Ecouter le live sur Galère  Discutez avec les autres auditeurs de radio galère : 

 

Infos Mille babords

Syndiquer le contenu Mille Babords
Mis à jour : il y a 1 jour 39 min

Qu'est-ce que l'utopie ?

29. octobre 2018 - 19:00

Lundi 29 octobre 19 h, Bibliothèque Méjanes, Salle Bouvaist
Philosophie politique
Avec André Koulberg

Qu'est-ce que l'utopie ?

Tout le monde sait, ou croit savoir, ce qu'est l'utopie : une naïve illusion. Une enquête historique permettra de questionner cette évidence. Nos certitudes d'aujourd'hui au sujet de " l'utopie" et du "réalisme" ne seraient-elles pas, elles-mêmes des illusions ?

Entrée libre dans la limite des places disponibles

Tél : 06 37 26 91 62

L'amour et la révolution

29. octobre 2018 - 18:30

« L'Amour et la révolution » s'invite à l'Amassada.

LUNDI 29 OCTOBRE à 18h30, l'Amassada vous invite pour une soirée consacrée à la situation actuelle en Grèce. Nous projetterons le dernier film du cinéaste et militant grec Yannis Youlountas « L'Amour et la révolution. » Non rien n'est fini en Grèce…

Yannis qui tourne actuellement en France pour présenter son film sera parmi nous !!!

Où va la Grèce toujours surveillée par ses créanciers (Banque centrale européenne, FMI, Union européenne) ? Comment le gouvernement Tsipras et le parti au pouvoir Syriza issu de la gauche grecque mettent-ils en œuvre cette politique d'austérité perpétuelle ? Où en est la contestation politique ? Quelles sont les alternatives proposées et qui les incarne ?

Un repas sera partagé sur place.
Venez nombreux et nombreuses !

http://lamouretlarevolution.net/

Et aussi une interview de Yannis sur https://lundi.am/L-amour-et-la-revolution-le-prochain-film-de-Yannis-Youlountas

Pour toute information supplémentaire.
Pour s'inscrire à la lettre d'information "infoamassada".
Pour nous inviter à parler de l'amassada et de la lutte de Saint-Victor une seule adresse mail : amassada chez riseup.net

Nous écrire par voie postale : l'Amassada, parcelle 15900, La Plaine, 12400 Saint-Victor

Pour les urgences, prévenir les occupans un numéro : 06 44 74 21 92 n'hésitez pas à laisser un message ou un texto.

Assemblée de la Plaine

29. octobre 2018 - 18:00

Site et suivi de la lutte La Plaine, on est là - tou.te.s ensemble défendons notre quartier :
https://laplaine.noblogs.org/

En cas de pluie, se rapprocher de Manifesten ou de la Dar Larmifa pour connaître le lieu du rassemblement.

Souscription pour le café zapatiste 2018-2019

29. octobre 2018 - 17:56

Depuis 2006, l'association Mut Vitz 13 lance chaque fin d'année une souscription afin de pré-commander du café à des coopératives zapatistes du Chiapas (paiement aux coopératives le plus tôt possible, livraison du café en septembre). Par cette souscription, nous voulons contribuer à soutenir l'autonomie des communautés zapatistes en résistance face à la guerre de basse intensité menée par les autorités gouvernementales mexicaines.

Voici lancée la souscription pour le café zapatiste 2018 (réception 2019). Depuis 2006, l'association Mut Vitz 13 lance chaque fin d'année une souscription afin de pré-commander du café à des coopératives zapatistes du Chiapas, en collaboration avec l'association Échanges solidaires de Paris.

La totalité du bénéfice de la vente de ce café est remis en main propre aux Conseils de Bon Gouvernement, autorités élues par les communautés zapatistes, qui décident ensuite de la manière de l'utiliser : l'argent de cette vente de café bénéficie donc à l'ensemble des communautés, et pas seulement à celles qui le produisent.

Les difficultés rencontrées ces dernières années s'éloignent. La rouille du caféier semble jugulée grâce à tous les efforts conjugués des producteurs et des soutiens divers. La récolte 2017 a été bonne. Espérons que celle de 2018 aussi.

Les frais de transport, à charge des petits producteurs, ont beaucoup augmenté et le cheminement du café vers l'usine qui le transforme en café « de oro », forme sous laquelle il est exporté, est long et compliqué. Les petits producteurs doivent d'abord transporter le café de leurs communautés souvent très dispersées vers la « bodega », hangar de collecte, situé dans chaque zone zapatiste, puis de là à l'usine de transformation située dans la zone de la Junta de Morelia puis ensuite au port de Veracruz. Chaque année Échanges solidaires se rend dans les Juntas dont dépendent les caféiculteurs pour discuter le prix d'achat du café d'un commun accord avec eux.

D'autre part les Zapatistes ont décidé de lancer une campagne de solidarité avec les migrants mexicains qui subissent une répression forte aux États–Unis mais aussi avec les migrants de la planète. La lutte contre le capitalisme qui dévaste les pays et force les gens à migrer passe par cette solidarité. Une explication claire est donnée dans le communiqué suivant :

« En haut les murs, en bas (à gauche) les brèches »

Par ailleurs depuis octobre 2018 une caravane de migrants partie du Honduras se dirige vers les États Unis.

Mut Vitz 13 a décidé de participer à cette campagne de solidarité en la déclinant localement, en lien avec le comité migrant de Marseille.

Quelques informations pratiques pour la souscription 2018

Le prix du paquet reste cette année à 3,60 €.

La souscription se terminera fin janvier 2019.

Par ailleurs, comme les années passées, nous vous demandons autant que possible de commander le café par multiples de 10 afin de nous faciliter la tâche tant sur le plan comptable que sur celui de la manutention.

Cette année nous avons renouvelé la case « solidarité migrants » dans le bulletin de souscription, pour ceux qui en ont la possibilité et l'envie. Si chacun cotise pour l'équivalent d'un seul paquet de café nous pourrions remettre environ 3 cartons de café au comité migrant de Marseille. Donc n'hésitez pas et sachez que grâce à vos dons lors de la souscription 2017-2018, nous allons remettre au comité migrants « Le mamba » 145 paquets de café.

À bientôt,

Solidairement,

Équipe Mut Vitz 13

Bulletin de souscription pour le café zapatiste 2018-2019

Bientôt des barbelés sur La Plaine ?

29. octobre 2018 - 14:00

Les 16 et 17 octobre, des bûcherons envoyés par la mairie et escortés par 150 CRS dépêchés par la préfecture de police ont tronçonné et mis à la benne une quarantaine d'arbres sur la place Jean-Jaurès. Parmi eux, 7 tilleuls âgés de près cinquante ans, en pleine santé, dont le feuillage abondant apportait de l'ombre à tous, n'étaient même pas prévu dans le plan d'abattage municipal. Et il en reste 75 à massacrer.
Dans la foulée, d'autres ouvriers ont cisaillé les grilles autour du square Yves Montand, laissant dépasser des bouts de ferrailles acérés. Plusieurs personnes, venues crier leur colère, ont été blessées ou interpellées par la police.
Devant l'émotion suscitée par cette opération aussi violente qu'absurde, les travaux ont été stoppés du jour au lendemain et le quartier a été, une fois de plus, laissé à l'abandon par la municipalité. Ce sont les habitants, les commerçants et les habitués de la Plaine qui ont pris sur eux de nettoyer les gravats, placer des protections aux abords du square, ouvrir des passages entre les blocs de béton entourant la place pour faciliter les déplacements des personnes âgées et des mamans avec leurs poussettes.

Ce sont les mêmes rejoints par des centaines de personnes de tous les quartiers de Marseille qui ont défilé dans la joie contestataire et la bonne humeur communicative le 20 octobre. Le succès de cette manifestation est confirmé par la pétition de l'Assemblée de la Plaine (plus de 4000 signataires) et l'appel à construire la ville autrement (près de 200 personnalités, architectes, urbanistes, paysagistes, poètes, écrivains, cinéastes, philosophes, psychiatres, enseignants, et associations) relayé par Un centre-ville pour tous.

Pour seule réponse, la mairie, représentée par son adjoint aux grands projets d'attractivité Gérard Chenoz, se répand en mensonges et autres calomnies sur ses opposants.

Non, Gérard, l'assemblée n'a jamais eu la prétention de représenter LE quartier, mais elle rassemble aujourd'hui des milliers de gens qui partagent la même revendication d'une rénovation urbaine avec et pour les habitants. La Plaine aspire à rester un quartier populaire où tous les Marseillais peuvent se croiser.

Non, Gérard, l'assemblée n'a pas refusé de te rencontrer. Dans sa réponse à ton invitation, elle a posé deux conditions de bon sens étant donné ton goût prononcé pour l'enfumage et la division : la suspension du chantier et la nomination d'un médiateur.

Non, Gérard, tes petites manipulations de l'opinion pour nier toute légitimité à l'opposition, ne trompent personne. Notamment ces pseudo-comités de riverains de la Plaine favorables aux travaux, qui ne font que reprendre les éléments de langage de tes dossiers de communication payés à prix d'or et distribués dans tout le centre-ville.

Pendant ce temps :
avec la suppression du marché et l'absence de stationnement, la transformation de la Plaine en désert par l'opération de requalification-destruction décidée en catimini par la mairie a déjà commencé ;
les forains sont privés d'une possibilité de rester sur la place avec un chantier conduit en plusieurs phases ;
les familles n'ont plus accès aux jeux ;
les commerçants sont condamnés par la disparition drastique de toutes les places de parking sans qu'aucune alternative n'ait été envisagée ;
le quartier sera privé d'un espace pour flâner, s'asseoir sur les bancs, jouer à la pétanque, taper dans le ballon… pendant au moins trois ans.

Contre la transformation de la Plaine en camp retranché, continuons à nous battre pour des villes vertes, vivantes et populaires !

Assemblée de La Plaine

* pour les non initiés Gérard Chenoz est le président de la soleam société locale d'équipement et d'aménagement de l'aire marseillaise

https://www.facebook.com/assembleedelaplaine

assembleedelaplaine chez gmail.com

Campagne de sensibilisation et de mobilisation pour les Mineurs Isolés Etrangers

28. octobre 2018 - 18:45

COMMUNIQUE JUJIE du 25 octobre 2018

A l'occasion de la journée internationale des Droits de l'enfant le 20 novembre, le collectif Justice pour les jeunes isolés étrangers (Jujie) lance une campagne de sensibilisation et de mobilisation aux côtés de ceux qu'on appelle Mineurs Isolés Etrangers (Mineurs Non Accompagnés selon la terminologie officielle).

Du 25 octobre au 20 novembre, Jujie publiera chaque jour sur le blog Jujie sur Médiapart relayé sur un maximum de médias (listes de diffusion, sites, contacts presse, réseaux sociaux) un témoignage sur la maltraitance institutionnelle dont ces enfants sont victimes ainsi que chaque lundi un dessin et un texte destinés à lutter contre les idées reçues au sujet des mineurs isolés étrangers.

Le 20 novembre des initiatives concertées donneront une visibilité publique à ces jeunes et à ceux qui les soutiennent.

Laissés à la rue pendant des semaines ou des mois sans pouvoir être entendu pour défendre leurs droits, victimes d'une politique du soupçon qui, dans de très nombreux cas, aboutit à la contestation de leur minorité, bientôt fichés avec l'ouverture d'un fichier national biométrique, les MIE sont traités de façon indigne par les institutions qui devraient assurer leur protection, Conseils départementaux, services de l'Aide Sociale à l'Enfance, parquets des mineurs, tribunaux pour enfants.

Jeunes écrivant eux-mêmes ou aidés par un soutien, travailleurs sociaux écœurés de devoir trier des enfants à la place de leur mission éducative, militants et bénévoles contraints de tenter de pallier les carences des responsables, diront jour après jour ce qu'est la réalité de cette jeunesse discriminée et abandonnée.

Les témoignages directs des jeunes étrangers isolés contiennent parfois des approximations ou des erreurs, en particulier sur les institutions et les procédures auxquelles ils ont affaire. Des erreurs qui révèlent leur désarroi devant un monde qu'ils découvrent et qui les ballotte d'un service à l'autre, d'un rendez-vous à une évaluation ou une audience sans leur permettre de comprendre qui est qui et quels sont les enjeux. Ils témoignent de ce qu'ils vivent. Il faut les entendre.

Errance en France, témoignage de Moussa, juillet 2018

Je suis à Marseille depuis plus d'un an ! Je suis arrivé le 20 juillet 2017. Je suis resté dehors trois mois et cinq jours.
Je suis allé à l'ADDAP13(1) le jour même de mon arrivée, j'ai fait mon inscription. À la fin, on m'a dit « au revoir. Il n'y a pas de place pour toi. Il faut attendre trois mois pour qu'une place se libère ».
À partir du 25 octobre 2017, on m'a placé à l'hôtel Thubaneau. J'y suis resté sept mois. En novembre, j'ai passé une évaluation au Tribunal pour avoir une OPP (2). J'attendais les résultats, on me répondait toujours « on n'a pas les résultats ». En avril, on m'a finalement dit qu'on avait perdu mon dossier. Grâce à une avocate que j'ai trouvée via le Manba(3) ils ont retrouvé mon dossier.
Le 20 avril 2018, on m'a envoyé à Lille, puis à Dunkerque, à Bois-Fort. Là, on nous a fait dormir dans des containers, il y en avait sept : quatre pour les dortoirs, deux pour les toilettes et douches et un pour les éducateurs. Nous étions 34 jeunes. Autour, il n'y a rien, ce sont des champs, les gens y travaillent avec leurs machines et repartent le soir. Le jour, il y a les éducateurs, la nuit, c'est un gardien de sécurité. On nous a dit qu'il n'y aurait pas de places en foyer avant le mois de décembre. On a refusé, on voulait pas. Le 27 avril, j'ai eu une décision de placement au Conseil Départemental 13 par le Tribunal pour enfants de Lille, par la cour d'Appel de Douai.
Je suis revenu à Marseille le 14 mai. À mon arrivée, je suis allée à l'ADDAP13 qui m'a dit d'aller au commissariat qui m'a dit d'aller à la DIMEF(4) qui m'a dit d'aller au Conseil Départemental qui m'a dit d'aller à l'ADDAP qui m'a dit qu'il n' y a pas de place.
Je dors chez une personne sinon je suis encore à la rue. Elle me nourrit et me donne des titres de transport.
J'avais fait le test pour l'école en décembre 2017 et je n'ai jamais eu de scolarisation. Pourtant, en février, il y avait une place qui s'est libérée mais on ne m'a jamais rien dit. Je ne suis donc pas allé à l'école. Pour la santé, j'ai été traité pour la tuberculose pendant trois mois.

(1) ADDAP 13 : Association départementale chargée notamment du service des Mineurs non accompagnés dans les Bouches du Rhône
(2) OPP : ordonnance de placement provisoire prise par le juge des enfants
(3) El Manba : collectif de soutien aux migrants à Marseille
(4) DIMEF : Direction des Maisons de l'Enfance et de la Famille (13) a pour mission d'accueillir toute l'année (24h/24h et 365 jours par an) et en urgence, tous les mineurs confiés au département..

Grand vide grenier sur la place

28. octobre 2018 - 10:00

toutes les infos ici :
https://laplaine.noblogs.org/

« Relaxe pour les 3+4 de Briançon »

27. octobre 2018 - 18:00

Soirée à prix libre pour la caisse d'autodéfense pour les mobilisé.es contre la frontière alpine et le transport en bus pour le procès du 8 Novembre sur Gap.

Manifestons notre soutien aux « 3+4 de Briançon » et notre résistance collective aux renvois forcés en Italie et aux politiques migratoires meurtrières

avec

çA (électro punk rock, des maux et de la rage)

Cerna (rap conscient de ses limites )
https://www.facebook.com/cernamusic/

Record'ando cultura (rap mêlant rimeS françaises et espagnoles,
sampling et scratch, technicité et poésie)
https://www.facebook.com/Recordando-Cultura-652182255175070/

Qui sont les « 3+4 de Briançon ? »
A la frontière franco-italienne, des lieux-refuges et des personnes tentent de rendre moins terrible l'exode des migrant.es fuyant l'Italie, où les conditions de non-accueil se sont encore détériorées avec l'arrivée du gouvernement d'extrême-droite. Face à eux, policiers, gendarmes et fascistes occupent la montagne. Le 22 avril 2018, une marche transfrontalière de protestation contre la présence de la milice néo-fasciste Génération Identitaire au col de l'Echelle a entraîné l'arrestation et l'inculpation de 7 militant.es, qui seront à procès le 8 novembre à Gap pour « aide à l'entrée irrégulière en bande organisée » : ils seront jugés selon les mêmes codes que les passeurs mafieux !
Pourtant, et c'est le sens d'une plainte collective déposée par des migrants du collectif Al Manba (Marseille) contre l'Italie, ainsi que les luttes contre les expulsions dites "Dublin" comme à Faux-la-Montagne et ailleurs, tous les récits attestent de l'inhumanité croissante des conditions de vie et d'accès droits pour les exilé.e.s de l'autre côté des Alpes. Si ce n'est bien sûr guère mieux en France, il en va de la liberté de choisir son destin et de sa propre dignité de ne pas subir sans protester l'écrasement des vies et des solidarités.

— Rassemblement devant le tribunal de Gap —
Jeudi 8 novembre 8H30

Départ collectif en bus depuis Marseille
contact : mars3plus4debriancon chez riseup.net / tel. 07 58 84 68 75

projection avec Primitivi et grand banquet participatif

27. octobre 2018 - 17:30

projection avec Primitivi pour le MUFF (si meteo ok, sinon au Videdrome) + grand banquet participatif (pour lequel on lance un appel à bénévoles pour l'organiser)

toutes les infos : https://laplaine.noblogs.org/

Projection en plein air d'archives vidéo militantes de la LCVA

27. octobre 2018 - 17:30

Primitivi propose le samedi 27 octobre à 18h30 la projection en plein air de films de The London Community Video Archive : les débuts de l'activisme vidéo, sur LA PLAINE à Marseille
(avec rapatriement dans la salle du vidéodrome au 49 cours Julien en cas de mauvais temps).
​Cette projection montrera une sélection de vidéos autour de luttes liées à l'habitat, d'émeutes ou de militantismes homosexuels. La séance sera présentée par Ed Webb-Ingall, un des membres fondateurs de la London Community Video Archive et suivie d'une discussion avec ce dernier et des membres de Primitivi.
On s'est dit que c'était pertinent de proposer cette projection en plein air, sur la Plaine (place Jean Jaurès), vu l'actualité du quartier, avec l'imminence des travaux sur la place et la mobilisation contre ce projet de transformation urbaine imposé par la mairie en négation de l'intérêt des habitants et des usagers, on pense que ça a du sens de questionner l'usage de la vidéo activiste. C'est une manière pour nous de contribuer à la mobilisation.
Les films programmés ont été sélectionnés par Ed Webb-Ingall de la LCVA, l'équipe du MUFF et Primitivi . Les films projetés ont été traduits pour l'occasion par l'équipe du MUFF. Au programme :
How to Use a Portapak (extraits). 2'44 / 1978 / UK / VOSTFR. Comment utiliser un Portapak.
The Battle for Powis Square. 21' / 1974 / UK / VOSTFR. Cette vidéo retrace la lutte d'un groupe d'habitants du quartier de Notting Hill pour faire d'un square privé, Powis Square, un jardin public, alors que les politiques locales s'y opposent.
Who Killed Colin Roach ? (extraits) de Isaac Julien. 11' / 1983 / UK / VOSTFR. Questions autour de la mort de Colin Roach, jeune Noir britannique de 21 ans abattu par la police en 1982.
Watch Out — There's a Queer About !. 8' / 1980 / UK / VOSTFR. Vidéo parodique montrant la reconstitution d'une enquête de police et le harcèlement d'hommes gays… du point de vue de la police !

http://www.primitivi.org/spip.php?article815

Les archives de la LCVA sont consultables là : http://the-lcva.co.uk/items
http://www.primitivi.org/

Cantine : reprenons des forces !

27. octobre 2018 - 11:30

Allez on perd pas la motiv', on se remplume avec de bons petits plats pour remplir la CAisse de SOutien aux COpines-COpains samedi 27 oct. à La Cantine du midi (36 rue Bernard, 3°arr., Belle de Mai)

L'idée de la CASOCO est assez simple, on met les grands plats dans les petits et on cuisine un chouette repas à petits prix (menu à 5e, si t'as pas/moins viens quand même manger !). On reverse à chaque fois directement la thune vers des collectifs de soutien, des projets amis, des caisse de grève ou pour aider des amies.s en galère. Ça permet de soutenir collectivement les appels à besoins d'argent et de mettre en place des formes d'entraide concrètes pour répondre aux besoins des un.E.s.

Pour ce Samedi 27 octobre, on se retrouve dès 12h30 à La Cantine du Midi avec au menu :

Flan de légumes au lait de coco & salades de crudités

Tarte aux pommes avec une chantilly à la verveine

Venez reprendre des forces !

Cantine sans frontières

27. octobre 2018 - 11:30

Repas préparés et organisés par des personnes sans papiers.
L'intégralité des bénéfices récoltés leur revient.
Les cantines sont à prix libre.
Tous les derniers samedis du mois à partir de 12h30.

laretive chez riseup.net • https://laretive.info/

Rassemblement contre le fascisme au Brésil

27. octobre 2018 - 10:00

France Amérique Latine Marseille et Femmes Solidaires Marseille appellent à un rassemblement contre le fascisme au Brésil, le samedi 27 octobre à 11h sous l'Ombrière du Vieux-Port de Marseille.
Les résultats du premier tour des élections générales au Brésil, le dimanche 7 octobre 2018, nous ont plongés dans la stupeur. Le candidat fasciste Jair Bolsonaro (Parti social-libéral – PSL) a frôlé les 50 millions de voix, soit 46,03 % des électeurs, le plaçant quasiment aux portes du pouvoir dès le premier tour. Son parti a obtenu, le même jour, pas moins de 52 sièges de députés alors qu'il n'en détenait qu'un seul lors du dernier mandat. La menace de voir revenir une extrême-droite au pouvoir est réelle, 33 ans à peine après la fin de la dictature militaire dans le pays.
Ces deux organisations appellent à à la mobilisation le samedi 27 octobre, veille du vote définitif, pour faire barrage au fascisme, au nécessaire sursaut international au-delà des scrutins et apportent leur soutien à la construction d'un front pour la Démocratie, au candidat qui le représente, en ce second tour des présidentielles qui se jouera le dimanche 28 octobre 2018. Jair Bolsonaro est l'homme de tous les dangers : il n'est pas seulement le candidat de l'extrême-droite, il est celui du racisme, de l'homophobie, du machisme, du mépris de classe. Ses propos haineux et violents ont déjà déchaîné une vague de violences sans précédent contre des populations LGBTQI, des populations noires et contre les électeurs.trices de gauche : plus de 70 cas de violences ont déjà été documentés au Brésil depuis le dépouillement des urnes le dimanche 07 octobre.
Lorsque les arguments rationnels semblent vains, il nous reste l'union. À ce représentant d'un fascisme assumé, opposons la force de nos valeurs, du vivre-ensemble, de l'environnement et des peuples autochtones, de la lutte des femmes, de la résistance des travailleur.e.s, des mouvements sociaux et des paysan.ne.s, ainsi que des personnes LGBTQI ; répliquons par notre combat contre le néo-libéralisme.
L'extrême-droite n'est pas une fatalité au Brésil comme en Europe. Elle doit être combattue partout, tant dans la rue que dans les urnes et sur internet. Ensemble, refusons le fascisme au Brésil, en France, en Europe et ailleurs !
N'hésitez pas à nous contacter pour ajouter le nom de votre organisation ou de votre association aux soutiens de cette initiative.

Événement facebook : Rassemblement contre le fascisme au Brésil
Comité France Amérique Latine Marseille : falmarseille chez yahoo.fr
http://www.franceameriquelatine.org/

« Riff-Raff », de Ken Loach

26. octobre 2018 - 18:00

19h, auberge espagnole ; 20h30, projection

« Riff-Raff », de Ken Loach
1991, 100 min

Dans l'Angleterre de Thatcher, Stevie, jeune Écossais tout juste sorti de prison, est engagé au noir sur un chantier de construction londonien. Le salaire est honteusement bas et les conditions de travail, inacceptables. Résistant à leur façon, par l'ironie, la fauche et les petites combines, aux brimades et à la hargne de contremaîtres teigneux,
les ouvriers refusent pourtant de se solidariser politiquement dans un cadre syndical, malgré les exhortations de Larry, un collègue plus âgé.
Grâce à ses collègues, Stevie s'installe dans un squat, y apprend la solidarité et rencontre Susan qui rêve de devenir chanteuse.

laretive chez riseup.net • https://laretive.info/

Prochain arrêt : Utopia, de Apostolos Karakasis

25. octobre 2018 - 19:30

La projection sera suivie d'un débat avec Marco Gastine, producteur du film et avec Claude Paraponaris, directeur de Recherche au LEST - CNRS.

Lors de la fermeture de l'usine grecque de matériaux de construction Vio.Me à Thessalonique, 70 employés courent le risque de ne plus jamais trouver de travail. Ils décident d'occuper l'usine et de la faire fonctionner eux¬-mêmes. Sur les ruines de l'économie la plus ravagée d'Europe, une utopie égalitaire est en train de naître. Mais un an après l'occupation, des conflits internes surgissent. La coopérative des travailleurs de Vio.Me décide d'orienter la production en fabriquant des savons, des détergents naturels, respectueux de l'environnement pour porter le message « d'un mode de vie radicalement différent ». La chaine de solidarité s'étend à toute l'Europe où les produits Vio.Me sont diffusés par des collectifs, des syndicats, des coopératives.
Depuis 5 ans, l'aventure continue !

Renseignements au 06 42 37 78 55
http://deconnomistes.org/v2/

"Ailleurs..." , le parcours d'un migrant dans la ville de Marseille

25. octobre 2018 - 19:00

La Dar Lamifa propose jeudi 25 octobre à 20H un spectacle musical, suivi d'un "bord de scène" avec les artistes, sous le titre "Ailleurs ...", dans le cadre des rencontres "Migrations : nos voix, nos chemins de traverse", rencontre entre arts, sciences et militances, qui se tiendra du 23 au 26 octobre à Marseille, à la Casa Consolat, au Café Équitable, à la librairie Maupetit et à la Dar Lamifa.
Thème de la soirée du 25 octobre : "Constamment en pays étranger, le poète se sert de la poésie comme interprète ( E.Jabès)". En cinq chapitres, le spectateur suit l'arrivée et le parcours d'Edmond dans la cité phocéenne, Marseille, refuge et toile de fond de son cheminement… Cinq musiciens, dont une comédienne s'attellent à mettre en mots et en musique les maux et les battements de cœur du personnage. Comment rester debout quand on n'a plus rien ? Une parenthèse poétique où les mots et la musique racontent l'exil et l'espoir.
Les rencontres "Migrations ..." se feront autour de tables-rondes, expositions, projections et spectacles, au croisement des pratiques, créations et réflexions, et chercheront à explorer de nouvelles manières de rendre visible les migrations, d'entendre la voix migrante. Face à l'urgence et à la complexité des situations, face à un modèle sociétal qui oscille entre images spectaculaires et mesures restrictives, nous souhaitons en effet nous poser ensemble la question de notre responsabilité : comment sortir du « grand spectacle » politique et médiatique pour penser nos productions de façon à « dire la vérité du mieux possible » ?
Le spectacle sera suivi d'un bord de scène avec les artistes, animé par Edith Bertholet, coordinatrice artistique, chargée des programmes littéraires, des rencontres et des conférences, Théâtre de Liège.
Participation libre ( PAF conseillé 5€)

Site Web : https://www.ailleursnouvellemusicale.fr/
contact chez darlamifa.org

Apéro autour de l'objectif "Zéro déchet"

25. octobre 2018 - 17:30

L'Equitable Café propose jeudi 25 octobre de 18H30 à 20H30 un Apéro « Zero Waste Marseille » sur le thème du "Défi des familles", un rendez-vous désormais régulier, tous les 4e jeudis du mois, animé par l'association Zero Waste Marseille, un moment d'échanges autour du Zéro déchet.
L'objectif de ces rencontres est également de discuter ensemble, partager nos expériences, poser des questions sur le Zéro déchet. La rencontre suivante du 22 Novembre se fera autour de la Semaine Européenne de réduction des déchets (SERD)
Zero Waste France est une association de protection de l'environnement fondée il y a 20 ans qui milite pour la réduction et une gestion plus durable des déchets. Chaque français produit 590 kg de déchets par an qui sont pour la plupart enfouis ou brûlés, ce qui engendre des pollutions des sols, de l'air et des océans. Face à cette situation, Zero Waste France propose la démarche zéro déchet, zéro gaspillage qui vise à réduire la production déchets et à mieux valoriser ceux que l'on produit.

Pour toute information complémentaire, écrire à l'adresse : marseille@zerowastefrance. org

facebook

25. octobre 2018 - 11:54

18 h Pot de rentrée
18 h 30 Débat

Après les récents scandales et piratages de comptes, faisons le point sur ce qu'est véritablement Facebook et sur ce que nous voulons faire.

Pour que Foumba reste dans notre école

25. octobre 2018 - 9:00

NON A L'EXPULSION DE FOUMBA ET DE SA FAMILLE

Foumba a retrouvé son père ce mercredi après plus de 3 semaines de séparation. Ce dernier a été libéré du CRA et a pu rejoindre son domicile.

Nous, enseignants et enseignantes de l'école Cadenat, demandons l'annulation de l' OQTF (Obligation de Quitter le Territoire Français) visant la famille de Foumba afin que ce dernier puisse poursuivre sa scolarisation en France, à l'école Cadenat, entouré de ses parents.

Un recours a été déposé. L'audience pour l'annulation de cette OQTF a lieu le mercredi 25 octobre 2018, 10h au Tribunal Administratif dans la salle 27 cours Pierre Puget.

Le père de Foumba est en France depuis 12 ans, sa mère 8 ans et Foumba est né à Marseille, scolarisé depuis 4 ans et demi, ses parents sont trés investis dans sa scolarité, ils sont présents quotidiennement et participent aux accompagnements en sortie scolaire. Foumba est assidu et épanoui en classe, désireux d'apprendre. Son père travaille. Ils louent un appartement et paient des impôts.

Ils ont été déboutés de leur demande d'asile politique et pour mariage forcé.

Soyons nombreux et nombreuses le 25 octobre 2018 à 10h au Tribunal Administratif dans la salle 27 cours Pierre Puget, pour soutenir la famille de notre élève.

Signer la pétition : https://www.change.org/p/enseignants-de-l-%C3%A9cole-b-cadenat-pour-que-foumba-reste-dans-notre-%C3%A9cole/u/23449921

 
 
 
 
DESIGN DARK ELEGANCE | PORTED FOR DRUPAL 6 | ADAPTE PAR: JEREMY BASTIDE 

Powered by Drupal, an open source content management system