoignerait aussi la floraison des religions « à la carte », syncrétiques et affranchies des institutions. Dès lors, il ne faudrait pas demander au croyant des raisons de croire. Pourtant on voit bien que la religion a intérêt à se placer à l'abri de toute critique : dire qu'elle se tient dans une relation personnelle de l'humain au sacré, n'est-ce pas l'exempter d'avoir à rendre compte du fanatisme religieux et de la quantité invraisemblable de crimes commis en son nom ? »

Conférences-débats gratuites, ouvertes à tous, sans inscription, sans diplôme !

Accueil à 18 heures 30 – début des cours à 19 heures
Les conférences durent environ 1 heure et sont suivies d'échanges

Stationnement à l'intérieur du lycée

Le site : http://uppae.fr/
Les vidéos : https://www.youtube.com/channel/UCoJUIwJtNVCFNaUxsSvZ0Dw/videos?view=0&shelf_id=0&sort=dd

Les 50 ans de Mai 68

29. mai 2018 - 17:30

Conférence

Deux historiens de l'Association PROMEMO (Provence, Mémoire et Monde ouvrier), présentent les évènements de Mai Juin 68, analysent ce qui a préparé le printemps
des luttes et les prolongements de ces deux mois dans la société française. Ils s'appuient notamment sur deux ouvrages qui viennent de paraître à l'occasion du cinquantenaire :

Mai 68 par celles et ceux qui l'ont vécu (Editions de l'Atelier et Médiapart) se compose d'une mosaïque de témoignages très divers sur les huit semaines qui ébranlèrent le pays.

Marseille-Paris les Belles de Mai (Editions SYLLEPSE et PROMEMO) donne la parole aux témoins et chercheurs de la cité phocéenne et de la région.

Conférenciers : Gérard LEIDET, Président de PROMEMO et Bernard REGAUDIAT, secrétaire de l'associa-on.

Lectrice : Marie-Noëlle HOPITAL

Participation de l'atelier théâtre, de l'atelier d'écriture,
échanges autour des slogans de Mai 68, témoignages, documents et photos.
entrée libre
Nous terminerons autour de pizzas et boissons offertes par les AIL.

DADA

il y a 0 s

De Zurich à New York en passant par Berlin, Bucarest ou Paris, réunissant des artistes tels que Francis Picabia, Tristan Tzara, Marcel Duchamp, Hannah Hoch...le mouvement Dada est une étoile filante.
Pourquoi Zurich fut-elle le berceau du dadaïsme et quels objectifs poursuivaient ces artistes internationaux ? Que nous ont ils laissé ?

Des petites révoltes de mai 68 à la grande révolution numérique

26. mai 2018 - 18:00

« Cours camarade, le vieux monde est derrière toi » disait un slogan de mai 68. Aujourd'hui, alors qu'il ne semble plus possible d'entreprendre quoique ce soit sans « surfer sur le web », le vieux monde est vécu comme celui d'avant internet.

Mais alors qu'il y a cinquante ans le mot « révolution » revenait de façon récurrente chez presque tous les intellectuels, nul d'entre eux n'aurait pu imaginer que le grand chambardement qu'ils appelaient de leurs voeux prendrait un jour le qualificatif de « numérique ». L'ennemi d'alors était le capitalisme. Or, malgré ses crises sporadiques, non seulement celui-ci se porte toujours bien mais il est littéralement dopé par les « géants du web », les fameux GAFA, dont nul n'avait anticipé l'éclosion. Que s'est-il passé qui explique cette totale cécité ?

En 1999, dans "Le nouvel esprit du capitalisme", Luc Boltanski et Eve Chiapello estimaient que si, malgré les graves dommages écologiques et sociaux qu'il provoque, le capitalisme survit à toutes les critiques, c'est d'abord parce que ses agents moteurs sont parvenus à intégrer, « récupérer », les valeurs dites 'libertaires' véhiculées par les forces qui s'opposaient à lui. Bien documenté, leur livre connut un franc succès. Mais presque vingt ans après sa publication, et cinquante après les ''événements de mai'', l'analyse – comme tant d'autres - nous semble notoirement incomplète.

D'une part, en effet, elle n'indique absolument pas en quoi les prétendues valeurs contestataires de 68 étaient « révolutionnaires », pourquoi les insurgés de l'époque s'en prenaient exclusivement au capitalisme occidental et pourquoi la majorité d'entre eux encensaient l'autre capitalisme, le capitalisme d'état, auquel on donnait à l'époque le nom de communisme. Cette analyse fait également l'impasse sur les conséquences de l'évolution des moyens de production, à savoir la montée en puissance de l'automation, érigeant la technique en « créatrice de valeur »… en lieu et place du travail.

Cette analyse - comme toutes les autres, répétons-le – esquivait un paramètre de taille, lequel reste, encore à ce jour, entièrement refoulé par la conscience collective : l'idéologie technicienne.

Guinguette Chiendent en soutien au Manba

26. mai 2018 - 18:00

Samedi 26 mai
18 h - Minuit

Cela a failli s'appeller BetteRave Party…
mais non, restons fidèles aux Guinguettes !
Les jardiniers du chiendent cuisinent leurs récoltes
avec et pour El Manba, collectif soutien migrants 13.
On a mis le repas assez tard pour cause de Ramadan,
mais les affamés trouveront de quoi manger et boire avant.
En plus de ce que dit l'affiche, il y aura The Crush qui va rapper vers 20h !
Et il y aura Guy Chauvelot qui va montrer quelques-unes de ses créations.

Et si vous amenez vos instruments, y a moyen de finir en scène ouverte !

www.chiendent.jimdo.com

Sur les sujets : Conscientisation/ oppressions-privilèges/ non-mixité choisie

26. mai 2018 - 16:30

Après un stage portant sur l'anti-racisme dans le milieu éducatif à l'école, des enseignantes viennent témoigner des enseignements et des questionnements qui résultent de certains de ses ateliers organisés en non-mixité choisie (racisé.e.s/non-racisé.e.s).
Les échanges porteront sur la démarche de conscientisation entamée autour notamment de la question des privilèges- en lien avec leur expérience de groupes ponctuellement séparés racisées/ non-racisées- dans un contexte bien précis, celui d'oppressions systémiques traversant notre société.
Déconstruire les stéréotypes liés au racisme chez les élèves reste une des missions de l'éducation nationale, mais très peu de formations et d'outils à ce sujet sont disponibles.
Programmes d'Histoire servant le roman national, sur-orientation dans les filières professionnelles des élèves descendant-e-s des immigrations -en particulier post-coloniales- islamophobie et instrumentalisation de la laïcité, politiques migratoires durcies qui concernent de nombreux élèves et leurs familles, violences policières qui touchent les élèves à l'extérieur et dans l'école… A cela s'ajoute l'analyse du racisme d'État dans la société et en particulier dans l 'Éducation nationale qui s'impose.
Comment déconstruire, chez et avec les enseignant-e-s aussi, les discriminations raciales ? Comment travailler avec les élèves pour leur donner des outils de lutte en vue d'une transformation sociale ?

Prix libre pour couvrir les frais de déplacement des personnes.
Entrée prioritaire aux personnes qui subissent des discriminations.

200 ans de luttes de classe

26. mai 2018 - 15:00

Il y a 200 Ans, le 5 mai 1818, à Trèves en Allemagne, naissait Karl Marx.

Économiste, historien, philosophe… l'analyse qu'il produira, de la société capitaliste naissante et de ses contradictions et de l'Histoire de la lutte de classes, va donner un souffle nouveau à la Philosophie et à la manière d'analyser et de transformer la réalité.

L'œuvre de Marx n'a pas marqué l'Histoire que par sa pertinence, mais par le bond qualitatif qu'il constitue tant pour l'Histoire de la pensée que pour le mouvement ouvrier. Il ne s'agît plus de penser le socialisme idéal, l'utopie, mais de parvenir à sa réalisation concrète, il ne s'agît plus, comme le disait Marx lui-même à propos des philosophes, d'interpréter le monde, mais de transformer : c'est ce que tâcherons de faire ceux qui, à l'aide de la pensée de Marx vont entreprendre de construire un monde Nouveau. En Russie, en Chine, au Vietnam et dans bien d'autres pays les Marxistes poseront les bases d'une société nouvelle, et d'une Révolution mondiale.

Si aujourd'hui il est commun, en raison de son prétendu « échec », de balayer d'un revers de main la totalité de cette expérience concrète pour faire de Marx un penseur de l'absolu, isolé du réel et de la pratique, il s'agît pour nous de montrer au contraire comment cette pensée a réussie à armer le mouvement révolutionnaire par le passé et comment elle peut continuer à l'armer aujourd'hui.

En d'autres termes, que signifie, à l'heure où le capitalisme se prétend triomphant mais pourris sous nos yeux, être Marxiste aujourd'hui.

Collectif Rouge Marseille (CRM), 43 rue Félix Pyat 13003 Marseille

 
 
 
 
DESIGN DARK ELEGANCE | PORTED FOR DRUPAL 6 | ADAPTE PAR: JEREMY BASTIDE 

Powered by Drupal, an open source content management system