Ecouter le live sur Galère  Discutez avec les autres auditeurs de radio galère : 

 

Infos Mille babords

Syndiquer le contenu Mille Babords
Mis à jour : il y a 1 heure 7 min

Du 22 mai au 11 juin > 4° Quinzaine féministe à Marseille

22. mai 2018 - 20:00

La Quinzaine des féminismes à Marseille revient pour sa 4ème édition, du 22 mai au 11 juin 2018.

Qui sommes-nous ? Des féministes proches des mouvements d'éducation populaire qui ont envie de se retrouver et d'échanger sur les rapports de domination et leurs croisements,les discriminations et les privilèges qu'ils génèrent.
De la volonté de rendre visibles et accessibles ces questionnements dans des lieux ouverts à Marseille, et de s'adresser à toute personne, sensibilisée ou non, est née l'idée de la Quinzaine.

Les systèmes d'oppression* nous traversent toutes et tous ; ils imprègnent l'ensemble du monde social : l'espace public, l'école, le monde du travail, nos pratiques militantes et jusqu'à notre intimité.
Dès lors, les bonnes intentions ne suffisent pas, et il s'agira pendant cette 4e édition de poursuivre nos réflexions sur les constructions sociales dans lesquelles nous sommes pris-e-s en vue de les, et de nous, changer.
Cela nous engage de nouveau à l'humilité et à l'ouverture car c'est la diversité des expériences qui fera la richesse de nos échanges.

Nous n'avons pas la prétention de pouvoir proposer des espaces totalement protégés de tout rapport de domination, néanmoins nous tenons à ce que les personnes participantes s'abstiennent de tout propos ou attitudes oppressives et discriminantes.

Comme les trois éditions précédentes, nous vous proposons de nous retrouver autour d'événements divers comme des spectacles, des performances, des concerts, des conférences, des ateliers, des projections, etc., et de poursuivre les échanges et les liens tissés lors des Quinzaines précédentes.

Cette Quinzaine est à nouveau soutenue par l'Équitable café et le Planning Familial 13, et bénéficie du partenariat d'autres lieux de Marseille que vous retrouverez dans le programme.

* sexisme, racisme, classisme, genrisme, validisme, âgisme, etc.

Mixite choisie ?

Nous revendiquons, pour certains événements, la mixité choisie, à savoir des espaces ou des temps réservés à des personnes partageant des situations, vécus et oppressions communes.
Pour plus de précisions, se référer aux descriptions des divers événements, et, bien sûr, en discuter de vive voix pendant la Quinzaine.

Le programme >

Les lieux :
+ Manifesten, 59 rue Thiers, 13001
+ Vidéodrome, 49 cours Julien, 13006
+ Dar Lamifa, 127 Rue d'Aubagne, 13006
+ Planning, 106 boulevard national, 13003
+ Equitable Cafe, 54 cours Julien, 13006
+ Theatre de l'Oeuvre, 1 Rue Mission de France, 13001
+ Local Solidaires, 29 Bd Longchamp, 13001

Présentation du livre Marseille en mai 68

22. mai 2018 - 19:00

À Marseille, ce « joli mois de mai » et les années qui suivirent révéleront une génération emplie de rêves et de révolte qui croyait pouvoir changer le monde.

À côté d'un PCF hégémonique, le printemps 68 va voir sur la scène marseillaise l'émergence d'un mouvement en gestation depuis 1965 avec des membres d'obédience anarchiste ou syndicalistes-révolutionnaires (membres notamment de l'École Émancipée ou de la CNT – des réfugiés espagnols), de petits groupes récemment détachés du PCF et de l'UEC qui se répartissent entre courants trotskistes (Jeunesses communistes révolutionnaires- JCR- et « Groupe 66 » à Marseille) et maoïstes (avec notamment l'Humanité Nouvelle d'obédience marxiste- léniniste et issue de Marseille). Le PSU et sa jeunesse chrétienne jouera également un rôle clé à Marseille et à Aix en 68.

Comme partout en France, beaucoup de militants acteurs du printemps marseillais se sont formés dans l'opposition à la guerre d'Algérie pour les plus anciens et surtout dans les Comités contre la guerre du Vietnam.

Ce livre est une plongée dans le Mai marseillais, la « révolution culturelle » et les années de rêve de la génération étudiante phocéenne « dont on parle si peu, polarisés que nous sommes sur le Mai parisien ».

L'approche fonctionnaliste du fait religieux

22. mai 2018 - 19:00

pour un cycle de 2 conférences-débats sur le thème : La religion

1re séance : L'approche fonctionnaliste du fait religieux :
la religion sert des fins qui ne sont pas proprement religieuses.

Accueil à 18h30 au lycée Joliot Curie, salle E18.

C'est gratuit, ouvert à tous, sans inscription, pas de diplôme
Invitez vos amis

Quelle loi de bioéthique ?

22. mai 2018 - 17:30

le mardi 22 mai 2018 au Ligoures place Romée de Villeneuve à Aix en Provence
salle 329 de 17h30 à 20heures

Introduction par Henri Huille,
Membre de la Commission Administrative nationale (CAN) de la Libre Pensée, président de la Fédération LP 13, ancien cadre hospitalier.

La Libre Pensée, qui est l'organisation-mère de la laïcité en France, inscrit également son action dans la défense des Sciences, du Matérialisme et du Rationalisme. Dans les 10 dernières années, la Libre Pensée a organisé, tant en France qu'à l'étranger, un certain nombre de colloques sur la question de la bioéthique. Ce fut le cas en particulier du colloque PMA-GPA organisée à Aix en Provence en 2015 qui a donné lieu à la publication des actes en brochure éditée par la LP 13.
Elle agit aussi pour la défense juridique de la laïcité et les évènements juridiques récents qui ont mobilisé l'opinion publique, sont, pour la plupart, à l'initiative de la Libre Pensée. Elle unit dans son action le juridique et les sciences, elle agit aussi sur le double terrain de la défense de la laïcité et des libertés individuelles.
Un certain nombre de forces, religieuses pour la plupart, mettent tout leur poids dans le sens du conservatisme et, au sens propre, de la réaction au sujet de la loi de bioéthique qui doit prochainement être réexaminée.
Notre association, qui a été auditionnée par le Comité National Consultatif d'Éthique (CCNE) considère que la loi de bioéthique doit être modifiée sur trois points :
l'extension du champ de recours à la procréation médicalement assistée (PMA) ; la légalisation de la gestation pour autrui (GPA) ;
la réduction des contraintes pesant sur la recherche sur l'embryon et les cellules souches embryonnaires.
Elle entend également faire valoir, avec d'autres associations, (l'ADMD notamment) que le législateur doit ouvrir aux patients atteints d'une maladie incurable entraînant des souffrances insupportables, le droit de bénéficier, à leur demande, d'une aide médicale à mourir.
Citoyens attachés à la liberté de conscience, nous débattrons fraternellement de ces questions.

ENTRÉE LIBRE ET GRATUITE

Le débat sera conclu par un pot amical.

Groupe GAVROCHE-FRANCISCO FERRER de la Libre Pensée d'Aix-en-Provence et communes des environs
Affilié à la Fédération départementale de le Libre Pensée
Site Internet : http://www.lp-13.org Mail : federation chez lp-13.org

Maison de la Vie Associative « Lou Ligourès » Place Romée de Villeneuve 13090 Aix-en Provence

Mamadou, Blessing… Deux morts en dix jours à la frontière franco-italienne

22. mai 2018 - 16:46

Protégeons les humains, pas les frontières

Ce vendredi 18 mai en fin d'après-midi, des randonneurs ont découvert le corps de Mamadou, un migrant mort d'épuisement en tentant de passer la frontière franco-italienne. Son compagnon d'infortune a lui aussi frôlé le drame.

Il y a 10 jours, une jeune femme Nigériane, Blessing Matthew avait été retrouvée noyée dans la Durance. Elle avait été effrayée en amont par un contrôle de police.

Depuis des mois des habitants du Briançonnais sont mobilisés pour accueillir les personnes exilées dignement et pour tenter d'éviter les drames. Chaque nuit, des solidaires, traqués eux aussi par la Police, ont veillé et porté secours aux exilés en grande difficulté dans la neige et le froid… pour que les Alpes ne soient pas une autre Méditerranée, un cimetière à ciel ouvert.

Déjà deux drames de trop depuis la fonte des neiges… deux drames qui ne sont pas des accidents, mais bien la conséquence d'une politique mortifère.

Aujourd'hui, c'est la politique toujours plus répressive du gouvernement, l'envoi de renforts de gendarmerie, le non-respect de la loi et le bafouement des droits humains qui obligent ces hommes et ces femmes à prendre toujours plus de risques pour éviter les contrôles de police et qui conduit à ces drames.

Rappelons que les demandeurs d'asile ne sont pas des personnes en situation irrégulière, pas plus que les mineurs isolés.

Rappelons que le fait pour une personne étrangère d'être en situation irrégulière ne constitue pas un délit.

Nous refusons que nos montagnes, constituent pour les migrants un nouvel obstacle mortel après l'enfer libyen, la traversée de la Méditerranée, et tous ces murs de la honte qui s'érigent de par le monde.

Nous exigeons le rétablissement de l'Etat de Droit et le respect des droits des personnes étrangères qui frappent à notre porte.

Nous exigeons le respect par tous de notre devise « liberté, égalité, fraternité », à commencer par les représentants de l'Etat et les forces de l'ordre.

Que les morts reposent en paix. Que les vivants soient protégés. Sans relâche.

tousmigrants chez gmail.com

Nano Lara La La

19. mai 2018 - 20:00

Nano Lara

Est un clown mexicain, qui fait une escale à Marseille pour nous partager son humeur et ses questionnements sur une culture qui penche un peu plus à l'apparaître qu'à l'être...

Il va nous présenter le show : la Belle ronfleuse Samedi 19 à las 20hrs en la Casa Colorada !

Nano a créé des ateliers pour des enfants à Cheran, (communauté "autogouvernée") Mexique, et il est à l'initiative du Bufon SOS ial,

Fais l'humeur et pas la guerre !

https://www.facebook.com/labufonsosial/

Venez nombreuxEs

PAF min 3€

Adhésion à l'asso nécessaire

ouverture 19h30

Buvette et restauration légère

La lettre d'information du site "la voie du jaguar"

19. mai 2018 - 16:40
Nouveaux articles

** Un mundo donde quepan muchos mundos
peintures zapatistes du Chiapas **

par Rocío Martínez et Jérôme Baschet
18 mai 2018

exposition du 1er juin au 28 juillet 2018
galerie salle principale
28, rue de Thionville
75019 Paris

Depuis le soulèvement armé du 1er janvier 1994 et son intempestif
"¡Ya basta !" — coup d'arrêt à la séculaire domination des peuples
indiens autant que défi à la toute-puissance du néolibéralisme
triomphant —, les rebelles zapatistes du Chiapas n'ont pas cessé
d'inventer de nouvelles formes de lutte et de faire croître dans
leurs territoires d'autres manières de vivre qu'ils dénomment
"autonomie". En complète sécession vis-à-vis des institutions de
l'État mexicain et se préservant autant qu'il est possible des
logiques de marchandisation qui progressent partout, cette
expérience constitue l'une des utopies réelles les plus remarquables
qu'il soit donné de découvrir aujourd'hui sur une planète livrée
à la dévastation et à la déshumanisation. (...)

>https://lavoiedujaguar.net/Un-mundo-donde-quepan-muchos-mundos-peintures-zapatistes-du-Chiapas

** Communiqué sur la seconde phase
d'expulsion en cours sur la ZAD **

par ZAD
17 mai 2018

La seconde vague d'expulsion amorcée depuis ce matin est une nouvelle
tentative d'éradiquer une partie de la ZAD. Elle va faire remonter
dramatiquement la tension dans le bocage et laisser plus de personnes
encore privées de leur logement et de leurs espaces quotidiens
d'activités. Les routes et chemins sont une nouvelle fois envahis par
un dispositif militaire inédit en terme d'ampleur et de durée dans
l'histoire du maintien de l'ordre en France. Cette démonstration de
force est sans doute à la hauteur de l'affront qu'a représenté des
années durant cet espace de résistance et d'expérimentation.
L'acharnement de l'État est significatif de la vivacité persistante
de cette aventure collective. Il est annoncé que plusieurs habitats sont
cette fois visés dans le secteur de la forêt de Rohanne.

En s'attaquant aujourd'hui à la Chat-teigne, l'État cherche à
raser un symbole de l'histoire de la lutte. La Chat-teigne c'est ce
chantier collectif de 40 000 personnes, ce hameau magique sorti de terre
qui a signé la défaite de l'opération César. (...)

>https://lavoiedujaguar.net/Communique-sur-la-seconde-phase-d-expulsion-en-cours-sur-la-ZAD

** Notre-Dame-des-Landes
Défendre nos manières d'habiter la ZAD **

par ZAD
14 mai 2018

L'opposition au projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes a pris,
dès son commencement dans les années 1970, la forme d'une lutte
habitée. En effet jusque dans les années 2000 le conseil général,
en refusant de relouer les maisons de la zone d'aménagement différé,
a tenté de vider progressivement la zone de ses habitant·e·s. Mais
la résistance sur place a tenu bon en affirmant qu'"un territoire se
défend avec celles et ceux qui l'habitent" et en invitant dès 2007
de nouvelles personnes à venir occuper les maisons laissées vides.
Il s'ouvrait ainsi une nouvelle phase d'opposition par l'occupation
des espaces à défendre.

Au fil des années, de nombreuses personnes aux sensibilités différentes
ont ainsi rejoint cette zone en restaurant une maison existante ici ou
en construisant une cabane là (yourtes, cabanes sur pilotis, dans les
arbres, en terres, en bottes de paille, avec des matériaux
récupérés...). Ces constructions ont souvent été pensées comme des
moyens d'occuper le plus largement possible le terrain pour faire face
aux menaces de travaux et, par là même, de destruction de milieux
naturels précieux. (...)

>https://lavoiedujaguar.net/Notre-Dame-des-Landes-Defendre-nos-manieres-d-habiter-la-ZAD

** Commisération de 68
Sur une soirée cocottes comico poulets **

par Natalie
12 mai 2018

Hier soir, ce fut une première : avec des amis nous sommes allés
nous asseoir à la terrasse du nouveau café du théâtre de l'Odéon,
laquelle terrasse a littéralement colonisé la place. Il y avait là R.,
une amie mexicaine qui sortait de la bibliothèque de la Sorbonne tout
juste rouverte après occupation. Elle est pleine de nouvelles normes
de contrôle, de maréchaussée.

À l'Odéon se donnait une soirée en commémoration de Mai 68, soirée
payante, ou sur invitation. À partir de 19 h 15, les gens bien mis
sont entrés en très grand nombre, la tranche des "seniors" étant
singulièrement représentée… des vieilles dames en tenue des grands
soirs faisaient, en particulier, plaisir à voir. Puis sont arrivés des
lycéens, des étudiants, des gens de peu de foi (la soirée s'intitulait
"L'esprit de Mai"), au mieux une cinquantaine de personnes si l'on
compte les vieux. Pour cette engeance, impossible d'entrer, évidemment.
(...)

>https://lavoiedujaguar.net/Commiseration-de-68-Sur-une-soiree-cocottes-comico-poulets

** "Zacatechichi", l'herbe aux rêves perdus **

par Fabrice Kilanovic
11 mai 2018

Accéder à l'au-delà par le rêve, voilà une croyance qui remonte aux
premiers âges de l'humanité. Au Mexique comme dans d'autres parties
du monde, les peuples originaires ont développé plus d'une mythologie
à ce sujet. Cependant, la consommation de plantes sacrées pour y
parvenir n'est pas une pratique très répandue. Certaines recherches
affirment que c'est le cas des Chontales des Hautes Terres avec
"Zacatechichi". Qu'en est-il donc du mystérieux pouvoir de l'Herbe
des rêves ?

"Zacatechichi" ("Calea Ternifolia" ou "Calea Nelsonii" pour les
botanistes) est une plante sylvestre de la famille des "Asteraceae"
qui pousse au Mexique, dans les États de Morelos, Michoacán,
San Luis Potosí et Oaxaca, au niveau des zones humides et ensoleillées
inférieures à 300 mètres d'altitude sur des arbustes ramifiés allant
de 50 centimètres à 3 mètres. Son nom provient de la langue náhuatl.
Ses feuilles rugueuses, aux bords dentelés et au dos finement poilu,
ont une forme ovale et pointue (...)

> https://lavoiedujaguar.net/Zacatechichi-l-herbe-aux-reves-perdus

** La nuit des barricades du 10 mai 1968,
le "grand soir" des anarchistes **

par Le Flûtiste
10 mai 2018

Dédié à Germinal Clemente, Christian Lagant et quelques autres
compagnons qui n'ont pas supporté le retour à la "normalité"
et ont choisi d'anticiper sur le terme de la vie.
Nous ne les oublions pas.

La célébration du quarantième anniversaire de Mai 68 donne lieu
à toutes sortes d'interprétations, souvent contradictoires. Entre
la volonté de la droite de le "liquider" et les rodomontades des
uns et des autres se présentant comme d'ex-soixante-huitards,
s'autoglorifiant à coups de cymbales, grosses caisses et tambours
médiatiques, l'essentiel est passé sous silence : qui étaient à ce
moment sur les barricades et affrontèrent les forces de l'ordre lors
de la nuit du 10 mai 68 qui a servi de détonateur pour la période ?
Les mêmes qui ont embrayé ensuite dans les comités d'action
étudiants-ouvriers pour aller se coltiner avec les piquets de grève
devant les grandes usines, tenus par les chiens de garde cégétistes-PC,
afin de déclencher les grèves solidaires ? Que l'on permette à ce
sujet à un anonyme, témoin, observateur et acteur de ces journées, de
jouer un peu de sa flûte pour fournir quelques notes discordantes dans
ce concert de menteries et mythomanies. (...)

>https://lavoiedujaguar.net/La-nuit-des-barricades-du-10-mai-1968-le-grand-soir-des-anarchistes

** Lycéen à Paris en 1968, début d'un combat
pour l'autonomie individuelle et collective **

par Marc Tomsin
7 mai 2018

Quand on cause de Mai 68, les vedettes sont mises en avant, on cause
des étudiants, un peu des grévistes... et les lycéens restent dans
l'ombre. Comment était-ce ressenti dans les bahuts divers qui étaient
dans les luttes et qu'on passait à la trappe ?

Si le mouvement lycéen est resté dans l'ombre, il faut sûrement voir
cela comme une chance, celle d'échapper aux projecteurs faisant briller
les leaders, cela ne lui a pourtant pas permis d'éviter l'emprise des
petits appareils gauchistes. Le mouvement des occupations de mai et juin
1968 a porté en son sein sa négation à travers la médiatisation des
leaders et le rôle des organisations avant-gardistes, les léninistes de
tout poil œuvrant avant tout à se renforcer ou à s'implanter, en
cherchant à noyauter et à instrumentaliser des structures de base comme
les comités d'action lycéens (CAL). Ces premiers regroupements
d'élèves provenaient des réseaux de mobilisation contre la guerre du
Vietnam, qui étaient déjà considérés comme un vivier par les
groupuscules trotskistes ou maoïstes. (...)

>https://lavoiedujaguar.net/Lyceen-a-Paris-en-1968-debut-d-un-combat-pour-l-autonomie-individuelle-et

** Mai 68, au-delà du souvenir,
mais très loin de l'oubli **

par Tomás Ibáñez
5 mai 2018

Il en va exactement de même pour Mai 68 que pour toutes les expériences
personnelles que nous avons très intensément vécues. On ne peut les
contempler comme un simple souvenir et, quand nous les évoquons, nous ne
pouvons éviter de revenir vers elles d'une manière presque physique,
comme si elles étaient encore vivantes, comme si elles étaient encore
tendues vers l'incertain horizon de leur avènement.

Et, bien sûr, il est très difficile de parler d'une expérience qui
est encore en cours ou dans laquelle nous nous trouvons encore
émotionnellement impliqués, parce que ce qui nous vient alors, en
premier lieu, ce ne sont pas des paroles mais un flot de sentiments,
un déferlement d'expériences, des rafales d'images et un tourbillon
de désirs… C'est-à-dire, tout sauf des paroles, tout plutôt que des
paroles… Un peu comme si l'intensité même de l'expérience vécue
mettait les paroles en crise. Cette crise des paroles est, dans ce cas
particulier, d'autant plus paradoxale que Mai 68 fut, entre autres
choses, l'éclosion et l'explosion de la parole, une des plus grandes
prises de parole collectives qu'ait connues l'histoire. (...)

>https://lavoiedujaguar.net/Mai-68-au-dela-du-souvenir-mais-tres-loin-de-l-oubli


LA VOIE DU JAGUAR
informations et correspondance pour l'autonomie individuelle et
collective ● lavoiedujaguar chez riseup.net ● http://lavoiedujaguar.net

Réunion régionale en vue de la co-organisation d'une manifestation devant la base d'Istres, lieu de crimes atomiques, le 14/10/2018

19. mai 2018 - 14:30

Vous êtes invités à une rencontre en présence des Comités de paix de PACA le 19 mai à 14h30 à la Bourse du travail - 23 rue Charles Nedelec - 13003 Marseille pour élaborer ensemble une grande manifestation devant la base d'Istres le 14 octobre prochain.

Le Mouvement de la Paix, dans le cadre des initiatives internationales pour la ratification du traité d'interdiction des armes nucléaires ouvert à la signature depuis le 22 septembre 2017, vous invite à participer à la préparation de l'évènement français de cette campagne.

Dans chaque région de France, devant les lieux ou se prépare la guerre nucléaire (les lieux du crime), il a été décidé d'organiser des rassemblements régionaux le 14 octobre 2018.

Parce que que la guerre sevit en trop d'endroits, que les tensions s'exacerbent entre puissances nucléaires, et que l'avenir qui peut résulter du réchauffement climatique se dessine déja très inquiétant, il est 23h58 à l'horloge de l'apocalyspe qui mesure depuis 1947 le temps qui nous sépare d'une gerre nucléaire . Minuit étant l'heure fatidique.

Le Mouvement de la Paix invite largement les organisations de PACA à participer à cette initiative indispensable si nous voulons retarder cette horloge infernale et soutenir une alternative de justice et de paix.

Marche contre Monsanto Bayer et compagnie

19. mai 2018 - 14:00

La Marche contre Monsanto Bayer et compagnie aura lieu cette année le samedi 19 mai à 14h.

Cette action mondiale existe depuis 2013. Nous entrons dans l'ère "Baysanto".La fusion entre ces deux énormes entreprises fait peur. Le collectif Stop Monsanto - Marseille (actif depuis 6 ans) compte sur ses alliés et partenaires pour faire vivre le plus largement possible cette marche annuelle. Avec des actions & événements - dans l'idéal - le même jour pour lui donner plus d' audience que jamais.

Longue vie au combat contre les firmes qui détruisent notre planète ! Vive le bio et l' agroécologie !

MÉCHOUI • De l'esclavage au néo-libéralisme, une fable ubuesque du partenariat social

18. mai 2018 - 20:30

Récit du spectacle de plein-air tel qu'il fut mis en scène collectivement avec l'auteur
par la Cie Archipel en juillet 1997, pour le défunt festival théâtral de Romans-Sur-Isère.
Comme si vous y étiez. Le méchoui conclusif sera remplacé par le mafé du GAMS*.

PAF 7€, MAFÉ COMPRIS
au bénéfice du *Groupe pour l'Abolition des Mutilations Sexuelles de Marseille

Bouffonnerie orwellienne, comédie pamphlétaire, allégorie grotesque, tragi-clownerie ubuesque...
On peut décliner des qualifications de cette sorte qui correspondront bien à ce projet de théâtre-bouffe.

Et si les esclaves revenaient plus cher que les ressources humaines, au final ?
Obtiendra-t-on leur libre consentement gratuit ? Comment les fidéliser ?
Pourrait-on s'en passer complètement pour se faire faire une bonne bouffe ?

Une bande d'hurluberlus improbables, allégories incarnées
de problématiques politico-économiques et existentielles qui modèlent nos existences,
disputeront de ces graves équations fondamentales
sans la résolution desquelles votre dîner risquerait de ne pas être servi en fin de spectacle.

Une satyre au vitriol du système dont nous sommes tous des rouages plus ou moins grinçants.
Père Ubu est mort.
On l'aurait décapité paraît-il, la monarchie absolue n'est plus le régime dominant de référence.

C'est qu'en vérité Père Ubu s'est éclaté, éparpillé, diffracté, en un système complexe
de réseaux de pouvoirs privés et institutionnels imbriqués, trans-territoriaux et supra-étatiques,
tous visant à une centralité de pouvoir total de grands monopoles,
librement concurrents à la conquête de marchés financiers.

Tout à fait comme le fut, au plan de ce fonctionnement systémique,
l'ancienne féodalité de clans de « noblesse d'épée » guerroyant pour des suprématies
qui portaient alors sur des territoires de ressources peuplés de serfs taillables et corvéables à merci.

Un système où le servage n'a plus cours dit-on,
mais où les personnes employées ne sont plus aujourd'hui
des « personnels d'entreprise » qui avaient des « chefs du personnel »,
nous sommes des « ressources » qui ont des « DRH ».
Cynique et cruel aveu de vampirisme,
communément admis et passé sans un pli dans le vocabulaire courant
pour notion moderne de la relation de travail.

Heureusement qu'on a aboli l'esclavage.
On en a même fait une cérémonie officielle une fois par an, c'est cool.
Elle est pas belle, la vie ?

Soirée avec SOS Méditerranée

18. mai 2018 - 19:00

« Il y a des montagnes dans la mer » Par delà les vagues, entendre les mots et les visages.
Lectures de témoignages de personnes recueillies à bord de l'Aquarius, paroles de marins-sauveteurs, en écho avec en textes d'auteurs.

Dans le cadre de la mission de témoignage et de sensibilisation de SOS Méditerranée.

SOS MEDITERRANEE est une association indépendante de tout parti politique et de toute confession, qui se fonde sur le respect de l'homme et de sa dignité, quelle que soit sa nationalité, son origine, son appartenance sociale, religieuse, politique ou ethnique.

SOS MEDITERRANEE a vocation à porter assistance à toute personne en détresse sur mer se trouvant dans le périmètre de son action, sans aucune discrimination. Les personnes concernées sont des hommes, femmes ou enfants, migrants ou réfugiés, se retrouvant en danger de mort lors de la traversée de la Méditerranée.

SOS MEDITERRANEE est financée par des dons privés et des subventions publiques. Les fonds collectés sont alloués à la location du bateau, aux frais quotidiens d'entretien et de sauvetage (soit au total 77 000 euros par semaine).


transit.librairie
45 boulevard de la Libération
13001 Marseille

Spécial Mai 1968 - Projection de 2 films

18. mai 2018 - 19:00

Carte blanche au collectif 360° et même plus
Les caméras ont la parole

NANTES, SUD-AVIATION
Documentaire de Michel Andrieu et Pierre-William Glenn - 1968 - 30 mn
Ce documentaire nous emmène à l'intérieur des usines Nantes Sud-Aviation, les premières à être occupées par leurs ouvriers alors que les événements de mai 68 débutaient.

CLASSE DE LUTTE
Documentaire du Groupe Medvedkine Besançon – 1969 - 38 mn
Premier film réalisé par les ouvriers du Groupe Medvedkine, il suit la création d'une section syndicale CGT dans une usine d'horlogerie par une ouvrière dont c'est le premier travail militant en 1968. Comment Suzanne s'engage dans la lutte et mobilise les autres femmes de l'entreprise, malgré la méfiance des dirigeants syndicaux et les intimidations du patronat.

Projection suivie d'une discussion avec Charles Jacquier - Historien.

La discussion sera suivie d'un apéro dînatoire.

Immigration et droit d'asile, mensonges et vérités bonnes à dire

18. mai 2018 - 18:00

IMMIGRATION et DROIT d'ASILE
MENSONGES et VÉRITÉS bonnes à dire

N'est-il pas urgent de dénoncer certaines idées reçues en France et en Europe ?
Y a-t-il un « seuil de tolérance », « de remise en cause de notre identité culturelle » ?
Y a-t-il un rapport entre immigration et terrorisme ?
La FRANCE est-elle toujours le pays des droits de l'homme ?
N'est-il pas temps de proposer une politique de solidarité envers les immigrés et tous les sans-papiers ?
En France la migration ne doit-elle pas cesser d'être au service d'un marketing électoral ?

Il est temps de ne plus reculer devant les idées xénophobes,racistes et discriminatoires de la droite et de l'extrême droite .
Il est temps de combattre les mesures contre les travailleurs immigrés du gouvernement MACRON-COLLOMB.

Plus que jamais nous devons pouvoir échanger sur cet enjeu central de nos sociétés :l'immigration et droit d'asile en France et en Europe.

Nous vous invitons à venir en discuter lors de notre
RÉUNION-DÉBAT VENDREDI 18 MAI 2018
de 18 à 20 heures
Maison Pour Tous La PAULINE
258 boulevard Romain ROLLAND - 13009 MARSEILLE

La question de l'organisation

17. mai 2018 - 19:30

Le 17 mai 2018 à 19h30
Autonomie ouvrière et groupes autonomes, un militant de Camarades, 1977

Cette thématique répond à la volonté de faire vivre les idées révolutionnaires et de s'organiser en conséquence pour participer aux luttes sociales actuelles.
À quoi servirait une organisation ? La spontanéité et l'autonomie dans la lutte des classes rendent-elles inutiles tout type d'organisation ?
Nous lirons ensemble des textes anciens et actuels qui traitent de l'organisation en parti, en syndicat, en collectif, groupe affinitaire ou par l'absence d'organisation.
Ce mois-ci, nous débuterons la lecture d'Autonomie ouvrière et groupes autonomes, un militant de Camarades, 1977 (le 2e texte qui suit celui d'H. Simon).
Le mois prochain .
La lecture de Qui a peur de l'insurrection ? d'Alfredo M. Bonanno sur l'insurrectionnalisme et son mode d'organisation est reporté au mois de mai.

Comme d'habitude, ceux qui le désirent liront les textes à haute voix et nous nous arrêterons sur un point ou un autre afin de partager nos réflexions.

Une bibliographie et les textes seront en ligne sur le site de la Rétive.

Cette lecture s'accompagnera de ce que nous aurons apporté à grignoter.

laretive chez riseup.net • https://laretive.info/

« Changer le monde, changer sa vie » et « Marseille années 68 »

17. mai 2018 - 19:00

17 mai, 19 h 00 FAC ST-CHARLES

L'histoire de Mai 68 ne s'est pas écrite qu'à Paris, et ses auteurs ne sont pas que des étudiants. Partout en France, d'autres territoires, d'autres militants ont contribué à faire de la décennie qui suivit l'explosion de mai un « âge d'or des luttes », jouant parfois un rôle de catalyseur au plan national.

C'est le cas de Marseille et des Bouches-du-Rhône, sur lesquels cet ouvrage porte un regard singulier. En dépouillant des archives récemment déclassifiées, notamment celles des Renseignements généraux, et en collectant de nombreuses interviews de soixantehuitards marseillais, il exhume une histoire sociale et politique inédite de la région. De la fin des années 1960 au milieu des années 1980, il dévoile une cité phocéenne à l'avant-garde de combats tels que la défense des travailleurs immigrés et la reconnaissance des mouvements féministes, lesbiens et homosexuels.

Loin de la vulgate officielle centrée sur quelques figures médiatiques, Marseille années 68 fait revivre les actions de milliers de femmes et d'hommes « ordinaires » qui se sont engagés pour un monde plus juste et qui ont payé lourdement cet engagement, aussi bien sur le plan professionnel que personnel.

Il réhabilite une époque et une génération souvent mises en accusation et instrumentalisées à des fins politiques.


transit.librairie
45 boulevard de la Libération
13001 Marseille

La continuité coloniale

17. mai 2018 - 18:30

Du 17 au 19 mai 2018 à Forcalquier, 3 jours d'événements anticoloniaux et féministes : projection, émissions-radio, table ronde, concert, atelier d'écriture...

Jeudi 17 mai à 18h30 au Cinéma le Bourget de Forcalquier, projection du film « Tes cheveux démêlés cachent une guerre de sept ans », de Fatima Sissani :

"Eveline, Zoulikha, Alice. C'est le regard croisé de trois femmes engagées au côté du FLN sur la colonisation et la guerre d'indépendance algérienne. Elles connaîtront la clandestinité, la prison, la torture, l'hôpital psychiatrique. C'est au crépuscule de leur vie qu'elles choisissent de témoigner, après des décennies de silence. Avec clarté et pudeur, elles racontent l'Algérie coloniale, la ségrégation, le racisme, l'antisémitisme, la prison, la torture, les solidarités, la liberté et aussi la nature qui ressource, les paysages qui apaisent, la musique et la poésie qui permettent l'échappée… On entre dans l'Histoire et la singularité de leur histoire. Autant que document historique, ce qu'il est de manière rigoureuse, ce film donne à toucher l'humanité dans son foisonnement, la vie dans sa beauté et sa violence."

La projection suivie d'un repas, et d'une table-ronde : « La continuité de l'ordre colonial de la guerre d'Algérie à nos jours » en présence de la réalisatrice Fatima Sissani et de la sociologue Rachida Brahim. Celui-ci sera animé par Soraya Guendouz-Arab, directrice adjointe de l'association Approches Cultures & Territoires (ACT).

Nous discuterons de la façon dont l'ordre colonial et la guerre d'Algérie imprègnent nos imaginaires à partir des travaux de Rachida Brahim sur les crimes racistes commis contre les migrants maghrébins puis leurs descendants entre 1970 et 2003. L'étude de ces crimes montre clairement qu'ils trouvent leur fondement dans la guerre d'Algérie qui a mis fin à 132 ans de colonialisme français. C'est également par ce « détour » historique que l'on peut comprendre comment la figure du garçon arabe et le foulard sont devenus des obsessions de la société française, générant un climat violent et nauséabond.

Concert de Petra Pied de Biche, French Cold Groove féministe et antiraciste. Atelier d'écriture…et autres surprises.

Dans le cadre du Festival 3 Jours Décoloniales et Féministes à Forcalquier.

Bain de sang à Gaza, ne laissons pas faire !

17. mai 2018 - 18:00

Toutes et tous au Vieux Port

jeudi 17 mai à 18h

Le bilan s'aggrave d'heure en heure à Gaza. Il était lundi à 18 h 30 de 53 morts et plus de 2 000 blessés.

Comme aux pires heures de l'histoire de l'humanité, une armée tue froidement et méthodiquement la population civile en toute impunité. Et elle utilise des armes qui estropient ceux qu'elle ne tue pas.

Les assassins pyromanes Trump et Nétanyahou mettent à feu et à sang le Proche-Orient en inaugurant l'ambassade états-unienne à Jérusalem. 70 ans après la Nakba, le nettoyage ethnique prémédité du peuple palestinien de sa terre, ils veulent faire plier ce peuple et le faire capituler sur ses revendications légitimes.

Les Palestiniens demandent la liberté, l'égalité et la justice. Leur combat, c'est celui de toute l'humanité.

Tuer froidement des civils sur les grilles du camp où on les a enfermés, c'est un crime contre l'humanité. Les responsables de ce crime devront être jugés et condamnés.

Ce crime a été annoncé à l'avance. Les dirigeants de ce monde qui maintiennent des relations cordiales avec le gouvernement israélien portent une responsabilité terrible, en particulier le gouvernement français.

Nous exigeons de notre gouvernement qu'il intervienne et qu'il sanctionne les assassins. Les laisser impunis, c'est être complice.

PALESTINE 13 - Groupe marseillais de l'AFPS
Association France Palestine Solidarité

asso.palestine13 chez gmail.com
www.assopalestine13.org

Communiqué sur la seconde phase d'expulsion en cours sur la zad De Notre-Dame-des-Landes

17. mai 2018 - 15:05

La seconde vague d'expulsion amorcée depuis ce matin est une nouvelle tentative d'éradiquer une partie de la zad. Elle va faire remonter dramatiquement la tension dans le bocage et laisser plus de personnes encore privées de leur logement et de leurs espaces quotidiens d'activités. Les routes et chemins sont une nouvelle fois envahis par un dispositif militaire inédit en terme d'ampleur et de durée dans l'histoire du maintien de l'ordre en France. Cette démonstration de force est sans doute à la hauteur de l'affront qu'a représenté des années durant cet espace de résistance et d'expérimentation. L'acharnement de l'État est significatif de sa vivacité persistante de cette aventure collective. Il est annoncé que plusieurs habitats sont cette fois visés dans le secteur de la forêt de Rohanne.

En s'attaquant aujourd'hui à la Chat-teigne, l'Etat cherche à raser un symbole de l'histoire de la lutte. La chat-teigne c'est ce chantier collectif de 40 000 personnes, ce hameau magique sorti de terre qui a signé la défaite de l'opération César. La construction de la chat-teigne a marqué la montée en puissance d'un mouvement populaire
qui allait finir des années plus tard par arracher l'abandon du projet d'aéroport. Après avoir été un espace de convergence vibrant des mois durant pour et par les comités de soutien, les cabanes de la chat-teigne s'étaient transformées en habitat plus permanent.

Au-delà de la chat-teigne, la zad est emblématique, entre autre, comme espace de réinvention d'une architecture créative et d'une réappropriation des techniques de construction. C'est à cette dimension d'habitat alternatif et collectif que l'Etat continue aujourd'hui à s'attaquer à travers la destruction des autres lieux de vie officiellement visés aujourd'hui : pui-plu, la datchacha, la vosgerie... Par ailleurs, cette nouvelle offensive se situe en plein coeur de la zone humide et de la forêt qui vont être encore largement dégradées par le passage des blindés et tractopelles, et par les pluies de grenades et de lacrymogènes. La précédente vague d'expulsion avait déjà ravagé nombre de champs et chemins de la zad en plus d'empoisonner les foins, par la contamination des gaz dans l'herbe et les palets dans les roundballers. Nous avons défendu ce bocage pendant des décennies, nous ne pouvons le laisser aujourd'hui continuer à se faire écraser par la gendarmerie.

Comme c'est déjà le cas depuis des semaines, les travaux nécessaires aux projets agricoles que le gouvernement dit paradoxalement accepter de pérenniser vont continuer à être entravés par l'occupation policière prolongée du territoire et ce au coeur de la saison agricole. D'après les estimations, le coût de cette opération absurde aura bientôt atteint les 5 millions d'euros. C'est la somme que le conseil général avait fait payer à L'Etat pour lui vendre l'ensemble des terres et bâtiments qu'il avait acquis sur la zad en vue du projet d'aéroport.

Le gouvernement tente de neutraliser la résistance en cherchant à ancrer l'idée que des personnes qui n'auraient pas pu ou voulu participer au dépôt collectif de projets seraient moins légitimes à rester vivre ici. Il faut bien peu de coeur pour imaginer que quiconque laisse ses voisin.e.s se faire raser leurs maisons sans réagir. Par ailleurs, les diverses interventions des forces de l'ordre depuis l'abandon de l'aéroport visent à affaiblir et mettre la pression sur tout le mouvement. Faute de pouvoir matériellement et politiquement expulser tout le monde, ces opérations cherchent à imposer des conditions drastiques pour le maintien des projets sur la zone et pour en fragiliser la dimension collective. Nous appelons pour notre part à se mobiliser largement sur le terrain et au-delà pour la défense des divers lieux de vie, réalités et activités qui s'entremêlent sur la zad.

Concrètement, nous appelons à :

/// Converger immédiatement sur palce pour ceux et celles qui le peuvent

/// A un rassemblement devant la préfecture à Nantes à 18h suite à une journée d'expulsion

/// A des rassemblements et occupations sur les places des villes et devant les mairies et préfectures. Les comités de soutien peuvent signaler leurs rendez-vous et actions au site zad.nadir afin qu'ils soient relayés

/// A une manifestation le samedi après une semaine d'expulsion à Nantes

/// A une convergence sur la zad le dimanche après une semaine d'expulsion

Zone A defendre - http://zad.nadir.org/

 
 
 
 
DESIGN DARK ELEGANCE | PORTED FOR DRUPAL 6 | ADAPTE PAR: JEREMY BASTIDE 

Powered by Drupal, an open source content management system