Ecouter le live sur Galère  Discutez avec les autres auditeurs de radio galère : 

 

Infos Mille babords

Syndiquer le contenu Mille Babords
Mis à jour : il y a 9 heures 26 min

Concert de Soutien à la Lutte et aux Inculpés de La Plaine

9. décembre 2018 - 20:00

Tout le monde sait que la Plaine, c'est rock'n'roll.
Et dans tous les sens du terme !
Ce quartier emblématique de la scène et des nuits marseillaises est aujourd'hui menacé par un projet de "requalification urbaine" hostile aux "usages déviants", ah ah !!
La mairie a déjà dégommé le marché tri-hebdomadaire, arraché des dizaines d'arbres
et érigé un mur digne des plus stupides dictatures et autres lugubres apartheids.
Et pendant ce temps, des maisons de Noailles s'effondrent sur nos amis et voisins.
Mais le quartier est toujours là pour dire aux aménageurs et aux aigris que la nuit va continuer à swinguer et que la Plaine restera contre vents et marées vivante et populaire.

Alors, ami.e déviant.e, viens au concert de soutien à la lutte et aux inculpé.e.s de La Plaine.

Dimanche 9 décembre à partir de 19h au Molotov.
Prix libre et buffet froid. Chaud devant !

Le MOLOTOV
3 Place Paul Cézanne
13006 Marseille
(en haut de la rue d'Aubagne)
www.lemolotov.com/

Annulation du Conseil Municipal : Panique à bord et mépris sur la ville

9. décembre 2018 - 16:56

Marseille, le 9 décembre 2018

Jean-Claude Gaudin vient d'annoncer par voie de communiqué de presse l'annulation du conseil municipal du 10 décembre, en prévision de « débordements ». Cette décision révèle une nouvelle fois que la panique s'est emparée de la majorité municipale et que celle-ci continue de mépriser les revendications légitimes des marseillais·es pour le logement et le droit à la ville.

L'Assemblée des délogé·es qui s'est tenue hier, samedi 8 décembre, a tenu à dénoncer fortement la désinformation orchestrée par la Mairie à laquelle vient donc s'ajouter une dose supplémentaire de mépris. Les occupant·es à qui l'on a proposé de réintégrer leurs logements sont en réalité laissé·es à l'abandon, sans eau ni énergie, les expertises et arrêtés sont toujours inexistants pour la plupart. Contrairement à ce que dit la Mairie, aucun agent municipal n'a été aperçu pour accompagner les relogé·es dans leurs hôtels et les propositions de relogement ne correspondent pas aux besoins des personnes dans la grande majorité des cas. Là où ce conseil municipal aurait du permettre de prendre des mesures fortes, concernant la gestion de l'urgence comme la résorption de l'habitat indigne, J-C Gaudin décide donc de reporter aux calendes grecques la protection de ses administré·es.

Les soi-disant « débordements » liés aux manifestations pour le logement sont en réalité la conséquence de ce mépris social et politique, de l'absence de décisions claires des pouvoirs publics auquel s'ajoute la répression policière démesurée. Nous l'avons déjà documenté et dénoncé : les interventions policières du 14 novembre et du 1er décembre étaient clairement disproportionnées. Le dispositif policier prévu pour demain prévoyait d'ailleurs de nous contenir au bord du port, mettant en danger les manifestant·es. Ces violences ont conduit au décès de Mme Zineb Redouane le 2 décembre. J-C Gaudin ne peut se cacher derrière ces violences orchestrées pour masquer son absence de politique digne pour les marseillais·es.

Cette violence et cette panique orchestrée doivent cesser. Nous appelons l'ensemble des Marseillais·es à se mobiliser dans le calme comme prévu, demain dès 8h devant la Mairie. Nous appelons la préfecture à reprendre en main cette situation catastrophique et obliger l'ensemble des institutions (Mairie, MPM, CD13, Région) à ouvrir de véritables négociations avec les collectifs et associations. L'Etat, compétent en matière de logement, santé et sécurité publique, ne peut pas continuer plus longtemps à se cacher derrière la municipalité et doit enfin prendre sa part de responsabilité dès maintenant pour le relogement des habitant·es.

Voir aussi le dernier communiqué du Collectif sur les violences policières :
http://www.millebabords.org/spip.php?article32480

Des gilets jaunes dans les émeutes, cette nuit à Athènes !

9. décembre 2018 - 12:54

Très grosse tension dans la capitale grecque :

DES GILETS JAUNES DANS LES ÉMEUTES, CETTE NUIT À ATHÈNES !

Hier à midi puis à 18h, nous avons marché à la mémoire des victimes de la répression policière, à commencer par Alexis Grigoropoulos, un jeune lycéen de 15 ans assassiné par un flic le 6 décembre 2008 à Exarcheia, il y a exactement dix ans.

Chacune de ces manifs s'est terminée en affrontements très violents, surtout le soir, l'état grec ayant sorti les grands moyens.

Exarcheia a connu une nuit de barricades sans précédént, puisque, à l'habitude, les CRS n'arrivaient pas à entrer avant minuit et le calme revenait au plus tard à une ou deux heures du matin. Cette fois, l'armada policière est parvenue à pénétrer jusqu'à la place centrale dès 21h30, chose exceptionnelle, avant de rebrousser chemin très rapidement sous un déluge de feu : cocktails molotov, pierres, planches, déchets métalliques, pots de fleurs et bombes incendiaires.

La police a essayé de revenir à 7 reprises aux abords de la place, jusqu'à 4 heures du matin ! Une soirée puis une nuit d'explosions ininterrompues durant lesquelles on a remarqué plusieurs émeutiers vêtus de gilets jaunes.

66 personnes ont été interpellées et 13 arrêtées. On dénombre au moins une vingtaine de blessés dont deux grièvement côté flics.

Beaucoup de compagnons de lutte nous ont questionné par rapport à la situation actuelle en France, notamment la répression contre les lycéens. En Grèce, à la suite de l'assassinat d'un seul lycéen par un policier en décembre 2008, la riposte avait duré 3 semaines sous formes d'émeutes et d'occupations proches de l'insurrection sociale (avec plus de 300 banques, commissariats, lieux de pouvoir et magasins de luxe incendiés dans tout le pays). En France, actuellement, ce sont des centaines de lycéens qui sont frappés, humiliés, placés en garde-à-vue, gravement blessés par des tirs tendus visant leur visage, au point que plusieurs d'entre eux sont défigurés et que deux autres, de 15 et 17 ans, luttent encore contre la mort dans des hôpitaux du Loiret et du Val d'Oise.

« Si une insurrection sociale commence en France, elle pourrait rapidement s'étendre à toute une partie de l'Europe » a commenté un camarade du Pirée, membre d'une maison d'édition autogérée.

Bref, ici à Athènes, les yeux sont braqués vers l'hexagone : verra-t-on le début d'une insurrection sociale samedi ? Des surprises antiautoritaires lundi (appel pour un 10 décembre global dans de nombreuses régions de la planète) et un blocage total du pays ? Une grande grève illimitée par la suite ? Des assemblées directes avec refus de toute représentation politique ?

A suivre, en France, mais aussi ailleurs.

De l'argent pour la transition écologique, il y en a !

9. décembre 2018 - 12:30

Ce samedi 8 décembre, depuis 11h, 50 militant·e·s d'Attac ont occupé l'agence BNP Paribas d'Aix-en-Provence (13) et mené une action devant le Crédit agricole (fermé exceptionnellement).

En ce jour de mobilisation des gilets jaunes et de marches pour le climat, Attac a souhaité affirmer que la nécessaire transition écologique ne peut se faire sans justice sociale et justice fiscale. Le gouvernement dit chercher des milliards d'euros pour financer la transition écologique ? Par cette action de désobéissance civile, Attac montre que cet argent existe !

Les banques financent massivement les énergies fossiles, responsables des émissions de gaz à effet de serre. De récents rapports d'Oxfam et des Amis de la Terre [1] montrent que, depuis la COP 21, BNP-Paribas et Crédit agricole ont réduit leurs financements des énergies renouvelables et ont augmenté les financements des énergies fossiles ; ce sont les deux banques françaises les plus impliquées dans le financement du charbon, gaz et pétrole. Attac demande au gouvernement de contraindre les banques à adopter des financements responsables : plus un euro de plus ne doit aller aux énergies fossiles !

Les militant·e·s dénoncent en particulier l'utilisation qui est faite par les banques de l'épargne du Livret de Développement Durable et Solidaire (LDDS), dans le cadre de la campagne nationale #PasAvecNotreArgent, à l'initiative d'Attac France et de 350.org, qui a déjà recueilli plus de 15 000 soutiens sur une pétition en ligne [2].

24 millions de français détiennent un LDDS, cette épargne est collectée à hauteur de 60% par la Caisse des Dépôts et Consignations et 40% par les banques privées. Pour les banques privées, 80% de cet argent est fléché vers le financement des PME, qu'elles aient des activités soutenables ou pas, 10% vers les travaux d'économies d'énergie dans les bâtiments anciens et 10% dont nous ne connaissons pas l'utilisation. Malgré nos demandes [3], BNP-Paribas et Crédit agricole sont incapables de nous garantir que l'épargne collectée sur les LDDS ne sert pas à financer des projets destructeurs du climat [4]. Le ministre de l'économie Bruno Le Maire a lui-même reconnu le 27 novembre, à l'occasion du Climate Finance Day, qu'il y avait « un peu tromperie sur la marchandise » sur le LDDS [5]. Attac demande au gouvernement de modifier la réglementation pour que 100 % de l'argent collecté sur les LDDS finance la transition écologique.

Attac rappelle enfin que les banques sont un rouage essentiel de l'industrie de l'évasion fiscale, qui représente chaque année en France un manque à gagner pour les caisses de l'État d'au moins 60 milliards d'euros. BNP-Paribas et Crédit agricole sont particulièrement impliquées dans ce scandale, puisqu'elles ont respectivement créé 782 et 1005 sociétés offshore dans les paradis fiscaux [6].

Raphael Pradeau, porte-parole d'Attac France, a expliqué au cours de cette action qu'"à l'heure où se déroule la COP 24 en Pologne et où la lutte contre le réchauffement climatique est urgente, Attac veut mettre en évidence le lien entre la question sociale et les impératifs écologiques. La transition écologique ne peut pas se faire sur le dos des pauvres : pas de transition sans justice sociale !"
Notes de bas de page

[1] https://www.oxfamfrance.org/rapports/banques-francaises-les-fossiles-raflent-la-mise/ et http://www.amisdelaterre.org/Rapport-trois-ans-apres-la-COP21-les-banques-francaises-financent-toujours-plus.html

[2] https://france.zerofossile.org/ldds/

[3] https://france.attac.org/IMG/pdf/tablo.pdf

[4] https://france.attac.org/se-mobiliser/pasavecnotreargent/article/350-org-et-attac-ecrivent-aux-banques-au-sujet-du-ldds

[5] https://france.attac.org/actus-et-medias/salle-de-presse/article/assez-d-incantations-nous-passerons-a-l-action-lors-de-la-cop24

[6] https://www.oxfam.org/sites/www.oxfam.org/files/bp-opening-vaults-eu-banks-tax-havens-270317-fr.pdf

Lettre ouverte au Préfet de Police, au Préfet de Région et au Ministre de l'Intérieur

9. décembre 2018 - 12:00

Le Collectif présente ses condoléances aux proches de Zineb Redouane, dernière victime des violences policières du 1er décembre à Marseille. Il exige l'engagement de la responsabilité du Préfet, Pierre Dartout, représentant de l'État en Région, et du Préfet de police Olivier de Mazières, dans ce 9ème homicide qui endeuille le quartier de Noailles, en lien direct avec le dispositif policier déployé contre la manifestation.

6 décembre 2018

Le Collectif présente ses condoléances aux proches de Zineb Redouane, dernière victime des violences policières du 1er décembre à Marseille.

Il exige l'engagement de la responsabilité du Préfet, Pierre Dartout, représentant de l'État en Région, et du Préfet de police Olivier de Mazières, dans ce 9ème homicide qui endeuille le quartier de Noailles, en lien direct avec le dispositif policier déployé contre la manifestation.

Il exige du Ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, des engagements immédiats pour mettre fin à l'escalade des violences volontaires par les forces de l'ordre qui tuent, mutilent et répriment les manifestations à Marseille comme dans toute la France.

Il exige l'amnistie et la libération des personnes emprisonnées pour l'exemple suite à la manifestation du 1er décembre à Marseille.

Trente-deux ans, presque jour pour jour, après le meurtre de Malek Oussekine, étudiant de 22 ans frappé à mort par la police pendant la manifestation du 6 décembre 1986, c'est Zineb Redouane, habitante de Noailles, âgée de 80 ans, qui est tuée par une grenade lacrymogène lancée sur sa fenêtre au 4ème étage du 12 rue des Feuillants.

À ce décès s'ajoutent les trop nombreuses personnes gravement blessées, entre la vie et la mort, mutilées à vie, dans plusieurs villes de France, Marseille, Toulouse, Paris, Tour, Grenoble, qui signalent tragiquement qu'un pas de plus a été franchi dans l'escalade des violences policières et politiques depuis ce week-end. Des victimes généralement laissées sur le bord de l'information, contrastant avec la surmédiatisation du ras-le-bol policier : après le rassemblement du week-end à Paris, les médias nationaux relaient en boucle l'information de 23 forces de l'ordre blessées, passant sous silence 110 manifestants victimes des violences policières.

À Marseille, suite à la marche du 1er décembre pour un habitat digne, nous dénonçons également :

Les violences volontaires et les usages excessifs de la force publique par les Compagnies mobiles républicaines (CRS), sans sommation, sans justification de légitime défense, les nombreux tirs aériens de grenades lacrymogènes et GLI F4 sur manifestants et passants ; sur instructions du Ministère et ses représentants et dans une logique d'écrasement.
Les procès politiques faits aux 21 personnes arrêtées dans le cadre de la manifestation, condamnées à des peines d'emprisonnement ferme exceptionnelles, suivant les réquisitions du procureur et les instructions du Président Macron ; la tenue inédite de ces audiences à huis-clos au tribunal de Marseille, dérive vers une justice d'exception.
Les entraves au dépôt de plaintes des personnes blessées par les exactions policières depuis la marche du 14 novembre, dans plusieurs commissariats du centre-ville.
Le silence sur les violences subies par les manifestants, qui constitue une vraie technique d'entrave au droit de manifester, alors que parallèlement l'offensive médiatique contre « des casseurs » est maniée à dessein pour noyer nos revendications légitimes : aucune dégradation matérielle ne saurait justifier le niveau de violence employée par la force publique, armée et casquée, ni faire oublier que la violence des politiques de mal-logement est directement responsable de la mort de 9 personnes à Marseille.

Cette dérive politique, violente et mortelle d'un soi-disant « maintien de l'ordre » est inacceptable et engage la responsabilité des représentants de l'État à Marseille. Il est inacceptable qu'elle soit la seule réponse de l'État à nos revendications légitimes, alors même que l'urgence des personnes sinistrées n'est pas reconnue, que le mépris des classes populaires marseillaises touchées persiste et que neuf personnes ont déjà payé de leur vie le déni et la violence des autorités. Il faut que cela cesse maintenant et ne se reproduise jamais plus.

Pour manifester leur indignation et leur solidarité pour toutes ces victimes, nous appelons tous les Marseillais à venir se rassembler en masse le 10 décembre à 8H devant l'Hôtel de Ville, lors du dernier conseil municipal de l'année.

Présentation de la revue Le Fil Rouge et du n° 4 :« La guerre infinie : Impérialisme et Moyen-Orient »

8. décembre 2018 - 17:00

Nous sommes un groupe de camarades qui travaillons dans la continuité du marxisme révolutionnaire.
« Est camarade celui qui a su oublier, renier, s'arracher de l'esprit et du cœur la classification dans laquelle l'a rangé l'état civil de cette société en putréfaction ; celui qui se voit et s'intègre dans la perspective millénaire qui unit nos ancêtres des tribus en lutte contre les bêtes féroces aux membres de la communauté future, vivant dans la fraternité et la joyeuse harmonie de l'homme social. Ainsi entre hier, aujourd'hui et demain, il existe un fil rouge auquel il faut se tenir. Notre intention est de remettre au centre de l'analyse les catégories marxistes. Négateurs, falsificateurs, modernisateurs du marxisme : nous les combattons tous. »
Pour l'autonomie prolétarienne
Pour le Parti de classe

Le Fil Rouge
lefilrouge17 chez gmail.com
http://lefilrouge17.blogspot.fr

Mes racines sont d'ailleurs, mais c'est ici que je fleuris

8. décembre 2018 - 16:00

Le 8 décembre 2018 de 16h à 20h / Mes racines sont d'ailleurs, mais c'est ici que je fleuris >
Un moment de partage et de convivialité entre migrants et accompagnants autour de productions artistiques et musicales.


Dans le cadre des Etats généraux des migrations un collectif d'associations organise sur Marseille, du 20 novembre au 20 décembre prochain :

LE MOIS DE LA FRATERNITE ET DES DROITS

Ce thème a été retenu pour fêter une victoire face à la banalisation des atteintes aux droits fondamentaux, particulièrement des personnes exilées : le 6 juillet 2018, le Conseil Constitutionnel a reconnu comme principe constitutionnel le troisième terme du triptyque républicain : la fraternité. Il l'a défini comme « la liberté d'aider autrui dans un but humanitaire et ce, sans considération de la régularité de son séjour sur le territoire national ». Nous aurons sans aucun doute à l'utiliser pour biens d'autres causes, car la notion de fraternité humaine est un horizon dans un monde en perte de sens et qui bascule.

C'est sûrement une belle façon de célébrer les 70 ans de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme -DDUH- que tant de gouvernements aimeraient aujourd'hui mettre sous le boisseau, ainsi que la « convention internationale des droits de l'enfant » et celle relative aux « droits des travailleurs migrants et des membres de leur famille » qu'aucun pays occidental ne veut signer, car trop protectrice. Mais, c'est sans compter sur les associations qui, notamment dans le manifeste des EGM, continuent à affirmer la DUDH comme fondement de leurs engagements.

Manifeste des Assemblées Locales réunies pour la 1ère session plénière des États Généraux des Migrations :

Pour la réalisation de ce programme, le principe de l'engagement des partenaires est d'annoncer et, le plus possible, de préparer ensemble des initiatives autour de grandes dates qui font sens. Ils donnent ainsi plus d'écho et de lisibilité au socle commun de valeurs qu'ils portent et défendent. Chaque association ou collectif gardent, bien entendu, la possibilité d'initiatives propres.

Membres du groupe de préparation :

La Cimade, La Ligue des Droits de l'Homme, RESF, RUSF, CCFD Terre Solidaire, Espace… La plupart se retrouvent au sein du Réseau Hospitalité.

Synpac-CGT, Sgen CFDT, Génération.S, PCF…

Qui sème la misère récolte la colère

8. décembre 2018 - 15:00

À tout.e.s celles et ceux qui en ont marre de fermer leur gueule pendant que les bourgeois, de Gaudin à Macron, continuent de nous mettre à l'amende, reprenons la rue ! Rendez-vous samedi 8 décembre, à 15h, au Cours Julien.

À Marseille comme ailleurs un vent de révolte souffle sur les braises de la colère, partout la vindicte populaire gronde et éclate dans les rues, les symboles de la république sont bafoués, les forces de l'ordre défiées et combattues, les gouvernant.e.s conspué.e.s. Partout des barricades s'érigent, les populations s'organisent.

Que tu sois mail-logé.e.s, expulsé.e.s de Noailles, de Belsunce, de tous quartiers, que tu sois lycéen.ne.s sélectionné.e.s/étudiant.e.s sans avenir, que tu sois exilé.e.s pourchassé.e.s, sans fric, galérien.ne.s ou bien travailleur.euses au fins de mois difficiles, que tu sois avec ou sans gilet : rejoins le cortège des rageux-ses.

À tout.e.s celles et ceux qui en ont marre de fermer leur gueule pendant que les bourgeois, de Gaudin à Macron, continuent de nous mettre à l'amende, reprenons la rue.

Contre cette politique de merde et son monde marchons ensemble
P.-S. Pancartes, banderoles, tenues correctes conseillées

Climate Alarm • Marche mondiale pour le climat

8. décembre 2018 - 14:00

La marche mondiale pour le climat Climate Alarm aura lieu simultanément samedi 8 décembre dans de nombreuses villes de France et du monde entier.
Cette marche vise à faire entendre l'urgence climatique, dans le contexte actuel de la Cop 24 et des derniers rapports très alarmants du GIEC.

A Aix-en Provence, le rendez vous est fixé a 14h, devant la mairie, place de l'hôtel de ville.
Pour construire la convergence des luttes citoyennes, gilets verts et gilets jaunes défileront ensemble pour la justice écologique et sociale, comme l'annonce l'article du journal Le Monde : https://www.lemonde.fr/planete/article/2018/12/06/la-marche-pour-le-climat-veut-converger-avec-les-gilets-jaunes_5393606_3244.html?fbclid=IwAR19elkdElVoE9yT4bRJZxiVB_djVOEQoS-kA4ipa6OGAy8X6smU1AiseRU

Après les prises de paroles au nom du Collectif Citoyen Pour Le Climat, d'Attac (présence de Raphaël Pradeau, porte parole d'Attac France), d'Alternatiba et du Mouvement des Gilets Jaunes, la marche traversera les rues commerçantes du centre ville, et descendra le cours Mirabeau. Quelques minutes avant 16h, un die-in gigantesque aura lieu simultanément sur le cours Mirabeau et au point de rassemblement des gilets jaunes sur le péage de la Barque, ou l'on attend plusieurs milliers de personnes, pour symboliser la menace d'effondrement social et écologique, et le risque pour la survie de l'humanité. Puis à 16h précise, dans le monde entier, les manifestants feront le plus de bruit possible pour alerter sur l'urgence de réponses adaptées à la crise écologique et sociale.

La marche est un événement pacifique, et l'ensemble des participants adoptera une posture non-violente.

Climate Alarm synonyme d'un maximum de bruit pour se faire entendre. Alors ramène ton sifflet, ta trompette, ta #casserolle et même ta belle-mère si elle chante fort !
Soyons nombreux à ce nouveau rassemblement humain, bienveillant, apartisan et non-violent. Les enfants sont conviés !

Suite à la réussite de la précédente #MarchepourleClimat qui a rassemblé près de 800 personnes le 13 Octobre à #Aixenprovence, une nouvelle marche est planifiée le #8Décembre avec une dimension #internationale.

Malgré les très fortes mobilisations #DansNosRuesPourLeClimat, quels changements de politique ?
Trop peu de communication sur l'urgence de la situation !

Alors #OnRemetCaPourLeClimat car on sait qu'#ilestencoretemps !
Parce qu'on est tous déterminés à faire de l' #écologie notre priorité, pour préserver la #biodiversité et pour agir contre le #réchauffement #climatique.
Parce que c'est notre devoir de protéger Notre #Terre.
Parce que les politiques ont fait des promesses qu'ils n'ont pas tenues.

Le 8 Décembre 2018 mobilisons-nous, toujours plus nombreux !

○ 14h-14h30 Discours de Présentation + Urgence climatique
○ 14h45 | Départ de la marche
○ 15h58 | Dying général
○ 16h00 | CLIMATE ALARM
○ 17h00 | (approximatif) Arrivée à l'Office de tourisme + présentation des associations + Moment d'échanges (nous cherchons toujours des artistes pour véhiculer la bonne humeur !)
○ 19h00 | Fin du rassemblement

(les horaires sont susceptibles d'évoluer)

La Marche se déroulera de l'Hôtel de ville jusqu'à l'Office de tourisme en passant par le Cours Mirabeau !

Plus d'infos :
https://fr-fr.facebook.com/events/571890319920171/

Climate Alarm : marche mondiale pour le climat

8. décembre 2018 - 14:00

Alternatiba Marseille coorganise la marche avec notamment le mouvement Citoyens pour le Climat, dont vous trouverez le communiqué de presse en pièce jointe.

https://www.facebook.com/events/1877597305650005/

Le 8 décembre, les « Marches pour le climat » reprennent un peu partout en France et dans le Monde , pour influencer les engagements de nos dirigeants nationaux lors de la COP24…. et Marseille a besoin de vous, Marseillais !

Citoyens, hommes, femmes, enfants, associations, élus, entreprises, syndicats, de la mer ou de la montagne nous avons tous comme point commun d'avoir besoin d'une Planète habitable et désirable pour nous, pour nos enfants, et pour les générations à venir

On vous annonce une Marche encore plus festive , encore plus en lien avec les acteurs locaux, encore plus forte
Faisons du bruit pour la planète !!!

Nous sommes Marseille !!!

Que faire pour préparer la marche :
1/ Amener une casserole et une cuillère pour faire un maximum de bruit "ClimateAlarm"
2/ Faire des pancartes (cartons, fond de meuble IKEA, balais, feutres, etc.) seul, en famille, entre amis, bons moments garantis
3/ Venir avec son vélo pour une vélorution et demander plus de transport doux
4/ Avoir les mains vertes comme signe distinctif
5/ Préparer des chants
6/ Sensibiliser sa famille, son ami, son voisin
7/ Être créatif, toutes les initiatives sont bonnes

L'itinéraire validé est le suivant départ Ombrière - Canebière - Lieutaud - Montgrand - Paradis - Canebière - Ombrière

Pendant la marche, vous serez accompagnés de nombreuses associations Marseillaises, n'hésitez pas à aller à leur rencontre. La fin de la marche sera ponctuée par un concert avec un village des associations. Si vous souhaitez vous produire, n'hésitez pas à nous contacter.

Communiqué :

Pour Aix-en-Provence voir :
http://www.millebabords.org/spip.php?article32460

Appel "Qui sème la colère, récolte la tempête"

8. décembre 2018 - 12:57

COMMUNIQUE DU SAMEDI 8 DECEMBRE REÇU À 11H30

L'assemblée de la Plaine n'a convoqué aucune manifestation aujourd'hui 8 décembre.
Elle a simplement relayé sur ses listes les différents appels à manifester à Marseille.
À noter : l'appel "Qui sème la misère récolte la colère" qui apparait sur le site Mille Bâbords est de façon erronée attribué à l'Assemblée.
Nous demandons rectification expresse de cette "maladresse".
Merci.

Voir dans notre rubrique "Agenda" l'appel à cette manifestation avec correction des auteurs de l'appel (Mille Bâbords)

Cercle de Silence

8. décembre 2018 - 11:30

Chers amis,

La dégradation des conditions de vie et les inégalités criantes qu'elles engendrent dans les pays où se manifestent déjà les effets du dérèglement climatique sont en grande partie responsables des déplacements de population dans le monde*. Ces déplacements, qui affectent surtout les pays voisins les plus proches, résultent directement du sentiment d'abandon et d'incompréhension de personnes qui refusent l'injustice absolue de leur situation.

C'est à rapprocher, toutes proportions gardées bien entendu, des manifestations qui se développent actuellement en France alors qu'on ne fait pourtant qu'entrevoir les modification inévitables des modes de vie à venir.

Dans tous les cas, l'absence de considération et de solidarité vis-à-vis des plus faibles, qui résulte du système économique mis en place à l'échelle internationale, a des conséquences gigantesques.

La solidarité est donc indispensable ne serait-ce que pour ne pas aggraver des phénomènes qu'on maîtrise de moins en moins. Elle ne peut cependant s'exercer de manière discriminatoire et c'est pourquoi nous devons rappeler sans cesse que la Fraternité c'est aussi avec les migrants, quelles que soient leurs situations.

L'un des (petits) gestes que devrait immédiatement faire notre gouvernement, serait d'accorder un pavillon à l'Aquarius... Pour le demander et pour exiger un accueil digne de toutes les personnes qui fuient la misère ou la persécution, nous nous joindrons le 18 décembre prochain - Journée internationale des Migrants - à la marche qui se déroulera dans Aix dès 18h à partir de la Place de la Mairie.

Nous vous donnons rendez-vous, en attendant, pour un nouveau cercle de silence, samedi 8 décembre de 11h30 à midi, Place de la Rotonde à l'orée des Allées Provençales.

Philippe Chouard, pour le groupe de coordination du cercle de silence d'Aix-en-Provence

* voir à ce sujet le très complet numéro des Echos de la section LDH du Pays d'Aix, paru en juin dernier.

Action d'Attac Pays d'Aix

8. décembre 2018 - 11:00

Au moins 60 militant·e·s d'Attac mèneront une spectaculaire action de désobéissance civile ce samedi 8 décembre à partir de 11h à Aix en Provence.

En pleine COP 24, ils occuperont deux agences bancaires particulièrement impliquées dans le dérèglement climatique.
Alors que la colère sociale est forte dans le pays, les militant·e·s affirmeront que la nécessaire transition écologique ne doit pas se faire sur le dos des pauvres : elle ne peut se faire sans justice sociale et justice fiscale.
Le gouvernement cherche des milliards d'euros pour financer la transition écologique ?

Par cette action Attac montrera que de l'argent il y en a :
> les banques organisent l'évasion fiscale qui représentent un manque à gagner pour les caisses de l'État d'au moins 60 milliards d'euros par an ;
> les banques financent massivement les énergies fossiles, responsables des émissions de gaz à effet de serre, plutôt que les ébnergies renouvelables [1] ;
> les 24 millions de livrets de développement durable et solidaire collectent 108 milliards d'euros qui, de l'aveu même du ministre Bruno Le Maire, ne servent que très marginalement à financer la transition écologique [2].

Le RDV à la presse est fixé samedi à 10h45 au Cintra, place Jeanne d'Arc, à Aix-en-Provence.

Raphael Pradeau, porte-parole d'Atac sera sur place pour vous accueillir et répondre à vos questions et demandes d'interview. Pour toute question, vous pouvez le joindre au 06 14 98 52 60.

Grande PARADE des poussettes

8. décembre 2018 - 11:00

On vous attend nombreux samedi 8 décembre à 11h sur le Vieux-Port sous l'ombrière pour notre grande parade de Noël des poussettes enragées.

L'incurie municipale a entraîné des morts et des centaines de personnes délogées rue d'Aubagne. L'abandon des quartiers populaires de notre cité et la négligence pour résorber l'habitat indigne n'est malheureusement pas la seule marque de mal-gérance municipale.

Dans notre ville, l'enfant vit dans une cité interdite, hostile et agressive avec le tout-voiture, un manque criant d'espaces verts, de jardins, de piscines, de squares, de ludothèques, de crèches, des écoles dans un état pitoyable...

SAMEDI 8 décembre 2018 nous vous donnons donc rdv à 11h sous l'ombrière du Vieux-Port où le micro sera ouvert pour des témoignages de parents et d'enfants pour améliorer la ville afin de répondre aux attentes de la petite enfance et des jeunes à Marseille.

Il y aura aussi un atelier fresque pour les enfants qui esquisseront leur ville de rêve.
Nous chanterons également.

Nous déambulerons ensuite sous forme de PARADE de poussettes jusqu'à la Mairie pour remettre notre cahier de doléances de revendications : la lettre au père Noël.

Le syndicat des poussettes enragées invite enfants, parents, habitants, citoyens, usagers de notre cité qui considèrent que la place de l'enfant est négligée dans notre ville à participer à cette grande parade de Noël des poussettes.

Merci d'inviter vos amis parents ou soutiens à notre parade via l'évènement Facebook :
https://www.facebook.com/events/251265272235314/
Et de vous abonner à notre compte twitter :
@SyndicatP

Le syndicat des poussettes enragées
https://www.facebook.com/syndicatpoussettesmars/

Rassemblement pour la défense de la loi de 1905

8. décembre 2018 - 11:00

Rassemblement devant la Préfecture Bd Limbert Avignon pour défendre la séparation des Eglises et de l'Etat et pour dire au Président Macron et à ses députés.

Ne touchez pas à la loi de 1905 !

Les dés semblent jetés désormais. Le Président de la République a annoncé qu'il entendait au début de l'année 2019 modifier la loi de 1905 sur des aspects financiers et de labellisation de cultes « reconnus ». Selon la presse, un tiers de la loi (pas moins !) serait concerné. Il s'agirait donc d'une remise en cause en profondeur de la loi de Séparation des Eglises et de l'Etat.

La loi de 1905 repose sur deux principes essentiels que doit mettre en œuvre la République pour garantir à tous la liberté de conscience :
la non-reconnaissance des cultes
le non-financement des religions

Or, le projet d'Emmanuel Macron remet précisément en cause ces deux principes essentiels. Par le biais d'une fiscalité dérogatoire, il mettrait, en effet, en place un financement public déguisé des cultes. Serait aussi donné un « label gouvernemental » à certains cultes reconnus, qui pourraient ainsi bénéficier d'aides financières et matérielles.

Pour tromper l'opinion publique, la communication de l'Elysée proclame que la loi de 1905 a été déjà modifiée et qu'elle n'est pas « sacrée ». Si la loi de 1905 a été modifiée, c'est quasiment toujours pour tenir compte de l'évolution des choses en 113 ans, mais sans jamais remettre en cause les fondements de la loi. Par exemple, l'article 43 sur l'Algérie est considéré comme obsolète et pour cause, d'autres sont devenus caducs de fait, car ils répondaient à des situations ponctuelles. Ces situations ayant changé, les articles concernés ont dû être modifiés.

La seule grande « modification » a été celle opérée le 25 décembre 1942 par le Régime de Vichy qui a modifié le principe de non-financement des cultes. Or, c'est précisément ce que veut faire Emmanuel Macron, en marche ainsi dans les pas de Philippe Pétain. Car la loi du 9 décembre 1905 stipule de la manière la plus claire : « La République ne reconnaît, ne salarie, ni ne subventionne aucun culte. »

Avec Emmanuel Macron, la République reconnaîtrait
certaines religions et les financerait !

Ce n'est donc pas mineur, mais fondamental. On ne fera pas prendre la proie pour l'ombre à la Libre Pensée. Les propositions du gouvernement visent le cœur de la loi de Séparation des Eglises et de l'Etat.

La Libre Pensée a donc décidé de se rendre devant toutes les préfectures dans les départements et régions pour signifier le refus de la France laïque de voir modifier la loi de 1905 à l'occasion de la date anniversaire de la loi de Séparation des Eglises et de l'Etat. Nous rappelons qu'Emmanuel Macron a refusé de recevoir la Libre Pensée sur ce sujet.

La Libre Pensée invite toutes les associations laïques, les syndicats, les partis, les élus à se mobiliser pour manifester leur opposition au projet gouvernemental.
La Libre Pensée ouvre largement aux associations et aux syndicats la composition de ses délégations auprès des préfets.

La Libre Pensée se déclare prête à s'associer à toute initiative des associations laïques et syndicales sur le thème :

Communiqué :

La Libre Pensée Vaucluse
Site départemental : http://librepensee84.fr/
Tél. 06 31 08 95 10
Site national http://www.fnlp.fr/

Ne touchez pas à la Loi de 1905 !

8. décembre 2018 - 10:00

La Fédération départementale de la Libre Pensée 13 appelle à un rassemblement devant la préfecture des Bouches-du-Rhône à Marseille, le samedi 8 décembre à 10 H 00, sur le thème : NE TOUCHEZ PAS à LA LOI DE 1905 ! dans le cadre de l'action nationale décidée lors du congrès national de St Herblain (44800).
La FDLP13 a demandé une audience au préfet des Bouches-du-Rhône pour le samedi 8 décembre 2018 à 10 h 00 pour « qu'une délégation de responsables laïques soit reçue en préfecture afin de vous préciser notre position sur cette fondamentale question de la défense de la loi de 1905 ».Cette délégation sera appuyée par ce rassemblement avec prises de parole.
Il s'agit de la première étape d'une mobilisation laïque pour exprimer la nécessaire résistance unie des laïques devant la gravité de cette menace...

FÉDÉRATION DÉPARTEMENTALE DE LA LIBRE PENSEE DES BOUCHES DU RHÔNE
B.P. 40078 13192 MARSEILLE CEDEX 20
Site Internet : lp-13.org / e-mail : federation chez lp-13.org

Sauver des vies sans l'Aquarius

8. décembre 2018 - 9:07

Chers amis,

Ceci n'est pas un message comme les autres.

Nous tenions à vous informer - le cœur lourd mais plein d'espoir - que nous avons décidé de mettre fin à l'affrètement de l'Aquarius, ce bateau citoyen qui a sauvé près de 30 000 vies en Méditerranée centrale grâce à votre soutien.

Comme vous pouvez l'imaginer, cette décision a été extrêmement difficile à prendre pour les équipes de SOS MEDITERRANEE comme pour notre partenaire médical Médecins Sans Frontières. Après 34 mois d'opérations, ce navire est devenu un symbole pour toutes celles et ceux qui, comme vous, considèrent que porter assistance aux personnes en détresse en mer est un impératif légal et moral qui doit primer sur toute considération.

Pourquoi une telle décision ?

Suite aux multiples manœuvres politiques le privant par deux fois de son pavillon (Gibraltar puis Panama), l'Aquarius est à quai à Marseille dans l'impossibilité de repartir. Nous avons appris en début de semaine que la Suisse n'offrirait pas son pavillon au bateau malgré le soutien de nombreux citoyens que nous remercions chaleureusement.

L'Aquarius doit aujourd'hui répondre à des accusations disproportionnées et infondées. Lundi 19 novembre, les autorités judiciaires italiennes ont demandé la mise sous séquestre du navire. A ce jour - à notre connaissance -, le juge italien n'a pas activé une demande de coopération avec la France pour la mise en exécution de cette demande, mais l'acharnement dont ce bateau est la cible rend très difficile son utilisation dans le cadre de notre mission à court et long terme, et nous contraint à nous en séparer.

Nous continuons notre mission

Cette nouvelle est certes difficile à accepter pour nous tous mais notre mission est de sauver des vies humaines. Nous ne pouvons pas accepter que l'on entrave notre action alors que, depuis le début de l'année, plus de 2 100 personnes sont mortes noyées en Méditerranée.

Nous sommes déterminés à repartir en mer le plus rapidement possible. Notre équipe étudie sérieusement plusieurs propositions pour trouver un nouveau navire afin de poursuivre durablement nos opérations de sauvetage dès le début de l'année prochaine.

C'est un nouveau défi que nous relèverons ensemble !

Rappelez-vous, il y a plus de trois ans, vous étiez déjà des milliers à vous engager dans cette aventure collective à laquelle personne ne croyait : affréter un navire citoyen pour sauver des vies en haute mer. 34 mois plus tard, ce sont près de 30 000 hommes, femmes et enfants qui ont été sauvés de la noyade, dont 6 bébés nés à bord de ce navire, grâce à votre mobilisation ! Cet incroyable engagement est l'une de nos plus grandes forces.

Portés par votre indéfectible soutien, nous sommes plus déterminés que jamais à prendre ce nouveau départ. C'est une promesse, nous repartirons bientôt sauver des vies !

Tant que des êtres humains risqueront leur vie en mer nous continuerons. Tant que vous serez à nos côtés, renoncer ne sera jamais une option.

Merci pour votre engagement,

L'équipe de SOS MEDITERRANEE
#TogetherForRescue

Communique contre les violences d'état et les violences policières

8. décembre 2018 - 8:51

A Athènes, il y a dix ans, Alexis Grigoropoulos âgé de 15ans est abattu d'une balle en plein cœur par un policier.

A Marseille, dimanche dernier Zineb Redouane âgée de 80 ans succombe suite à un tir de grenade lacrymogène dans son appartement.

A Paris, Malik Oussekine, le 6 décembre 1986 fut frappé à mort par des « voltigeurs » suite à une manifestation étudiante.

Les jours de l'année ne suffiraient pas à dénombrer les morts issus des violences policières.

Contre les violences d'état et les violences policières, manifestations et solidarité internationale !

Collectif Antifasciste Marseille

Bled Runner, par et avec Fellag

7. décembre 2018 - 20:00

Le Forum Jacques Prévert de Carros (06) présente le vendredi 7 décembre à 20H un spectacle de l'acteur, humoriste et écrivain algérien Fellag : Bled Runner ou Quand le rire est une arme pour connaître et accepter l'Autre…
« Il est urgent d'exorciser les sujets qui minent les rapports entre nos deux mondes. Ces rapports sont si tendus, si délicats que seul l'humour peut les caresser sans se brûler les doigts. » Depuis 30 ans, Fellag dynamite les sujets qui fâchent et déboulonne les clichés qui minent le dialogue entre l'Algérie et la France. À travers les meilleurs moments de ses précédents spectacles, revus à l'aune de son regard d'aujourd'hui, il nous invite à un voyage plein de rires, d'insolence et d'optimisme mêlés.

Forum Jacques Prévert
1 rue des Oliviers, 06510 CARROS
contact chez forumcarros.com. Tel 04 93 08 76 07

Débat sur l'individualisme

7. décembre 2018 - 19:00

Victor Serge est surtout connu comme l'un des premiers dénonciateurs du totalitarisme stalinien. En 1917, il vient de purger cinq ans de prison en France pour sa collaboration au mouvement anarchiste ; la révolution qui commence en Russie répond à son impatience de passer à une action efficace dans un contexte de désespoir, de guerre et d'effondrement des mouvements révolutionnaires en Europe. Exilé à Barcelone, il publie un Essai critique sur Nietzsche dans lequel il approuve l'individualisme nietzschéen qui vise à produire des individus forts et autonomes, exigeants envers eux-mêmes comme envers les autres, nobles dans leurs aspirations, généreux parce qu'ils ont beaucoup à donner mais méprisant le conformisme et l'esprit grégaire. En même temps il met en garde contre un autre aspect de la philosophie de Nietzsche, une exaltation de l'autorité et de la hiérarchie sociale. Toute l'œuvre de Serge, depuis ses articles de jeunesse dans le journal l'anarchie jusqu'à ses Mémoires, en passant par ses romans et essais politiques, est imprégnée de ses efforts pour concilier un individualisme de type nietzschéen et une lutte collective pour l'émancipation de tous et la création d'une société sans classes.
À l'heure actuelle où l'individualisme est presque toujours compris comme un repli sur une petite vie de consommation indifférente aux autres, où les luttes collectives sont dispersées et ne concernent qu'une minorité de personnes, il est intéressant de réfléchir à la liaison exprimée dans cet essai entre la construction de personnalités fortes tournées vers un idéal élevé et l'union de toutes ces forces pour produire une société sans dominations, ouverte à l'épanouissement propre de chacun. Comment favoriser de telles personnalités ? Comment concilier l'exigence d'autonomie individuelle et la solidarité ?
De cette conciliation dépend la possibilité d'une véritable révolution.

Débat présenté par Annick Stevens, philosophe et traductrice de l'Essai.

 
 
 
 
DESIGN DARK ELEGANCE | PORTED FOR DRUPAL 6 | ADAPTE PAR: JEREMY BASTIDE 

Powered by Drupal, an open source content management system