Ecouter le live sur Galère  Discutez avec les autres auditeurs de radio galère : 

 

Infos Mille babords

Syndiquer le contenu Mille Babords
Mis à jour : il y a 10 heures 45 min

Sfruttazero

24. novembre 2018 - 12:30

Bouf', films, tchatch' autour de "Sfruttazero", mouvement anti-exploitation sud-italien de production de sauce tomate équitable et autogéré, le samedi 24 novembre à partir de 12h30 à La Cantine du midi (36 rue Bernard, 3°arr., Belle de Mai)

Le monde agricole reste encore un espace où les pratiques néo-esclavagistes s'exercent à l'encontre des travailleurs.euses pauvres, migrants.es et précaires : salaires horaires ou la tache payés une misère ; conditions sanitaires et de sécurité déplorables ; charge de travail et cadence inhumaine ; prise en charge sociale inexistante ; racisme, sexisme, xénophobie au quotidien, etc...

Combattons l'exploitation des personnes et de la terre !

Retrouvons-nous pour manger ensemble, mater des films et tchatcher au sujet du mouvement Sfruttazero, initié dans le sud-italien depuis plusieurs années, " il vise à produire une sauce tomate en respectant les règles juridiques et en luttant contre l'exploitation intensive des personnes et de la terre".

Menu à partir de 5e (viens quand même manger, si t'as pas assez !) : Soupe, Bruschetta & crudités, dessert !

Il y aura aussi à la vente des pots de sauces tomates Sfruttazero ramenés tout juste des Pouilles !

Solidarité avec le Réseau des paysans du Cauca en Colombie

24. novembre 2018 - 12:00

France Amérique Latine Marseille, en collaboration avec Artisans du Monde, vous invite à une journée de solidarité avec le Réseau des paysans de la Vallée du Cauca en Colombie le samedi 24 novembre à partir de midi et jusqu'à 18h, dans les locaux de Solidaires 13 à Marseille.
Apéro et repas à partir de midi, interventions et projection du documentaire Frontera invisible, concert de Yomira John.
PAF : 10 euros sans les boissons/ Entrée sans repas : 5€
Réservations obligatoires pour le repas par Email ou par SMS à Ernesto : consaoco chez gmail.com 06.16.09.65.95

Comité France Amérique Latine Marseille
falmarseille chez yahoo.fr & http://www.franceameriquelatine.org/

AGORA de Noailles

24. novembre 2018 - 10:00

Suite au drame de la rue d'Aubagne, des associations de Noailles (Destination Familles, Daki Ling, Dar Lamifa, Because U. Art, Collectif Vélos en ville, Recyclodrome...), Un Centre-Ville pour Tous et le Collectif du 5 novembre vous invitent à une grande assemblée de quartier pour : s'informer, s'exprimer, échanger, poser des questions, proposer, s'organiser ensemble et se coordonner pour la suite.

SAMEDI 24 NOVEMBRE
10H30-13H
RDV au Daki Ling
45 rue d'Aubagne, 13006

https://www.facebook.com/Collectif-du-5-novembre-Noailles-en-col%C3%A8re-346641915913368

La Plaine n'est pas à vendre - Documentaire réalisé par Primitivi

23. novembre 2018 - 19:00

CYCLE AUTOMNE 2018 : " Occuper l'espace public ! "

Projection-Débat suivi d'un apéro dînatoire

Carte blanche est donnée à PRIMITIVI qui cette année fête ses 20 ans de lutte, caméra au poing, pour la reconquête des espaces publics. Malgré une mobilisation sans précédent des habitants de la Plaine qui se réunissent mensuellement depuis deux ans et réclament d'avoir droit au chapitre, qui luttent, produisent analyse et contre-propositions, Chenoz et la SOLEAM-Attila, tentent le passage en force pour un massacre à la tronçonneuse de la Plaine ! Un chantier interminable s'apprête à étouffer le quartier. Ce qui saute aux yeux, c'est une volonté de déraciner l'existant. Il y sera bien sûr question de la rénovation /renouvellement /reconquête / réhabilitation /gentrification de la Plaine, exemple même du « cleanage » et de la marchandisation de notre ville.

Contre les violences faites aux femmes par les hommes la peur va changer de camp !

23. novembre 2018 - 18:44

À l'occasion de la journée internationale contre les violences faites aux femmes, associations, syndicats, mouvements divers dont en particulier « Nous toutes » appellent à un grand rassemblement pour lutter contre les violences sexistes et sexuelles. Après une certaine libération de la parole des femmes, c'est dans la rue que nous devons montrer notre détermination ! Les violences des hommes envers les femmes prennent plusieurs formes. Qu'elles soient physiques, sexuelles ou psychologiques, toutes sont à combattre !

LES AGRESSEURS ET LEURS STRATÉGIES

Marre d'être frappées ! En 2016, 3 femmes victimes sur 4 déclarent avoir été frappées de façon répétée. La même année, 123 femmes ont été tuées par leur partenaire ou ex-partenaire intime. Marre d'être agressées sexuellement ! Chaque jour, 243 femmes sont victimes de viol ou de tentative de viol. Marre d'être insultées ! 3⁄4 des auteurs d'insultes à l'égard des femmes dans l'espace public sont des hommes. Les insultes renvoient souvent à des stéréotypes sexistes : « salope », « conne », « sale pute », « vieille ».

Les violences faites aux femmes sont partout : dans la rue, dans les transports, à l'école, au travail mais surtout dans la sphère privée. Celles faites par des hommes masqués dans une ruelle sombre sont minimes. Dans 91 % des cas, les violences sont commises par des personnes connues de la victime (père, frère, ami, médecin, camarade, militant, collègue). Dans 45 % des cas, l'agresseur est le conjoint ou l'ex- conjoint. Le privé est politique, ne baissons jamais la garde. Les violences des hommes contre les femmes font partie du système patriarcal. Ne le laissons pas nous enfermer dans la peur et nous empêcher de nous révolter. Avec la déferlante de témoignages, la peur est en train de changer de camp.

LUTTES MULTIPLES : HOMOPHOBIE, RACISME, VALIDISME, CLASSISME

Le patriarcat atteint toutes les femmes, particulièrement les femmes racisées, faisant partie de la communauté LGBTI, porteuses de handicap, issues de milieu populaire qui subissent des oppressions simultanées affectant leur vie. Elles sont de ce fait plus susceptibles de subir des violences.

PRÉPARONS LA MOBILISATION, POUR UNE GRÈVE GÉNÉRALE DES FEMMES

Aucune solution judiciaire n'est adaptée. La justice non seulement ne fait pas son travail mais perpétue la culture du viol et donc les violences à l'encontre des femmes. Refus de prendre les plaintes des victimes dans les commissariats, discours culpabilisateurs, remise en question de la parole des femmes, relaxes des agresseurs. Ce sont encore aux femmes agressées de prouver leur non-consentement et non aux agresseurs d'apporter la preuve de l'assurance du consentement de l'agressée. Ni soutenues, ni écoutées, ni rassurées par la justice, peu de femmes victimes portent plainte.

Le samedi 24 novembre, notre colère et notre solidarité féminine vont se transformer en grand mouvement collectif ! Nous ne sommes pas seules ! Patrons, collègues, conjoints, la peur va changer de camp ! Comme en Espagne où 6 millions de femmes ont participé aux grèves et manifestations féministes du 8 mars dernier, créons un rapport de force pour que ça bouge.

Après le 24 novembre, rendez-vous le 8 mars 2019 pour la journée internationale de lutte pour les droits des femmes ! Nous, les femmes, exigeons l'égalité économique, sociale et poli- tique avec les hommes ! Les travailleuses gagnent environ 23,7% de moins que les hommes. Elles sont davantage touchées par la précarité.Nous, les femmes, voulons être libres ! Libres de marcher n'importe où, à n'importe quel moment de la journée, dans n'importe quel état, dans n'importe quelle tenue. Libres de notre orientation sexuelle et affective. Libres de procréer ou non et avec qui on veut. Libres d'accéder à des contraceptions gratuites et à l'IVG et à des consultations gynécologiques sans maltraitances.

Alternative Libertaire

La Cagette des terres en gilet jaune !

23. novembre 2018 - 15:00

Lundi 19 novembre, une équipe de la Cagette des terres, réseau de ravitaillement des luttes du Pays nantais (*), s'est rendue sur un point de blocage à Méan, une des principales entrées de la zone industrielle de Saint Nazaire. Le lendemain nous étions au rond point d'Airbus. Ces petits déjeuners font suite à une première rencontre avec des gilets jaunes samedi 17 novembre à Pontchâteau, à l'invitation d'amis et de syndicalistes que nous cotôyons fréquemment dans les rues nantaises ou sur les piquets de grèves de la région. La « zbeulinette » (la remorque du réseau de ravitaillement) est arrivée sur les points de blocage chargée de victuailles, avec une grosse sono pour réchauffer l'ambiance sur place !

Autour d'un feu de palettes et de crêpes, de tartines, fromage et rillettes maison, nous y avons rencontré ceux qui bloquent : des salariés des entreprises locales qui avaient pris leur journée ou qui travaillent de nuit, des chômeuses et chômeurs, des retraités en nombre, des habitantes et habitants des alentours qui venaient ravitailler en café, baguettes ou huîtres, le tenancier d'un petit snack du coin qui distribue des kebabs gratuits aux gilets jaunes, des jeunes ouvriers Nazairiens investis dans les dynamiques anti-fascistes et dans l'ouverture d'un local dans leur ville, un groupe de meufs qui tiennent à dix l'accès de l'immense pont à haubans qui surplombe la ville, et bien d'autres encore.

Jour après jour, le blocage du bassin nazairien s'organise. Des personnes déterminées, en colère, souvent dans la rue pour la première fois. Des motos et scooters font le tour des points colportant les informations d'un rond point à l'autre, des camion plateaux ramènent des tas de palettes et de pneus, des routiers complices se garent parfois au milieu des axes ou se mettent pour la journée en grève sauvage.

Pourquoi donc la Cagette choisit-elle d'appuyer les gilets jaunes, de prendre part au mouvement ? Nous ne prétendons pas savoir où va ce mouvement ni comment il va se prolonger, et nous ne nous reconnaissons pas, faut-il le préciser, dans les positions xénophobes ou anti-écologiques portées par certains de ses éléments. Mais pour la première fois depuis bien longtemps, nous vivons un surgissement populaire, spontané, aussi débordant qu'offensif. Ce mouvement n'est initié ni par des syndicats, ni par des partis, pas plus qu'il n'est sous le contrôle de quelques porte-paroles. Il implique des centaines de milliers de personnes engagées dans une action collective de blocage de l'économie qui dépasse de loin la question du prix de l'essence et de qui devra payer pour la mise en scène de la transition écologique. Et le moins qu'on puisse dire est qu'il met pour l'instant en grande difficulté le gouvernement.

Dans la région nazarienne, la teneur des discussions politiques sur les piquets est généralement sans équivoque : vie chère et de galère, injustice sociale et nécessité à y mettre fin, désir de s'organiser à la base et de faire primer le collectif. La présence de la Cagette et les histoires qui tournent autour de ses aliments avivent régulièrement des échanges sur les faux semblants du capitalisme vert et les possibilités de réinventer les formes de production et les conditions d'existence.
Nous pensons qu'il se passe là quelque chose qui vaut la peine d'être vécu, qu'on ne peut pas tenir à distance sous prétexte que tout ne nous convient pas, mais qu'il nous faut s'impliquer, rencontrer, débattre.
C'est précisément parce que les gilets jaunes sont une irruption inattendue qui peut aboutir à tout et à son contraire, au pire et comme au meilleur, que notre présence y est vitale pour comprendre et prendre part à cette situation inédite.

Nous vous tiendrons au courant, via les liens que nous avons déjà dans les luttes locales, des prochains rdvs pour aviser d'une nouvelle participation de la Cagette dans les jours à venir.
A Saint-Nazaire un appel est d'ores et déjà lancé pour samedi 24 novembre :
https://www.facebook.com/events/845218135853643/

ps : nous vous conseillons la lecture de ce texte, qui nous semble porter un point de vue pertinent :
https://lundi.am/Depuis-samedi-nous-nous-sentons-un-peu-moins-seuls-et-un-peu-plus-heureux

(*) https://lacagettedesterres.wordpress.com/
https://www.facebook.com/Cagettedesterres/

en complément, vidéo de l'« appel de Saint-nazaire », lue après une assemblée de coordination des points de blocage :
https://www.youtube.com/watch?v=gJV1gy9LUBg

Proj Primitivi au Videodrome 2 + bouffe de rue Main basse sur la ville

22. novembre 2018 - 19:00

Primitivi avec Videodrome et Numer0zér0

Jeudi 22 Novembre projection à 19h le Vidéodrome2 invite Primitivi pour une projection en plein air sur le Cours Ju' si le temps le permet,

On commence la soirée par des chroniques Primitiviennes sur la situation à La Plaine et à Noailles, et les jours de tempête que nous vivons aujourd'hui.

Ensuite bouffe de rue
tout les bénéfs de la soirée seront en soutien aux sinistrés de Noailles

puis
« Main basse sur la ville » de Francesco Rosi 1h40 – 1963
avec Rod Steiger, Salvo Randone, Carlo Fermariello
Titre original : « Le mani sulla città »

Naples. Un entrepreneur immobilier, qui est aussi conseiller municipal, convainc le maire et ses adjoints de lui octroyer la construction d'un important chantier d'extension de la ville en leur faisant gagner de l'argent sur le prix des terrains. Parallèlement, un immeuble s'écroule dans un autre chantier du même entrepreneur faisant plusieurs victimes. L'opposition de gauche au conseil municipal exige une commission d'enquête…

www.primitivi.org

"LE SEL de la MER" d'Annemarie Jacir

22. novembre 2018 - 18:30

Le Collectif 13 Palestine en résistance propose le jeudi 22 novembre à 18H30, au local des Solidaires à Marseille la projection du film "LE SEL de la MER", d'Annemarie Jacir, un film de 2008 avec Suheir Hammad, Saleh Bakri, Ryad Dias (durée 1h45, participation aux frais et buffet).
Soraya, 28 ans, née et élevée à Brooklyn, décide de rentrer s'installer en Palestine, le pays d'où sa famille s'est exilée en 1948. Dès son arrivée à Ramallah, Soraya cherche à récupérer l'argent de ses grands-parents gelé sur un compte à Jaffa mais elle se heurte au refus de la banque. Sa route croise alors celle d'Emad, un jeune Palestinien qui, au contraire d'elle, ne souhaite qu'une chose, partir pour toujours. Pour échapper aux contraintes liées à la situation du pays mais aussi pour gagner leur liberté, Soraya et Emad devront prendre leur destin en main, quitte à transgresser les lois. Dans cette course à la vie, ils nous emmèneront sur les traces de leur histoire en Palestine perdue.
La réalisatrice Annemarie Jacir, née à Bethléem en 1974, a grandi et étudié à l'étranger tout en maintenant un lien constant avec son lieu de naissance, un lien à la fois profond et douloureux qui traverse ses films. En 2015, C. Lehec et E. Sohier, deux chercheuses de l'université de Genève, l'une en géographie et l'autre en histoire, rencontrent la réalisatrice qui leur confie : « Depuis ma naissance, je traverse les frontières pour entrer en Palestine et y visiter ma famille, mes amis, travailler et fonder mon propre foyer. Mes souvenirs d'enfance les plus pénibles et humiliants sont le passage du pont entre la Jordanie et la Palestine en famille, année après année. Cette expérience a façonné ma personnalité et mon travail d'artiste. »

www.assopalestine13.org
asso.palestine13 chez gmail.com

Apéro MIX de soutien à Radio Galère

22. novembre 2018 - 18:00

18h - 22h

Les apéros à Galère reprennent...
APERO MIX RADIO GALERE : JEUDI 22 NOVEMBRE 18H-22H !!

Grosse tartinade, boissons pas chères... et du bon gros son !!
Viens soutenir ta radio dans nos locaux à la Friche de la Belle de Mai (1er étage à gauche, escalier rouge), au 41 rue Jobin, 13003.

Pour cette 8ème édition, on a l'honneur de vous présenter Zion Wind Section (Reggae Roots) qui seront à la basse, batterie et guitare en rajoutant 3 Cuivres !!! De la richesse pour vos oreilles ! Et c'est pas tout ! On terminera avec DAARIA et son set electronique groovy ! Venez et laissez vous entraîner dans un voyage musical envoûtant, délirant et surtout très bougeant !

L'apéro, les Interview et les live des artistes seront en direct sur le 88.4FM, en DAB+ et en streaming sur radiogalere.org dès 18h.
Soirée et bouffe à prix libre, et bar pour toutes les poches.

https://www.facebook.com/events/424810251674613/

Le délire occidental et ses conséquences

22. novembre 2018 - 18:00

Bonjour,

Dany-Robert Dufour est actuellement hospitalisé.
Sa conférence du jeudi 22 novembre à la Méjanes est donc annulée.
Nous aurons le plaisir de l'accueillir à Aix en Provence à une date ultérieure.

Avec toutes nos excuses.

Très déconnomiquement
Les Déconnomistes

Mieux connaître Dany Robert Dufour :

Nos prochains rendez-vous :

Renseignements au 06 42 37 78 55

"L'argent de la vieille", ou Porcs sur la ville ...

21. novembre 2018 - 20:00

Le Manifesten propose le mercredi 21 novembre à 20H une soirée ciné-débat autour du film "L'Argent de la vieille" de Luigi Comencini (1972) sur le thème "Porcs sur la ville".
Le personnage principal est une richarde tarée (Bette Davis) qui sillonne le monde pour aller affronter les plus pauvres dans d'épiques parties de cartes. Son objectif : prouver que sa fortune est méritée. Mais les habitants du bidonville de Rome où elle atterrit ne sont pas d'accord. Une parfaite métaphore de la capacité d'élites s'arrogeant les villes au mépris des classes populaires.
En fin de projection sera décerné à Gérard Chenoz le prix "le Mur d'or" pour l'ensemble de son oeuvre.

Le Manifesten, 59 rue Thiers, 13001 Marseille
contact chez manifesten.fr

"SORCIÈRES" dans le cadre du cycle "Femmes et Résistances"

21. novembre 2018 - 19:00

La compagnie Mémoires Vives présente le spectacle "SORCIÈRES" à partir du mercredi 21 novembre à 19H , dans le cadre du cycle mémoriel "FEMME(S) et RÉSISTANCE(S), d'ici ou d'ailleurs, d'hier et d'aujourd'hui" qui se tiendra jusqu'au 30 novembre au théâtre de l'Oeuvre à Marseille.
"Sorcières" sera également proposé les jeudi 22 et vendredi 23 novembre, avec deux séances à 14H30 et 20H. Prix libre mais réservation conseillée. Ce spectacle est tiré du livre de Jacques Roehrig, "L'holocauste des sorcières d'Alsace, Un effroyable massacre au cœur de l'Europe humaniste" (Édition la Nuée Bleue).
« Entre le crépuscule du Moyen Âge et l'Aube des Lumières, au cœur de l'Europe humaniste, un vent de folie a saisi les terres du Saint-Empire Romain germanique, s'en prenant à toutes celles qui s'écartaient de la norme : guérisseuses ou accoucheuses, riches veuves ou pauvresses, vieillardes et estropiées, fillettes ou bébés parfois. Exacerbant les troubles passions de populations en proie aux guerres et aux misères, d'implacables juges envoyèrent au bûcher des cohortes de « sorcières » honnies par tous, au terme de simulacres de procès et après d'atroces tortures. »
À l'intersection entre éducation populaire et création, entre travaux scientifiques et propositions artistiques, le Cycle Mémoriel de Transmission FEMME(s) ET RESISTANCE(s), D'Ici et d'Ailleurs, D'Hier et d'Aujourd'hui propose un hommage aux résistantes. Ces femmes, oubliées par l'Histoire et les mythes nationaux, qui ont résisté aux oppressions, aux régimes autocratiques, à la domination masculine. Ces femmes qui aujourd'hui encore, à travers le monde, doivent résister à ce qu'on veut leur imposer comme emprisonnement ou libération. Ces femmes à qui on veut imposer un modèle de féminité, un modèle de féminisme…
Une réflexion sur la condition de la femme, éternelle coupable ; sur l'instrumentalisation de la religion au profit d'intérêts mortifères. Sur la manière de faire des dogmes, des armes d'extermination. Sur les sombres alliances entre pouvoirs civils et religieux pour écraser les vents de révoltes populaires. Sur l'obscurantisme au service de l'ordre nouveau…

reservation chez theatre-oeuvre.com
Téléphone : 04 91 90 17 20

Réunion RESF 13

21. novembre 2018 - 17:30

de 17h30 à 19h30

resf13 chez no-log.org / 06 31 32 48 65
www.educationsansfrontieres.org

Pourquoi M. Seguin a-t-il emprisonné sa chèvre ?

21. novembre 2018 - 15:00

Le théâtre de la Cité propose un spectacle de Julie Villeneuve avec 5 adolescents, sur les notions de liberté et de sécurité, "Pourquoi M. Seguin a-t-il emprisonné sa chèvre ?", les mercredi 21 novembre à 15H et samedi 24 novembre à 19H, au 54 rue Edmond Rostand à 19H.
« Des barrières de sécurité, des sacs que l'on fouille à l'entrée des magasins, des caméras de surveillance, des spots radio qui préviennent gravement qu'il fait chaud ou qu'il fait froid et qu'il faut prendre ses précautions, des militaires avec des mitraillettes dans les rues ou sur les plages, des murs que l'on érige pour se protéger de ses voisins, des cris d'alarme sur le réchauffement climatique et l'extinction d'un grand nombre d'espèces animales… Comment ne pas se laisser envahir par la peur ? Comment faire la part des choses et rester du côté de la vie ? Sur le plateau, ce sont cinq ados marseillais. de 14 à 16 ans. Ils sont à la fois chèvres, loups et bergers, sauvages et domestiqués qui transgressent leurs peurs, leurs hontes parfois, pour être là et jouent à éprouver les mouvements contradictoires de libération et de repli avec lesquels nous sommes tous aux prises. Ils s'emparent et interrogent le célèbre conte d'Alphonse Daudet La chèvre de monsieur Seguin pour tendre un miroir à notre humanité, poser des questions politiques et philosophiques sur leurs vies, la vie en général et notre société."

Théâtre de la Cité : 54 rue Edmond Rostand – Marseille 6e (Metro ou Tram Castellane)
Informations au 04 91 53 95 61. Réservations sur resa chez theatrelacite.com

Après l'Ombre, film de Stéphane Mercurio

20. novembre 2018 - 20:00

Une longue peine, comment ça se raconte ? C'est étrange ce mot qui signifie punition et chagrin. Ainsi s'exprime Didier Ruiz lorsqu'il entreprend la mise en scène de son dernier spectacle monté avec d'anciens détenus de longue peine. Dans le temps suspendu des répétitions, on voit se transformer tous ces hommes, metteur en scène y compris.

plus d'infos :
https://www.cinemartigues.com/evenement-3?utm_campaign=ca383034-8e55-4894-8484-e4ffcfe2e4c8&utm_source=so

Avis aux passeurs d'humanité

20. novembre 2018 - 19:34

Après les beaux moments passés ensemble au festival et le succès de celui-ci, l'envie de recommencer démange tout le monde.
Alors voici les propositions des ami.e.s de la Roya après de nombreuses discussions ici et dans la Roya. Ces propositions sont discutables, améliorables et ouvertes aux associations partenaires et personnes volontaires.

Nous proposons une nouvelle édition en 2019 et de maintenir et approfondir nos 3 objectifs :
Créer un cadre serein de réflexion et d'intelligences autour de l'enjeu des migrations et de tous les passages dans l'histoire de l'humanité. Nous pourrions cette année privilégier deux thèmes : celui de l'hospitalité en favorisant la rencontre d'expériences en France et dans le monde et celui des frontières en organisant le débat contradictoire de différentes approches.
Témoigner de notre solidarité avec toutes celles et ceux qui dans une grande diversité de sensibilités et pratiques résistent et innovent dans la vallée.
Organiser la découverte de la vallée et la rencontre des acteurs qui inventent ici aussi le monde de demain.

Nous proposons de retenir les dates du 18 au 21 juillet. La bonne ambiance du festival est beaucoup due au dévouement des bénévoles. Nous voulons mieux prendre soin d'eux (repas, boissons, coin café) et alléger leur charge de travail pour qu'ils puissent mieux profiter des activités.
Nous proposons de conserver l'itinérance dans les 4 villages et d'étudier le scénario suivant.
1 - Un déroulement similaire pendant 2 jours (maximum 3) à celui de l'an passé : installation et programmation du matin au soir dans le village.
2 - Pendant les 2 autres jours (ou un seul) les festivaliers se déplacent dans différents lieux pour découvrir la vallée où des expériences innovantes avec un programme décidé avec les acteurs. Ils choisissent à l'avance parmi une dizaine de propositions, 1 ou 2 de celles-ci. En fin d'après-midi, tout le monde se retrouve au village pour débat et soirée artistique.
Une question est en débat : la veille du festival pourrait donner lieu à une soirée à Vintimille, Airole ou Nice.

Une Construction participative et simple
Notre volonté est forte d'associer très largement toutes celles et ceux qui veulent donner une idée, un conseil, une part de travail pour élaborer la programmation et le déroulement du festival.
5 groupes de travail se constituent. Pour y participer, il suffit de s'adresser à
ami.e.sdelaroya chez gmail.com

Les groupes :
1 - Programmation politique, philosophique...
2 - Programmation artistique et festive
3 - Programmation des découvertes et rencontres dans la Roya
4 - Logistique avec en premier lieu le logement chez l'habitant
5 - Communication

Une première phase d'ici début janvier consiste à recueillir idées et propositions. Alors à vos claviers ou stylos !
Une plate-forme collaborative se mettra aussi en place.
L'idée est avancée de tenir un week-end de travail dans la Roya ou à Paris début de l'an prochain.

Site du festival : passeursdhumanite.com
Film du festival : https://www.youtube.com/watch?v=LYiKc_2sMCI

"Le Tribunal sur le Congo" de Milo Rau

20. novembre 2018 - 19:30

L'équipe du cinéma Le Gyptis à Marseille propose le mardi 20 novembre à 19H30 la projection du documentaire "Le tribunal sur le Congo", de Milo Rau (2017, Suisse, 1H40).
Depuis plus de 20 ans, une guerre civile complexe a transformé une région de la taille de l'Europe occidentale en un enfer sur terre. Déclenchée par le génocide rwandais en 1994, la “troisième guerre mondiale”, comme est aussi appelée la guerre du Congo, a déjà coûté la vie à 6 millions de personnes.
La population souffre de cet état d'impunité totale, les crimes de guerre n'ayant jamais fait l'objet de poursuites judiciaires. Cette région recèle les gisements les plus importants de matières premières nécessitées par les technologies de pointe. Dans son « Tribunal sur le Congo », Milo Rau parvient à réunir les victimes, les bourreaux, les témoins et les experts de cette guerre et à instituer un tribunal d'exception du peuple du Congo de l'Est
Cette projection se tient en partenariat avec Les Bancs Publics, dans le cadre de leur festival Les Rencontres à l'échelle 2018 qui se tient jusqu'au 1er décembre à Marseille. Tarifs : 6 €, 5 € et 2,50 €.

Les fusillés des Bouches-du-Rhône

20. novembre 2018 - 18:30

En coopération avec :
L'Association Républicaine des Anciens Combattants (A.R.A.C.)
La Ligue des Droits de l'Homme de Vitrolles (L.D.H.)
Le groupe Jean Jaurès de la Libre Pensée de Vitrolles
vous invite

Mardi 20 novembre 18h30
Salle du radassier
Théâtre de Fontblanche
13127 Vitrolles

Conférence débat
« Les fusillés des Bouches-du-Rhône »
Michel GARIN
Libre Penseur spécialiste 1ère guerre mondiale

Non à l'augmentation des frais d'inscription pour les étudiant.e.s étranger.e.s !

20. novembre 2018 - 15:33

Edouard Philippe a annoncé ce matin l'augmentation des frais d'inscription pour les étudiant.e.s étranger.e.s extra-communautaires. Au lieu de payer 170€ comme les étudiant.e.s français.e.s, nous devrons donc payer le tiers du coût réel des études soit près de 2800€ en licence et 3800€ en master et en doctorat !

Monsieur le Premier Ministre, Madame la Ministre de l'Enseignement Supérieur, vous allez empêcher des centaines d'étudiant.e.s comme moi de venir étudier en France !

Avec des frais d'inscription aussi élevés, qui s'ajouteraient à l'ensemble des coûts déjà très élevés que nous devons payer (coût du dépôt de dossier à campus france, 75 à 200€ en fonction des pays pour le test de français, 79 à 269€ pour le timbre fiscal nécessaire au titre de séjour, 90€ pour la CVEC, logement, transport prix des manuels…), je n'aurais jamais pu venir étudier en France !

Quand on est étudiant.e.s étranger.s en France, on doit déjà faire face aux mêmes galères que les étudiant.e.s français.e.s. Mais en plus de cela, on subit une précarité encore plus forte.

En effet, nous sommes confronté.e.s à des nombreux obstacles, qu'ils soient administratif, sociales et pédagogiques. Administratifs car il est très compliqué d'obtenir un titre de séjour et une inscription en France (les démarches sont très nombreuses), sociale car nous n'avons pas accès aux bourses sur critères sociaux (seuls un très faible nombre d'entre nous ont accès à des bourses au mérite ou à des bourses financées par leur pays d'origine) et pédagogique car le fait de pouvoir rester en France ne dépends parfois ni de nous ni de l'université. En effet si la préfecture pense que nous nos études n'ont pas de caractère “réels et sérieux” elle peut décider de ne pas renouveler notre titre de séjour. En plus, rien n'est fait au sein de nos établissements pour nous permettre de réussir !

Le gouvernement affirme que cette réforme doit permettre d'attirer les “meilleurs” en France. Ce serait, soit disant, une réforme “d'équité” parce que les étudiant.e.s étranger.e.s “fortuné.e.s” paieraient notamment pour financer les bourses des étudiant.e.s étranger.e.s les plus précaires. En réalité, cette réforme va avoir une seule conséquence : fermer les portes de l'université à tou.te.s les étudiant.e.s qui comme moi n'ont pas les moyens de payer aussi cher !

Mêmes études mêmes droits : Il faut renoncer à l'augmentation des frais d'inscription des étudiant.e.s étranger.e.s hors UE !

Je vous demande donc aux côtés de nombreuses organisations, comme l'UNEF (l'Union Nationale des Etudiants de France), l'UEAF ( Union des Etudiants Algériens de France), l'UESNF ( Union des Etudiants et Scolaires Nigériens de France), la FESSEF ( Fédération des Etudiants et Stagiaires Sénégalais en France), l'ADEM ( Association des Diplômés et Etudiants Maliens), l'ADEEF ( Association des Etudiants Egyptiens de France), l'AJGF ( Association des Jeunes Guinéens de France), l'UEVF ( Union des Etudiants Vietnamiens de France) et Colcrea (Asociacion de Estudiant y Creadores Colombianos en Francia) de renoncer à l'augmentation de nos frais d'inscription au nom tout simplement de l'égalité. Nous étudions dans les mêmes amphis que les étudiant.e.s français.e.s, nous devons pouvoir avoir les mêmes droits !

Vous aussi aidez-nous en signant cette pétition et en la partageant sur les réseaux sociaux !

https://www.change.org/p/edouard-philippe-non-%C3%A0-l-augmentation-des-frais-d-inscription-pour-les-%C3%A9tudiant-e-s-%C3%A9tranger-e-s?recruiter=301868493&utm_source=share_petition&utm_medium=copylink&utm_campaign=psf_combo_share_message.pacific_abi_select_all_contacts.select_all.pacific_email_copy_en_us_5.v1.pacific_email_copy_en_gb_4.v1.pacific_post_sap_share_gmail_abi.control.pacific_email_copy_en_us_3.control.lightning_2primary_share_options_more.control

 
 
 
 
DESIGN DARK ELEGANCE | PORTED FOR DRUPAL 6 | ADAPTE PAR: JEREMY BASTIDE 

Powered by Drupal, an open source content management system