Infos Mille babords | RADIO GALERE

 Ecouter le live sur Galère  Discutez avec les autres auditeurs de radio galère : 

 

Infos Mille babords

Syndiquer le contenu Mille Babords
Mis à jour : il y a 19 heures 27 min

Manifestation contre l'enfouissement des déchets nucléaires

16. juin 2018 - 9:30

Le 16 juin : Tous et toutes à BURE !
STOP CIGEO !

Le choix pour ou contre le nucléaire est beaucoup plus qu'une affaire de physiciens ou de gros actionnaires.L'histoire concerne tous et toutes et pour bien plus que les 100.000 années à venir. Le choix est en premier lieu sociétal : a-t-on le droit de laisser un tel héritage aux milliers de générations futures pour sauver l'aberration des choix énergétiques du capitalisme ?

L'enjeu est maximal. Ce que nous avons de plus précieux est mis dans la balance : la vie et le matériel génétique de l'humanité et de la nature entière seront touchés et modifiés par la radioactivité.

C'est une perversité d'entendre répondre par tant d'indifférents : « Bien, nous n'y serons plus », ou « l'humanité n'existera plus d'ici là ». Donc on a le droit de faire le pire ? Enfouir des déchets nucléaires à 500 mètres sous terre et
prétendre avoir trouvé la solution pour toujours est plus qu'un mensonge,c'est la trahison ultime du monde vivant et la justification à la poursuite de la folie nucléaire.

Aucun savant ne peut prétendre que les emballages, les corridors, les infrastructures souterraines tiendront ces déchets sur place sans incendies, sans infiltrations, sans tremblements de terre, sans polluer les nappes aquifères d'une énorme région.

Non, c'est un combat pour la vie que nous menons, pour la raison, et contre la folie nucléaire, militaire et civile.

Le 16 juin 2018 nous voulons rassembler le plus de monde possible à Bar-le-Duc (Meuse 55) pour dire NON !

Nous proposons d'organiser des départs collectifs à partir du Gard. Si cela vous intéresse, prenez contact :

comitealesbure chez riseup.net

LE PROGRAMME !

Bientôt mis en ligne avec plus de détails ici : http://16juin2018.info/programme/

Accueil à 9h30 le samedi 16 juin au matin au Hall des Brasseries

10-13h - Tables rondes
Nous avons organisé 4 tables-rondes thématiques où interviendront des militants d'ici et d'ailleurs, de notre lutte et des autres luttes actuelles ou passées.

Les tables rondes auront lieu deux par deux, simultanément :
la construction anti-démocratique de Cigéo depuis 20 ans
la mise en oeuvre de stratégies vicieuses par les institutions pour le faire passer
la colonisation du territoire à travers l'exemple de la nucléarisation autour de Cigéo et des GPII
réflexions sur les manière de lutter

À midi le repas au Hall des Brasseries & espace stands
Nous nous retrouvons autour des cantines, de la buvette et de l'espace stand dans et autour du Hall des Brasseries, pour le temps du repas

L'après-midi pour agir et manifester

13h30 - prise de parole et départ de la manifestation
L'après-midi est l'affirmation de notre soutien à l'ensemble des formes de luttes et de notre volonté à les repenser pour l'avenir. Cela se concrétise par un soutien à l'occupation du Bois Lejuc. Il a été repris temporairement à la population ? Ramenons-le en ville, montrons que nous ne l'oublions pas.

Cortège haut en couleurs auditives et visuelles, travaillons ensemble à ce que la forêt manifeste avec nous sa rage !
Apportez tout ce qui vous fait penser à la forêt, que Bar-le-Duc devienne le 16 juin Bar-le-Juc !

17h00 - Arrivée sur la Place Reggio et marché paysan

A partir de 17H sur la place Reggio, vous pourrez assister à une représentation de la compagnie théâtrale militante Jolie Mome, à des prises de paroles militantes, des actions symboliques, vous restaurer au marché paysan.

Et si vous avez envie de venir en chorales, investir les rues de théâtres, de fanfares, amener vos instruments de musique, construire des chars, et autres réjouissances qui coloreront Bar-le-Duc, n'hésitez pas à nous écrire pour nous en faire part sur 16juin2018 chez riseup.net.

19h00 - Repas paysan, buvette & cantines, moment festif sur la place
En début de soirée, repas paysan, buvette, cantine et moment festif sur la Place Reggio avec musique, discussions improvisées, marché paysan, etc.

Le dimanche matin petit déjeuner au camping & discussions autour des temps à venir à l'initiative des chouettes hiboux, démontage toute la journée et concert à Bure en soirée.

COMMENT ÇA SE PASSE POUR L'HÉBERGEMENT ?

La mairie de Bar-le-Duc a mis à notre disposition 16 hectares de terrain en bordure de ville à 3km du centre, à l'entrée de la zone commerciale des Grandes Terres, un chapiteau y sera monté et vous pourrez vous y installer avec tentes et camions habités du vendredi au dimanche.

Retour à Bure le dimanche après-midi pour celles et ceux qui souhaiteraient rester plus longtemps !

Si vous avez besoin d'un hébergement en dur pour des raisons de santé ou autres convenances personnelles, merci de nous écrire sur 16juin2018 chez riseup.net en nous précisant le nombre de personnes et les conditions d'hébergement souhaitées, en sachant que nous ne sommes pas certain.e.s de pouvoir y répondre. Il vaut donc mieux que vous soyez autonomes pour la recherche d'hébergements aux alentours.

Plus d'informations sur le site :
http://16juin2018.info/infos-pratiques/sheberger-sur-place/

Histoire universelle de Marseille

15. juin 2018 - 20:00

Spectacle suivi d'un débat en présence du metteur en scène et de Marie Beschon (Laboratoire d'Anthropologie Urbaine, EHESS Paris).
À l'occasion d'un échange international avec les étudiants québequois du CÉGEP Edouard Montpetit.

Pièce de théâtre d'après Alèssi Dell' Umbria (Ed Agone).

Ce spectacle permet de découvrir la citoyenneté à partir de la création même de la Cité. L'organisation politique et culturelle des villes du Moyen âge inspira les mouvements populaires de la révolution française. La république est la « res publica » : la chose publique. La comédienne interprète avec humour et panache les protagonistes de différentes époques : Henri IV, Louis XIV, Robespierre, mais aussi les troubadours, les poissonnières, les prisonniers… Une adaptation faite de trahison, de poésie et d'émeutes : mille ans d'histoire pour une comédienne sur un plateau nu. Tel est le défi, « le paratge » comme on disait jadis. Un théâtre épique pour découvrir une riche expérience d'émancipation. Un combat qui se poursuit avec les mutations urbaines que connaissent aujourd'hui les grandes villes européennes. S'offre alors, à la sagacité du spectateur, le modèle d'intégration républicain et crée à nouveau ce lien indispensable entre le local et l'universel.

Durée du spectacle : 1 heure.
Texte : Alèssi Dell' Umbria / Adaptation : Jeremy Beschon & Virginie Aimone / Mise en scène : J.Beschon / Comédienne : V. Aimone / Lumière : Fabrice Giovansili / Diffusion : Iris Kaufmann – FeM / Assistante production : Marie Anne Robveille / Communication : Calypso Lopez.

Manifeste Rien propose un travail entre spectacle et sciences pour partager les richesses et la complexité de nos sociétés. A leur répertoire « les 3 exils d'Algérie », « la marseillaise et cætera », « Chacal, La fable de l'exil », « Le Massacre des Italiens », « Une histoire populaire des Etats Unis »…

Tarifs : 15€ / 8€ (personnes en situation de handicap, minima sociaux, étudiants)
Réservations : manifesterien chez gmail.com
Théâtre de l'Oeuvre, 1 Rue Mission de France, 13001 Marseille
Téléphone : 04 91 90 17 20

Vulnérabilités et travail. Enquête ethnographique auprès des réfugiés au Moyen-Orient

15. juin 2018 - 19:30

Après l'accueil à Marseille de la marche solidaire pour les migrants,
le collectif Via Marseille (LaRoya-Marseille-Calais) propose une rencontre-débat sur la thématique
« Vulnérabilités et travail. Enquête ethnographique auprès des réfugiés au Moyen Orient »
avec Mustapha El Miri, Sociologue, Maître de Conférence, & Delphine Mercier, Sociologue (Aix Marseille Université - LEST)

Cette enquête nous interroge.
La « crise des réfugiés » n'est elle pas une crise internationale de l'hospitalité ? Du droit d'asile ? Des droits universels ?

Résumé sur le contenu de l'enquête :
Alors que les débats sur l'accueil des réfugiés ont animé principalement les arènes politiques en Europe et en Amérique du Nord, c'est massivement vers les pays limitrophes que les réfugiés syriens se sont dirigés. Le Liban, la Jordanie et la Turquie accueillent aujourd'hui près de cinq millions d'exilés qui vivent dans des conditions de forte vulnérabilité. L'aide internationale qui arrive dans cette région rétribue essentiellement ces pays pour leur rôle de sous-traitants de l'Europe et de l'Amérique du Nord dans la gestion du maintien du flux d'exilés et ne profite que très peu aux exilés eux-mêmes. D'ailleurs, pour empêcher une installation définitive de ces réfugiés sur leurs territoires, ces États limitent les aides et développent des politiques publiques de criminalisation assimilables aux logiques des centres de rétention. Face à cette vulnérabilité, les réfugiés n'ont d'autres choix que de survivre par leurs propres moyens. Les moins pauvres se tournent vers « l'industrie des passeurs » et « empruntent » les longues routes, périlleuses et couteuses, de l'exil vers l'Europe. Les autres partent en quête de moyens de subsistance stables, qui ne dépendent pas de l'aide internationale ou locale et investissent les marges du marché du travail, déjà occupées par les populations pauvres locales ou d'anciens migrants. Cette quête de travail emprunte souvent les chemins des réseaux familiaux, des intermédiaires du secteur informel et se concentre dans quelques secteurs de l'économie. C'est à ces stratégies de survie au quotidien des réfugiés que nous nous sommes intéressés lors de notre enquête ethnographique au Moyen Orient.

Diffusion documentaire audio sur l'association Archaos

15. juin 2018 - 19:00

la diffusion durera 48 min. L'association Archaos, située actuellement en Haute-Ville de Toulon, est issue d'un groupe autogéré au début. Même si elle s'est rapidement institutionnalisée par la suite pour agir dans le domaine social, l'esprit des ses origines anarchistes et libertaires persiste dans une mesure non négligeable dans son quotidien. Le documentaire est composé de prises d'ambiances, d'interviews avec des membres de l'équipe et de chansons du groupe « Archaotic ».

lelocal chez volutes.lautre.net
Page FB /lelocaltoulon
http://lelocal.volutes.lautre.net

Oser une pédagogie politique et émancipatrice

15. juin 2018 - 19:00

Le 15 juin 2018, à 19 h 00, à la Librairie Transit, rencontre avec Noëlle De Smet : Oser une pédagogie politique et émancipatrice.

L'équipe d'ACT, le GFEN et la librairie Transit sont ravis d'accueillir Noëlle DE SMET qui a été enseignante dans le secondaire général et professionnel et permanente dans le Mouvement Socio-Pédagogique ChanGements pour l'Egalité (Bruxelles) dont elle a aussi été présidente.

« Ces pratiques « de classe » tracent une perspective, celle de « mettre continuellement en projet d'apprendre tout un peuple qui pense encore que c'est réservé aux autres ». Ces « savoirs dominés, clandestins et méconnus », il s'agit de « les hisser avec [les dominés] au rang de connaissance, de dignité et de reconnaissance »

Ces récits dans et hors de l'école sont des questionnements : « Quelle présence, quelles inventions avec les “relégués du système” ? Quelles prises en compte des positions, conditions et consciences sociales, des stratégies identitaires, des rapports au savoir, à l'école, des sujets ? Quelle attention aux cultures, aux dominations, à l'imprévisible du désir chez chacun ? Quelle reconnaissance des traits d'origine (de pays, de migration, de classes sociales) ? Quelles exigences et quelles rigueurs pour travailler à des apprentissages variés, mais “pas sans les sujets” ? » Texte tiré de l'ouvrage de Grégory Chambat, « L'école de Barricades. Vingt-cinq textes pour une autre école, 1789-2014, Collection N'Autre École, Éd. Libertalia, 2014.

Noëlle de Smet est au carrefour de l'Éducation nouvelle, de la pédagogie institutionnelle et de la psychanalyse. Elle a travaillé dans les écoles des quartiers populaires de Bruxelles et vient nous livrer ses expériences, ses engagements, ses luttes et ce qui la tient toujours debout aujourd'hui.

Noëlle de Smet est au carrefour de l'Éducation nouvelle, de la pédagogie institutionnelle et de la psychanalyse. Elle a travaillé dans les écoles des quartiers populaires de Bruxelles et vient nous livrer ses expériences, ses engagements, ses luttes et ce qui la tient toujours debout aujourd'hui.

Publications : (auteure, co-auteure ou coordinatrice) Au Front des classes, (2009), Désirs à prendre (2010), Lectures d'Ecoles, dans les pas de Virginio Baio (2013) (Éditions Couleurs Livres) – Enseigner pour émanciper, émanciper pour apprendre (2013, ESF, avec Jacques Cornet,) – Avec le magasin (Histoire sociale à Bruxelles) (2013). Elle a publié dans la revue Traces de Changements (Bruxelles), Filigranes (Marseille) et dans d'autres revues, pédagogiques et psychanalytiques (France et Belgique). Elle intervient sur des questions liées à la pédagogie institutionnelle.


transit.librairie
45 boulevard de la Libération
13001 Marseille

La vie d'Yves Farge, compagnon de la libération et pacifiste

15. juin 2018 - 16:00

Le conseil départemental du Mouvement de la Paix célèbre, le vendredi 15 juin à partir de 16H, ses 70 ans avec une exposition et à 18H une conférence de l'historien Raphaël Spina sur la vie d'Yves Farge, com­pagnon de la libération et fondateur du Mouvement de la Paix.
L'exposition ouvrira ses portes à 16H et présentera les actions du Mouvement dans les Bouches du Rhône au cours de ces 70 ans. Des guerres coloniales au désarmement, à la défense des droits humains, les pacifistes des Bouches-du-Rhône ont chaque fois fait entendre qu'il existe une autre voie que celle des dominations et des guerres : la voie de la paix et de sa cul­ture.
Un verre de l'amitié est prévu à la fin de la conférence.

Cité des Associations - 93 la Canebière, 13006 Marseille
Le Mouvement de la Paix, 45 rue de Forbin - 13002 Marseille
Email : 13 chez mvtpaix.org - Tel : 04 91 91 47 00

Mort à 100 % & Mort à 100 %: post-scriptum

14. juin 2018 - 19:30

Morts à 100%
Un film de Jean Lefaux et Agnès Guérin • Documentaire / 1980 / France / 55'
Ce film tire le bilan d'une vie de travail et d'exploitation, pour ceux qui, dans le bassin et ailleurs, ont cru au mythe du mineur héroïque dans le travail et dans la lutte. Ce mythe auquel ont largement contribué les partis politiques et les syndicats s'est effondré sans heurts dans la mort du bassin du Nord-Pas-de-Calais. Les mineurs se demandent comment ils ont pu contribuer à leur propre exploitation et à leur propre mort par silicose.
Suivi de
Morts à 100% : post-scriptum
Un film de Modeste Richard et TomJo • Documentaire / 2017 / France / 45'
Ce film montre comment en 2012, l'UNESCO élève le bassin minier du Nord-Pas-de-Calais au rang de « Patrimoine Mondial » saluant « l'oeuvre conjuguée de l'homme et de la nature ». La mémoire conjugée des 40 000 morts de la silicose s'en trouve recouverte de représentations aseptisées confinant à la nostalgie. La mythologie minière connait alors une seconde vie : elle ne sert plus l'exploitation du travail des mineurs, mais leur image, mise au profit du renouveau du bassin houiller.

RDV à 19h30 – Projection en présence des réalisateurs (de Post-scriptum)

Faire front, de Laurent Lévy

14. juin 2018 - 19:00

Le 14 juin 2018, à 19 h, à la Librairie Transit : Présentation du livre "Faire front", avec Laurent Lévy

Le 12 février 1934, une foule immense descend le cours de Vincennes en direction de la place de la Nation, drapeaux rouges déployés au milieu d'une clameur unanime : « À bas le fascisme ! » C'est le point d'orgue de la formidable réplique ouvrière au coup de force des ligues d'extrême droite du 6 février qui fit vaciller la IIIeRépublique. Marc Bernard, jeune « écrivain prolétarien », est témoin de ces événements. Rassemblant coupures de presse, tracts et témoignages, il décrit avec enthousiasme le déroulement de ces journées de grèves et de manifestations à Paris, dans la ceinture rouge et les grandes villes industrielles. Communiste de cœur plus que d'appareil, il y perçoit surtout l'élan unitaire spontané des ouvriers et leur détermination dans le combat antifasciste qui annoncent l'effervescence du Front Populaire.

Comme l'écrit Laurent Lévy dans sa présentation, « avec les journées ouvrières des 9 et 12 février 1934, les masses ont fait l'histoire. À leur écoute, les forces organisées du mouvement ouvrier auront appris cette leçon : l'impérieuse obligation de faire front. »

Marc Bernard (1900-1983) fut ouvrier, cheminot puis écrivain. Il est l'auteur de plusieurs romans, nouvelles et essais, lauréat du prix Goncourt en 1942 pour Pareils à des enfants.


transit.librairie
45 boulevard de la Libération
13001 Marseille

"Les retraité-e-s ne lâchent rien"

14. juin 2018 - 10:00

Neuf organisations de retraités appellent jeudi 14 juin à une action nationale, avec des manifestations prévues sur l'ensemble du territoire, dont un rassemblement à Marseille à 10H au Rond Point du Prado, sous le titre "CSG, BLOCAGE DES PENSIONS, CA SUFFIT !".
Cet appel unitaire se conclut sur une affirmation : "LES RETRAITÉ-E-S NE LACHENT RIEN". Ils étaient 80 000 le 28 septembre, puis 200 000 le 15 mars dans plus de 160 villes. La colère des retraité-e-s monte et cette colère vient de loin, de l'accumulation d'attaques menées par les gouvernements depuis le printemps 2014 : gel des pensions, création ou augmentation de taxes, suppression de dispositions fiscales spécifiques...
Une pétition circule depuis plusieurs jours dans le pays à l'initiative de ces neuf organisations qui appellent à la signer dans la rue et sur internet. Jeudi une délégation ira porter celles qui auront été collectées dans le département à la Préfecture des Bouches du Rhône.

Pour signer en ligne : http://www.retraitesencolere.fr/

La bataille du rail, de Jean-Marc Salmon

13. juin 2018 - 19:00

Le 13 juin 2018, à 19 h 00, au Local Solidaires : Présentation du livre « La bataille du rail », avec Jean-Marc Salmon + cheminots

Nous avons tous un rapport particulier avec le train, des souvenirs d'échappées belles, de rencontres cocasses, de paysages qui défilent, de baisers échangés sur un quai de gare, de voyages qui ont changé une vie…

C'est le cas d'une trentaine de plumes de la littérature française, qui souhaitent intervenir, au moyen de la fiction, en soutien à la grève engagée par les cheminots. Car la lutte des cheminots n'est pas une lutte corporatiste, elle cristallise au contraire l'idéal de solidarité, concrétisé par des services publics, de tout un peuple.

Avec Patrick Bard, Agnès Bihl, Laurent Binet, Geneviève Brisac, Bernard Chambaz, Didier Daeninckx, Abdelkader Djemaï, Bruno Doucey, Annie Ernaux, Pascale Fautrier, Patrick Fort, Valentine Goby, Nedim Gürsel, Hédi Kaddour, Leslie Kaplan, Jean-Marie Laclavetine, Lola Lafon, Hervé Le Corre, Sandra Lucbert, Mako, Roger Martin, Guillaume Meurice, Gérard Mordillat, François Morel, Grégoire Polet, Jean-Bernard Pouy, Patrick Raynal, Alix de Saint-André, Danièle Sallenave, Jean-Marc Salmon, Alain Serres, Shumona Sinha, Murielle Szac, Tardi, Carole Trébor et Philippe Videlier.

Les droits d'auteur seront reversés aux caisses de grève.

La rencontre se fera en présence de cheminots


transit.librairie
45 boulevard de la Libération
13001 Marseille

Pax Neoliberalia. Perspectives féministes sur (la réorganisation de) la violence

13. juin 2018 - 18:30

La soirée débutera par une présentation de l'auteure, Jules Falquet, et sera suivie d'une discussion. Nous poursuivrons ensuite les échanges autour d'un apéro.

La libraire L'Hydre aux mille têtes tiendra un stand tout au long de la soirée.

Pour organiser au mieux cette dernière partie de la soirée, merci de nous annoncer par mail votre venue afin que l'on puisse tenter de dénombrer combien nous serons :
> efigies.aixmarseille@gmail. com


Au plaisir de vous voir lors de cette soirée,

Le Planning Familial 13, MIGTRAV et Efigies Aix-Marseille
Séance en toutes mixités

Cet écho infini

12. juin 2018 - 20:00

Cet écho infini, d'Elena Messner, traduit de l'Allemand (Autriche) par Chantal Herbert, Marseille, Éditions Sicania.

Un roman antimilitariste et anti-impérialiste. Une réflexion sur l'écriture de l'histoire de la guerre 14-18.

http://association-sicania.fr/

Sauvons les bibliothèques de Marseille !

12. juin 2018 - 19:59

LECTEURS ET BIBLIOTHÉCAIRES
SOYONS SOLIDAIRES POUR UN SERVICE PUBLIC DE QUALITÉ

Depuis plusieurs années, les bibliothèques de Marseille connaissent une dégradation sans précédent des services et des conditions d'accueil pour le public ainsi que des conditions de travail pour le personnel.

Les conditions minimales d'accueil ne sont plus assurées

A l'Alcazar, bibliothèque centrale du réseau :
Postes, banques d'accueil et services fermés régulièrement par manque de personnel
Accueil restreint des personnes en situation de handicap
Pannes régulières du trieur de documents, ascenseurs hors service, absence d'espace de détente, manque de papier toilette, accueil téléphonique parfois inaccessible
Abandon des services spécialisés : Lire autrement (service spécialisé dans l'accueil des lecteurs en situation de handicap), L'île aux livres (partenaire de la BnF pour la conservation et la promotion de la littérature de jeunesse) et le service en charge du numérique (portail, ressources et projets numériques). Démantèlement de Bibliomedia (service chargé de la médiation numérique, de la recherche documentaire à distance, de la lutte contre l'illettrisme).

Dans le réseau des bibliothèques :
Faute de personnel, fermetures aléatoires et chroniques des bibliothèques, déjà très peu nombreuses
Développement compromis du Service hors les murs (destiné aux publics éloignés des bibliothèques).

Nos missions de médiation remises en cause
Réduction des accueils de classes, des groupes et des animations faute d'effectifs suffisants : il manque 50 bibliothécaires sur l'ensemble du réseau
Appauvrissement de la programmation culturelle
Censure de certaines propositions du personnel : lectures musicales en prison et animations thématiques jugées « inadaptées » par la direction.

Nous subissons un management maltraitant
Absence de communication et mépris de la part de la direction du personnel
Ingérence permanente d'un cadre maintes fois signalée et toujours pas résolue
Le surinvestissement du personnel ne parvient plus à pallier l'absence de moyens : il est au bord de la rupture !
Nombreuses demandes de mutations et fuite de cadres. Arrêts maladie, burn out, situations de harcèlement, le personnel est en souffrance.

NOUS DEMANDONS

La construction de nouvelles bibliothèques pour disposer d'un établissement par arrondissement
La gratuité de l'abonnement aux bibliothèques
Le recrutement de 50 agents qualifiés pour assurer la pérennité et la qualité des services
Le remplacement des arrêts maladies et la compensation des temps partiels
La prise en compte de la souffrance au travail
La reconnaissance de la compétence professionnelle
un dialogue social qui permette la prise en compte de l'avis du personnel, légitime et compétent pour juger de l'organisation du travail.

Nous ne demandons pas l'impossible. Les autres grandes villes disposent proportionnellement de moyens et d'équipements bien plus conséquents pour la lecture publique. Il y a 21 bibliothèques à Toulouse, 16 à Lyon et 8 à Marseille (source : Observatoire de la Lecture Publique).

Lire la suite et signer la pétition

SIGNEZ ET PARTAGEZ CETTE PÉTITION POUR UN SERVICE PUBLIC DE QUALITÉ DANS VOS BIBLIOTHÈQUES !

L'intersyndicale FSU / CGT de la Ville de Marseille soutenue par le comité des usagers de la Bibliothèque Municipale à Vocation Régionale

L'exil

12. juin 2018 - 18:30

Dans le cadre de l'Université Populaire d'Aubagne, nous recevrons Augustin Giovannoni, philosophe, le mardi 12 juin 2018 pour une conférences-débats sur le thème :

L'exil
Devant l'ampleur de la crise dite migratoire en Europe et les difficultés qu'elle pose en regard de la citoyenneté et du droit d'asile...

Accueil à 18h30 au lycée Joliot Curie, salle E18.

C'est gratuit, ouvert à tous, sans inscription, pas de diplôme

Invitez vos amis !

Université Populaire Pays d'Aubagne et de l'Étoile (UPPAE)
Lycée Joliot Curie, 4 avenue des Goums, 13400 Aubagne - http://uppae.fr

Compteurs Linky, que faut-il en penser ?

12. juin 2018 - 18:00

Mardi 12 Juin 2018 - 18h - Martigues

Compteurs Linky, que faut-il en penser ?
Réunion d'Information et d'Échange

Salle DUFY - à côté de l'Office du Tourisme
Rond Point de l'Hôtel de Ville - Martigues

De nombreux usager.ère.s manifestent leur inquiétude. Plusieurs municipalités, dont celle de Martigues, émettent un avis défavorable au déploiement des compteurs Linky.
Par ailleurs la Cour des Comptes pour l'aspect économique et la CNIL pour la question de la liberté et de la vie privée, ont émis des avis très critiques.

Cette rencontre devrait permettre à chacun.e d'y voir plus clair sur ce très controversé "compteur communicant".

Rassemblement en soutien à Moussa Camara & contre les arrestations / rétentions / expulsions des personnes en exil

12. juin 2018 - 17:00

APPEL À RASSEMBLEMENT \\ EN SOUTIEN À MOUSSA CAMARA //

& CONTRE LES ARRESTATIONS / RÉTENTIONS / EXPULSIONS DES PERSONNES EN EXIL

MARDI LE 12 JUIN À 17H \\ Au coin des RUES CANEBIÈRE et ST-FERRÉOL

Vous avez peut-être entendu parler de Moussa Camara, ce jeune homme vivant à Nîmes depuis 2015, arrivé avec un visa de travail qui n'aura pas été renouvelé, arrêté en mars 2018, incarcéré en centre de rétention administrative (CRA) pendant 5 semaines avant d'être expulsé par les autorités françaises. Après une première tentative d'expulsion, la deuxième expulsion, en date du 03 mai, tentée depuis Lyon (!), n'a pas non plus abouti grâce à la détermination de Moussa lui-même qui a lutté pour ne pas monter dans l'avion qui devait le renvoyer vers la torture et/ou la mort. Depuis, il est détenu en prison à Lyon et doit être jugé ce mardi 12 juin à 14h pour son refus d'embarquer.

Nous soutenons Moussa Camara dans sa lutte contre son expulsion !

Son cas a fait grand bruit. Suite au relais des réseaux militants et associatifs de la première heure (RESF et AIDES Nîmes), de Nîmes à Lyon en passant par Marseille, et suite à la mobilisation à l'aéroport de Lyon même, l'AFP a confirmé la nouvelle, tous les médias nationaux y ont consacré un article ou un encart, France3 un reportage, les radios en ont parlé, les hashtags ont fleuri et les têtes politiques y sont allées de leur soutien à Moussa.

Selon ces dernières, Moussa, c'est « cet homme homosexuel que la France ne peut expulser », au nom des droits humains et de la République.

ET LES AUTRES ? OUI, LES AUTRES ?

Ibrahim, Houssem, Adam, Sylla, Suleyman, Mohammed, Aboubacar, Abdulaziz, Mourcel, Nasser, Hamdi, Adama, et aussi Grace, Blessing, Doris, Ourda, Johnson, Estelle, Ruth, Kourouma, Fatou, Khadija, Habiba, Aïcha, Caro, Sabrina, Mariamé, Béatrice, Loveth…

Ils et elles sont des dizaines, des centaines, des milliers en France. Ils et elles sont isoléEs, en famille, majeurEs, mineurEs, en exil, sans-papiers, dublinéEs. Ces personnes, aux expériences niées, sont une fois de plus poursuivies, chassées, arrêtées, incarcérées, puis expulsées en Italie et dans leurs pays d'origine.

À Marseille, a fortiori depuis deux semaines, la Police procède expressément à des arrestations qui ont tout de rafles : dans les marchés, à la sortie des mosquées pendant le Ramadan, dans la rue, aux bureaux de la Préfecture et commissariats lors des signatures d'assignation à résidence. C'est donc le quotidien routinier des personnes qui est visé, un rythme de vie normale encore menacé.

POUR LA LIBERTÉ DE CIRCULATION ET D'INSTALLATION

À l'instar de Moussa, ces personnes demandeuses d'asile, en Procédure Dublin ou non, se voient systématiquement refusé leur droit -international- à trouver asile et protection dans le pays de leur choix, France ou autre. La dernière mouture de la loi française sur l'immigration entérine des restrictions sans précédents des droits et libertés des personnes en exil et rappelle la France à son histoire sombre de chasse à l'humain, de collaboration, de repli sur soi, de destruction de la vie.

Cette « Loi asile immigration » du Ministre de l'Intérieur Collomb asseoit encore davantage la politique française d'immigration comme raciste, discriminatoire, répressive et meurtrière.

NON AUX EXPULSIONS !

Moussa, elles, eux, nous, même combat !

Malthus

11. juin 2018 - 19:00

Lundi 11 juin 2018 à 19h, à la Bibliothèque Méjanes, Salle Bouvaist
Philosophie politique
Avec André KOULBERG

"Malthus"

Robert Malthus (1766-1834) ne fut pas seulement le penseur du "malthusianisme". Il fut aussi un éminent inspirateur des philosophies économiques et sociales hostiles à la solidarité envers les pauvres et aux mesures sociales, que l'on pourra ainsi étudier à la source.

Un volontaire communiste libertaire au sein des YPG raconte

11. juin 2018 - 19:00

Depuis 2014, son rôle de rempart face aux atrocités djihadistes au Moyen-Orient a placé la gauche kurde sous les feux de la rampe.

Ce que l'on sait moins, c'est que dans les zones qu'elle contrôle, et notamment au Kurdistan syrien (Rojava) elle a favorisé l'essor d'une contre-société sur des bases féministes, sociales, démocratiques et, d'une certaine façon, laïques.

Pour cette raison, elle fait peur aux tyrans de la région : les régimes turc, iranien ou syrien.

Cette situation inédite appelle un soutien de toutes et tous les révolutionnaires et anticolonialistes sincères.

Un soutien acritique ? Nullement car, comme tout processus révolutionnaire, celui-ci court des risques : une dérive autoritaire est toujours possible, de même qu'une instrumentalisation par des puissances étrangères (États-Unis, Russie, France...).
C'est de tout cela que nous voulons parler.

Au programme de la soirée :

Projection du film de Chris den Hond et Mireille Court, Rojava, une utopie au cœur du chaos syrien (45 minutes) ;

Présentation du livre Kurdistan Autogestion Révolution, éd. AL, mars 2018 ;

Intervention d'Arthur Aberlin, militant libertaire français engagé dans les YPG en 2017.

Intervention (sous réserve) de deux autres militants révolutionnaires engagés entre 2016 et 2018.

Alternative Libertaire Marseille

Camarade Lune, de Barbara Balzerani

11. juin 2018 - 18:30

Le 11 juin 2018, à 18 h 30, à la Librairie Transit : Présentation du livre Camarade Lune avec Barbara Balzerani.

Barbara Balzerani a été l'une des femmes à occuper un poste stratégique au sein des Brigades rouges. Dans l'enceinte de la prison haute sécurité où elle a été incarcérée pendant de nombreuses années, elle a pris le temps d'interroger son parcours, ses origines ouvrières, de réexaminer les réflexions philosophiques qui l'ont conduite à un tel engagement. Car avant d'être l'histoire d'une génération politique ou celle d'une organisation armée, Camarade lune est bien celle d'une femme que ses origines ne sauraient réduire à telle ou telle catégorisation. En ressort la colère de celle qui est née pauvre dans un monde inégalitaire, l'entêtement désespéré de celle qui ne se résout pas à être simplement une femme dans un univers dominé par les hommes, ainsi que l'espérance d'une insurrection contre l'ordre établi rendue soudain possible par le surgissement des événements de 1968.

Barbara Balzerani est née en janvier 1949 à Colleferro, en Italie. Au début des années 1960, elle a milité dans le mouvement « Pouvoir ouvrier » avant de rejoindre les Brigades rouges où elle faisait partie de l'équipe de la direction stratégique. Elle a vécu dans la clandestinité un certain nombre d'années avant d'être arrêtée en 1985 et condamnée à 25 ans de prison. En 2011, elle a obtenu la liberté conditionnelle et a été définitivement libérée en 2016. Elle travaille désormais dans une coopérative sociale et continue de se consacrer à la littérature. Elle a publié à ce jour cinq romans.


transit.librairie
45 boulevard de la Libération
13001 Marseille

La lettre d'information du site "la voie du jaguar"

11. juin 2018 - 15:10
Nouveaux articles

** Désir de Mai **
par Tomás Ibáñez
25 mai 2018

Quelle que soit l'intensité de notre désir de voir rejaillir Mai 68
un beau jour, rien ne sert de nourrir la nostalgie de ce qui est à
jamais révolu. L'irréductible singularité de cet événement l'a
solidement enraciné dans l'histoire, le transformant du coup en un
événement qui ne saurait se répéter. Mais soyons prudents, dire que
Mai 68 ne peut resurgir ne signifie pas du tout qu'il ait cessé de
résonner fortement au sein de notre temps, ou que ses effets se
soient éteints avec le passage des ans.

Incontestablement unique, Mai 68 se réinvente néanmoins dans
l'accomplissement de chaque geste de rébellion collective, depuis
la jungle Lacandone, jusqu'à la place Taksim, en passant par
Notre-Dame-des-Landes ou par les places surpeuplées du 15 M en Espagne,
parmi bien d'autres épisodes de révoltes. Mais ne nous précipitons
pas, ici non plus, parce que dire que Mai 68 se réinvente de temps en
temps ne signifie pas qu'il n'y ait pas des différences notables entre
ses diverses réinventions. (...)
Lire la suite -> https://lavoiedujaguar.net/Desir-de-Mai


** Sur le voyage
Scotch et bière **

par Natalie
22 mai 2018

Abidjan, le 21 mai 2018
Chers,

Il y a de cela une semaine, à l'aéroport Charles-de-Gaulle, quelques
jeunes enragés (pour certains déménageurs de grilles propriétés du
théâtre de l'Odéon) ont tenté de convaincre des passagers qui se
rendaient au Caire, de protester, de refuser de mettre leur ceinture,
d'exiger de parler au pilote, seul maître à bord. En vain. Soit que
les passagers aient été pressés d'arriver à destination, soit que le
pilote ait été sourd, l'avion a décollé à l'heure.

À son bord, il y avait M., un homme égyptien vivant, avec de sérieux
problèmes de santé, en France depuis onze ans. Tout juste sorti d'une
hospitalisation, devant les portes même de l'hôpital, M. avait été
arrêté et "placé" en centre de rétention. Sans accès à son
traitement durant quarante-trois jours, M. voyagea, au 44e jour,
bouche scotchée, sous escorte policière. (...)
Lire la suite -> https://lavoiedujaguar.net/Sur-le-voyage-Scotch-et-biere


** Ce fut aussi cela, Mai 68 **
par Henri Simon
21 mai 2018

En mai 1968, j‘avais quarante-cinq ans et déjà derrière moi vingt
et trois années de militantisme syndical et politique (bien que j'aie
toujours renié le titre de militant, refusant le sens classique de ce
mot d'œuvrer ardemment pour une cause politique précise). À la fois,
j'étais animateur d'un groupe d'opposition syndicale dans la boîte
où je travaillais depuis 1945, et en partie animateur du groupe de
travailleurs Informations correspondance ouvrières (ICO) — issu du
groupe Socialisme ou barbarie — qui ne rassemblait guère plus d'une
vingtaine de travailleurs à Paris. Dès les premiers jours de Mai 68,
ICO s'était soudainement gonflé d'un afflux de près d'une centaine
de sympathisants, principalement des étudiants et des intellos. Tout
cela est une autre histoire et contrairement à nombre de ceux qui,
tous à la retraite, tentent de mettre sur le papier les faits et
méfaits de leur jeunesse d'alors, je n'écrirai rien sur ce que fut
"mon" Mai 68, sauf les quelques notes qui suivent. (...)
Lire la suite -> https://lavoiedujaguar.net/Ce-fut-aussi-cela-Mai-68


** Notes anthropologiques (XIV) **
par Georges Lapierre
20 mai 2018

Bref éloge du cannibalisme
Première partie, la réalité

Le culte rendu à Xipe Tótec par les Mexica nous plonge aux fondements
religieux de la civilisation où l'être se confond avec sa nourriture :
l'homme de maïs. La nourriture, le maïs, est essentiellement
spirituelle, à la fois produit de la vie sociale et générant la vie
sociale, l'esprit se faisant chair. Au cours de la cérémonie
"tlacaxipehualiztli" consacrée à Xipe Tótec, "Notre Seigneur
l'Écorché", les prisonniers immolés en haut du temple aussi bien que
les captifs morts dans un combat simulé étaient écorchés et
dépouillés par les prêtres. Leur peau était portée comme un trophée
pendant les vingt jours du mois "tozoztontli" consacré au dieu ; et
les corps, dépecés et mangés au cours d'un banquet rituel, comme si
les Aztèques devaient prendre au mot l'expression "homme de maïs".
(...)
Lire la suite -> https://lavoiedujaguar.net/Notes-anthropologiques-XIV


LA VOIE DU JAGUAR
informations et correspondance pour l'autonomie individuelle et
collective • lavoiedujaguar chez riseup.net • http://lavoiedujaguar.net

 
 
 
 
DESIGN DARK ELEGANCE | PORTED FOR DRUPAL 6 | ADAPTE PAR: JEREMY BASTIDE 

Powered by Drupal, an open source content management system