Ecouter le live sur Galère  Discutez avec les autres auditeurs de radio galère : 

 

Infos Mille babords

Syndiquer le contenu Mille Babords
Mis à jour : il y a 10 heures 38 min

Contre l'accueil indigne des mineurs non accompagnés

20. novembre 2018 - 11:30

RESF 13 (Réseau éducation sans frontières des Bouches du Rhône) appelle à se joindre le mardi 20 novembre à 11H30 devant le Conseil Départemental (Métro Saint Just), à un rassemblement solidaire et unitaire lancé par les organisations syndicales des travailleurs sociaux et éducateurs, pour dénoncer l'accueil indigne des mineurs non accompagnés (MNA) à l'occasion de la Journée internationale des droits de l'enfant, un rassemblement soutenu par le Collectif Mineurs isolés étrangers 13. RESF adhère sans restriction aux constats et aux revendications contenus dans leur tract (voir ci-dessous).
Ce rassemblement se tiendra dans le cadre des Etats généraux des migrations organisé par un collectif d'associations du 20 novembre au 20 décembre prochain sous le titre LE MOIS DE LA FRATERNITE ET DES DROITS. Ce thème a été retenu pour fêter une victoire face à la banalisation des atteintes aux droits fondamentaux, particulièrement des personnes exilées. Le 6 juillet 2018 le Conseil Constitutionnel a reconnu comme principe constitutionnel le troisième terme du triptyque républicain : la fraternité. Il l'a défini comme « la liberté d'aider autrui dans un but humanitaire et ce, sans considération de la régularité de son séjour sur le territoire national ». Nous aurons sans aucun doute à l'utiliser pour bien d'autres causes, car la notion de fraternité humaine est un horizon dans un monde en perte de sens et qui bascule.
C'est une belle façon de célébrer les 70 ans de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme -DDUH- que tant de gouvernements aimeraient aujourd'hui mettre sous le boisseau, ainsi que la « Convention internationale des droits de l'enfant » (0NU 1989) et celle relative aux « droits des travailleurs migrants et des membres de leur famille » qu'aucun pays occidental ne veut signer, car trop protectrice. Mais, c'est sans compter sur les associations qui, notamment dans le manifeste des EGM (Etats généraux des migrations), continuent à affirmer la DUDH comme fondement de leurs engagements.

Appel de l'école voisine d'un local insalubre à Noailles

20. novembre 2018 - 8:00

Les Associations de Parents d'Éleves du Cours Julien et des Bergers, soutenues par les parents et autres APE, le Collectif du 5 novembre, et syndicats professionnels, appellent les médias et la population du quartier à se réunir avec eux le lundi 19 novembre et le mardi 20 novembre à 8 heures devant le local du 41 Cours Lieutaud, déclaré insalubre et jouxtant leur école.
Elles invitent la Mairie à profiter de leur présence pour diligenter une expertise fiable et transparente, dans l'immédiat !

« Notre école est située au 119 rue d'Aubagne et a également une entrée sur le Cours Julien. La façade arrière et toute la cour de récréation repose sur un local municipal ayant l'air désaffecté. Ce local, au 41 Cours Lieutaud, a déjà été déclaré insalubre en 2012 suite à un affaissement du sol de la cour. Personne ne connait les travaux qui y ont été faits.
Depuis jeudi 8 novembre (3 jours après la catastrophe des 63-65 rue d'Aubagne), force de nombreux échanges de mails et d'un Conseil d'École au milieu, nous tentons d'obtenir de la Mairie le rapport de ces travaux et surtout UNE EXPERTISE FIABLE, en présence de la directrice de l'école et de membres de l'APE ! La Mairie tente de botter en touche et pense nous rassurer en envoyant d'abord lundi dernier, sans prévenir et dans l'heure suivant mon mail, un ingénieur qui n'est même pas allé voir le local et rend ses conclusions en 4 lignes dans un mail réponse à sa hiérarchie, Madame Casanova.
Notre école héberge deux sections de maternelles des Bergers. Leurs maîtresses refusent depuis mardi d'accueillir les enfants sur ce site. Elles y sont pourtant contraintes par leur hiérarchie et sont en arrêt maladie actuellement.
Vendredi dernier, pendant que le 66 Cours Julien (soit à 30m de notre école) perdait un bout de mur, le même ingénieur revient visiter le local avec un expert, mais toujours sans prévenir. C'est clair, ils ne veulent aucun témoin. Par miracle, samedi matin, je découvre que le local est en fait loué. Le locataire m'a laissé entrer et filmer, les images justifient vraiment notre inquiétude ! »

Déclaration de catastrophe politique

19. novembre 2018 - 23:52

Huit personnes sont mortes dans le fracas de l'effondrement de la rue d'Aubagne, des centaines de familles sont délogées. Des milliers de marseillais expriment tristesse, inquiétude et colère. Elles ont scandalisé l'opinion publique et mobilisé les médias.
Mais combien de personnes sont mortes et meurent à petit feu aujourd'hui à Marseille ? Morts dans le « silence de l'insalubrité » et dans l'isolement.
Morts de l'abandon des pouvoirs publics.
Nous prendrons notre part pour soutenir et accompagner au mieux toutes les familles des victimes et toutes les personnes à ce jour déplacées, et nous assurer d'un relogement décent.
Si la déclaration de « catastrophe naturelle » relève de la compétence du premier ministre, il nous revient, à nous citoyens et militants de la LDH de Marseille de déclarer Marseille
« catastrophe politique ».
Les procédures judiciaires engagées permettront, nous l'espérons, d'identifier les responsabilités mais, contrairement aux premières déclarations du premier magistrat de cette ville, les intempéries ne peuvent en aucun cas gommer ce qui relève probablement d'une incurie des services municipaux, et assurément d'une politique d'urbanisme conduite et dénoncer depuis plus de quarante ans.
Les municipalités successives n'ont eu de cesse d'élaborer et de conduire des politiques pour vider le centre ville populaire de ces habitants. La logique de gentrification est à l'œuvre et le développement de cette ville se traduit par toujours plus de relégation et de spéculations immobilières. Le système clientéliste fait le reste et impacte la gestion globale de la ville.
Espérons que les victimes de la rue d'Aubagne feront l'effet d'un électrochoc salutaire et que nous parviendrons à imposer une autre politique de rénovations pensée et conduite pour et avec les habitants.
Plusieurs villes l'ont fait, des exemples existent, pourquoi Marseille échouerait ?

Marseille le 15 novembre 2018

34 cours Julien 13006 Marseille - ldhsectionmarseille chez gmail.com - http://site.ldh-france.org/marseille/

Le droit des peuples et les droits de l'Homme

19. novembre 2018 - 19:00

Anaïs Simon est Docteure en philosophie
Professeure au Lycée Saint-Exupéry à Marseille

"Comment définir « l'Homme » dont il est question dans la Déclaration des Droits de l'Homme et du citoyen ? Il semblerait que la Déclaration elle-même soit justement le lieu qui décrit cet « Homme », et qui par conséquent l'institue, plutôt qu'elle ne s'appuie sur un homme existant. A ce titre la Déclaration est prescriptive de ce que doit être l'Homme moderne, le nouveau citoyen, et partant, le type de régime politique qui le rend possible. D'où cette question : faut-il entendre l'ensemble de l'humanité comme la somme de tous les hommes réels et existants ? Ou s'agit-il de l'idée d'homme, d'une essence de l'humanité ? Selon la première hypothèse, les droits de l'Homme, reliés à leur situation historique d'apparition, supposent que le peuple français se constitue symboliquement comme le représentant révolutionnaire de tous les peuples oppressés : le citoyen français serait le modèle pour tout homme. Selon la seconde hypothèse, les droits de l'Homme seraient moins les droits des hommes, que ceux de l'humanité, entendue comme abstraction qui pourrait jouer le rôle d'une idée régulatrice ou d'un paradigme."

CASA CONSOLAT
1 rue Consolat - 13001 Marseille
Le bar sera ouvert à 18 heures 30
Conférence à 19 heures
Nous pourrons dîner ensemble après le débat
Tou-te-s vos ami-e-s sont bienvenu-e-s

Toutes les informations sur le site : http://upop.info/
Contact : upop13 chez free.fr

Le renouveau de la révolte noire américaine

19. novembre 2018 - 19:00

Deux essais récents, Une colère noire de Ta-Nehisi Coates (2015) et Je ne sais quoi faire des gentils Blancs (2018) de Brit Benett, montrent que, si la ségrégation raciale appartient désormais- officiellement- au passé, chaque jour, des femmes et des hommes noirs subissent la violence, souvent mortelle, d'un racisme institutionnalisé. Pouvoir vivre libre dans un corps noir, c'est, aujourd'hui encore, l'objectif d'un « grand combat ».

Entrée dans la limite des places disponibles

Tél : 06 37 26 91 62

Appel de l'école voisine d'un local insalubre à Noailles

19. novembre 2018 - 8:00

Les Associations de Parents d'Éleves du Cours Julien et des Bergers, soutenues par les parents et autres APE, le Collectif du 5 novembre, et syndicats professionnels, appellent les médias et la population du quartier à se réunir avec eux le lundi 19 novembre à 8H (et le lendemain 20 novembre à 8H également) devant le local du 41 Cours Lieutaud, déclaré insalubre et jouxtant leur école.
Elles invitent "la Mairie à profiter de notre présence pour diligenter une expertise fiable et transparente, dans l'immédiat !"
Selon, la présidente de l'Association de Parents d'Élèves du Cours Julien, "notre école est située au 119 rue d'Aubagne et a également une entrée sur le Cours Julien. La façade arrière et toute la cour de récréation repose sur un local municipal ayant l'air désaffecté. Ce local, au 41 Cours Lieutaud, a déjà été déclaré insalubre en 2012 suite à un affaissement du sol de la cour. Personne ne connait les travaux qui y ont été faits.
Depuis jeudi 8 novembre (3 jours après la catastrophe des 63-65 rue d'Aubagne), force de nombreux échanges de mails et d'un Conseil d'École au milieu, nous tentons d'obtenir de la Mairie le rapport de ces travaux et surtout UNE EXPERTISE FIABLE, en présence de la directrice de l'école et de membres de l'APE ! La Mairie tente de botter en touche et pense nous rassurer en envoyant d'abord lundi dernier, sans prévenir et dans l'heure suivant mon mail, un ingénieur qui n'est même pas allé voir le local et rend ses conclusions en 4 lignes dans un mail réponse à sa hiérarchie, Madame Casanova.
Notre école héberge deux sections de maternelles des Bergers. Leurs maîtresses refusent depuis mardi d'accueillir les enfants sur ce site. Elles y sont pourtant contraintes par leur hiérarchie et sont en arrêt maladie actuellement.
Vendredi dernier, pendant que le 66 Cours Julien (soit à 30m de notre école) perdait un bout de mur, le même ingénieur revient visiter le local avec un expert, mais toujours sans prévenir. C'est clair, ils ne veulent aucun témoin. Par miracle, samedi matin, je découvre que le local est en fait loué. Le locataire m'a laissé entrer et filmer, les images justifient vraiment notre inquiétude !". (7 photos jointes au texte)

La lettre d'information du site "la voie du jaguar"

18. novembre 2018 - 19:25
Nouveaux articles

** Solidarité avec la Ké Huelga Radio
Contre l'opération d'éradication **

par Ké Huelga Radio
11 novembre 2018

Le 31 octobre, le très généreux Institut fédéral des
télécommunications (IFT) a renouvelé la concession de l'un des
marchands les plus importants du secteur de la communication mexicain,
M. Ricardo Salinas Pliego, qui pourra continuer à faire des profits
jusqu'en 2041. L'IFT a fait de même concernant le plus grand empire
médiatique du pays, en renouvelant les concessions de Televisa pour
une petite vingtaine d'années. Cette décision a été prise un mois
avant le début du nouveau mandat présidentiel, trois ans avant la fin
des concessions de ces deux monstres médiatiques, autant dire que
cette décision anticipée a pris les devants pour éviter tout éventuel
problème avec le nouveau gouvernement.

Cela étant, notre chère Ké Huelga Radio est confrontée à une
interférence qui nous bloque dans presque toute la Ville monstre
(Ciudad Monstruo). Depuis le 1er octobre, cette interférence a vu sa
puissance augmentée, jusqu'à effacer tout à fait notre longueur d'onde
sur la FM. (...)

https://lavoiedujaguar.net/Solidarite-avec-la-Ke-Huelga-Radio-Contre-l-operation-d-eradication

** Notes anthropologiques (XXV) **

par Georges Lapierre
9 novembre 2018

Mexico 2018
De l'idéologie et de la réalité I

Il est grand temps de distinguer l'idéologie de la réalité, et vice
versa ! La fin visée par une autre anthropologie est d'arriver après
un voyage mouvementé à la vaste plage de la réalité. Le plus souvent
nous parlons idéologiquement de la réalité. Tous ceux qui prétendent
décrire ou analyser la réalité dans laquelle nous nous trouvons sont
des idéologues et, bien souvent, les idéologues sont aussi des militants
qui cherchent à imposer leur vision ou une certaine vision de la
réalité. Ces idéologues sont en général payés par l'État et leur vision
de la réalité ne s'éloigne pas de celle voulue par la pensée dominante,
leur appréhension ne s'écarte guère d'un convenu plus ou moins
implicite et ce qu'ils présentent comme des nouveautés a la saveur du
bon sens et du bon goût reconnaissable entre mille, et dans laquelle
tous se reconnaissent avec une certaine satisfaction. Quand ils ne sont
pas directement payés par l'État, les idéologues portent en eux l'idée
de l'État, quoi qu'ils disent et quoi qu'ils fassent. L'idéologie
est le propre d'une pensée séparée. (...)
https://lavoiedujaguar.net/Notes-anthropologiques-XXV

** Vie de Murray Bookchin **

par Ernest London
8 novembre 2018

Janet Biehl
"Écologie ou catastrophe. La vie de Murray Bookchin"

Murray Bookchin (1921-2006), militant écologiste américain, théoricien
de l'écologie sociale et du municipalisme libertaire adopté et
appliqué depuis quelques années au Kurdistan syrien, est peu connu en
France. Janet Biehl, collaboratrice et compagne de ses dernières années,
fidèle à sa promesse, retrace sa vie tout en présentant son importante
œuvre théorique.

Elle raconte comment sa grand-mère maternelle, militante russe du
Partage noir, de la redistribution des terres avant de fuir les pogroms
et de se réfugier à New York en 1913 avec son mari et leurs enfants,
l'influença très tôt par ses récits et lui transmit la tradition
révolutionnaire russe. En août 1927, après l'exécution de Sacco et
Vanzetti elle lui dira : "Voilà ce que le capitalisme fait aux hommes !
N'oublie jamais !" (...)
https://lavoiedujaguar.net/Vie-de-Murray-Bookchin

** Pique-nique des malfaiteurs **

par L'Amassada
6 novembre 2018

Samedi 10 novembre 2018 à midi sur le chantier éolien de Crassous
(Aveyron)

Le 10 novembre est une date importante en ce qui concerne nos luttes.
Depuis Bure et la résistance contre l'enfouissement des déchets
radioactifs, un appel est lancé pour dénoncer la criminalisation de
celles et ceux qui n'acceptent pas, celles et ceux qualifié·e·s
d'"association de malfaiteurs". Un appel à organiser partout en France
des "bals de malfaiteurs". Ce pique-nique se veut solidaire. Il nous
paraît plus qu'important de mettre au grand jour cet outil de
répression que l'État appliquera partout ou une résistance lui sera
opposée.

Lors de la dernière Fête du vent à l'Amassada, une camarade mexicaine
de l'isthme de Tehuantepec est venue nous parler du projet d'EDF (eh
oui !) de dresser des éoliennes sur quatre mille hectares. Nous vous
laissons imaginer ce que cela signifie pour les communautés qui habitent
et travaillent sur ces terres. (...)
https://lavoiedujaguar.net/Pique-nique-des-malfaiteurs

LA VOIE DU JAGUAR • informations et correspondance pour l'autonomie individuelle et
collective • lavoiedujaguar chez riseup.net • http://lavoiedujaguar.net

14h : Conférence "Qui sont les poules ?" par Sébastien Moro

18. novembre 2018 - 14:00

De 14H à 16H

CONFÉRENCE : "Qui sont les poules ?"

Sébastien MORO est vulgarisateur scientifique, créateur de la chaîne Youtube « Cervelle d'Oiseau », co-auteur du blog de vulgarisation sur les poissons « Les paupières des poissons », chroniqueur sur la cognition animale au sein du podcast « Les Carencés », et rédacteur scientifique au sein du magazine « Véganes ».

En mars 2018, Sébastien MORO nous avait déjà témoigné sa confiance en donnant à Marseille une conférence sur le thème « Qui sont les Poissons ? ». Salle comble, grand public présent, le rendez-vous avec la connaissance fut un réel succès.

Et c'est donc de nouveau avec son inégalable talent à rendre audible au plus grand nombre ce que la science – et l'éthologie en particulier – a à nous apprendre, avec un rythme ponctué d'humour qui ne laisse aucune place à l'ennui ou au désintérêt que Sébastien MORO nous parlera des poules, nous expliquera qui elles sont… Car, il faut bien l'avouer, ces oiseaux un peu dinosaures sont bien méconnus… Le moment est venu d'y remédier !!!

De 17H à 19H30

TABLE RONDE PARTICIPATIVE sur le thème de la CONVERGENCE DES LUTTES

Des intervenant-e-s attendu-e-s qui ne mâchent pas leurs avis et le souhait d'une INTERACTION avec l'assemblée pour une TABLE RONDE PARTICIPATIVE dont la discussion centrale sera LA CONVERGENCE DES LUTTES.

De l'ambiance et de l'humeur en perspective pour avancer communément,

pour réfléchir ensemble au pourquoi de la nécessité de lier les luttes !


Le spécisme est une construction mentale véhiculée par nos sociétés modernes. Il repose sur des croyances arbitraires et implique un classement entre individu.e.s.

L'antispécisme s'y oppose en revendiquant l'abolition de la domination humaine sur les autres animaux, par l'arrêt de leur exploitation. Il ne sert qu'un but, permettre à chacun.e de voir ses intérêts fondamentaux respectés : vivre, libre et sans souffrance.

À ce titre et en vertu de ce principe crucial d'équité, il paraît indispensable de tenir compte des luttes sociales humaines. L'oppression ne connaît pas de frontière, les besoins fondamentaux non plus.

Tout comme le spécisme, nous devons condamner le sexisme, le racisme, l'homophobie, la transphobie, le classisme, le capacitisme, l'âgisme, la grossophobie , la putophobie ; en somme, l'oppression au sens large et la marchandisation qui découle d'un système sociétal capitaliste qui dicte le devenir des individu.e.s en les désignant telles des machines à produire ou tels des objets à consommer. Il s'agit de rigueur, d'honnêteté intellectuelle et de cohérence.

Nous invitons donc toute personne et/ou tout mouvement anti-discriminatoire, ou aspirant à l'être, à échanger avec nous lors du déroulement de cette table ronde. -------

Avec la déjà participation de :

— –> GÉRALDINE FRANCK, de « woman tax » (tumblr), du collectif Droits Humains pour Tou-te-s, membre du Collectif anti crasse qui lutte contre toutes les formes de domination.

Géraldine Franck, que nous sommes très heureux-ses de retrouver engagée dans cette discussion particulièrement importante !

— –> RÉPLIQUE ÉTHIQUE

Dont la page Facebook (que nous vous invitons à visiter) a pour but de servir de base de données afin de fournir du matériel militant. L'idée étant de centraliser des connaissances, autant sur les luttes elles-mêmes que sur l'esprit critique, afin de penser au plus juste et de mieux communiquer.

— –> FLORENCE DELLERIE

Qui outre ses multiples travaux mis au service des droits des animaux et des luttes pour la justice sociale, ses outils visuels et explicatifs mis à disposition des militant-e-s et du grand public, nous a fait découvrir cette année ses talents de conférencière, avec une clarté de communication admirable qui ne saurait exclure qui que se soit des réflexions très larges ou inséparables des stratégies militantes.

LIEU : La Dar Lamifa / 127, rue d'Aubagne – 13006 Marseille

ENTRÉE À PRIX LIBRE

RESTAURATION VEGAN À PRIX LIBRE

POUR TOUTE LA DURÉE DU FESTIV'ALARM : EXPOSITION DES PHOTOGRAPHIES DE LUDOVIC SUEUR


Ludovic Sueur n'est pas « simplement » un grand photographe, qui avec immensément de poésie et de sensibilité nous offre son regard afin que nous nous posions sur la beauté des animaux.

Ludovic Sueur nous amène aussi à une vision antispéciste, en considérant chaque animal comme un individu à part entière et non pas simplement comme un représentant de son espèce.

Une vision qui invite également à la réflexion sur l'exploitation animale, plaçant l'éthique derrière chacun de ses clichés.

Consulter l'événement Facebook du Festiv'ALARM

Suivre toute la programmation du Festiv'ALARM

Avortement, un combat permanent

17. novembre 2018 - 20:30

Brésil, 2018, l'avortement est toujours interdit.
Malgré le manque d'informations et de moyens, les brésiliennes continuent et continueront d'avorter, même si cela signifie de mettre leur propre vies en danger.
Plusieurs collectifs au brésil s'organisent pour tenter de pallier aux lacunes du système de santé public de leur pays :
Informer les femmes sur comment utiliser les médicaments à moindre risques ; désacraliser l'interruption de grossesse, trop souvent associé au pêcher chrétien ; offrir un espace d'écoute et un soutien concret aux besoins des brésiliennes qui souhaitent avorter ; etc..

Les médicaments pour permettre aux femmes d'avorter dans des conditions sûres sont chers, et grâce à ce week-end nous espérons collecter suffisamment d'argent pour rembourser le dernier achat et si possible pouvoir anticiper les prochains pour les besoins d'un futur proche.

vendredi 16 novembre, 18 heures au videodrome
projection du film documentaire, O fim do silêncio.
Suivie d'une discussion sur la situation du Brésil et d'un repas prix libre.

samedi 17 novembre, 20 heures à La Tache
concerts avec Ponpom sauvage, Ursulalala et La Chasse.

Permanence du collectif Exploités Énervés

17. novembre 2018 - 16:00

Des problèmes avec votre patron, votre propriétaire, la CAF, Pôle emploi… ?
Que ce soit pour obtenir des informations et des conseils ou pour trouver des moyens plus offensifs de se défendre, n'hésitez pas à venir nous rencontrer !

En galère pour comprendre ou écrire un courrier ?
On peut vous aider à la lecture et à la rédaction de courriers privés, administratifs, professionnels, de formulaires, etc.


Le collectif Exploités Énervés s'organise pour lutter contre les radiations, les contrôles, les expulsions, l'exploitation, les incessantes difficultés que les administrations, les patrons, les propriétaires nous causent.

Pour ce collectif, il n'y a pas d'opposition entre les personnes ayant un emploi ou pas. Quelle que soit notre situation, l'État cherche à nous maintenir dans l'isolement et le cas par cas. Face aux institutions, aux employeurs ou aux bailleurs, il s'agit de prendre acte que la misère est la même pour tous, qu'il ne s'agit pas de situations individuelles, ni même de droits et de devoirs, mais bien des rouages de ce système d'exploitation. Dans le bassin d'Alès comme ailleurs, nous avons besoin de nous rencontrer, d'échanger des infos sur les possibilités de débrouille, de construire un rapport de force collectif…

Le collectif propose tous les premiers et troisièmes samedis du mois des permanences pour que ceux et celles ayant des problèmes avec une administration, un patron, un bailleur… puissent venir pour y trouver des informations et des camarades pour lutter contre le sort qui nous ait fait.

Voir le site : https://exploitesenerves.noblogs.org

Bibliothèque La Rétive
42 rue du faubourg d'Auvergne - Alès
Permanence tous les mercredis et samedis de 15 à 19 heures
laretive-at-riseup.net - https://laretive.info

Eteins ta radio, allume la plaine

17. novembre 2018 - 14:22

Un flux radio de 5h réalisé le 31 octobre, composé de sons de Radio Galère, Radio Grenouille, Zibeline Radio, de sons d'ami.e.s et de messages de soutien récoltés ces dernières semaines pour La Plaine, diffusé sur les ondes de Radio Cause Commune à Paris.
+ Lettres à La Plaine... etc

https://soundcloud.com/laviemanifeste

info Radio Grenouille 88.8

HAUSSE DES PRIX DU CARBURANT

17. novembre 2018 - 14:17

Différents secteurs des petites et moyennes bourgeoisies, mais aussi des travailleurs prolétaires, ont pris l'initiative d'une mobilisation le 17 novembre prochain. L'extrème droite s'est vite ralliée à cette initiative, y voyant une aubaine pour elle, si les travailleurs ne sont pas vigilants quant à la défense de leurs intérêts. Ce mouvement est confus, car il essaie de fédérer différentes classes sociales sur la question du prix des carburants. C'est tout le problème de cette approche, qui crée le mythe d'intérêts communs entre patrons et prolétaires. Ainsi, les modalités d'action peuvent apparaître incohérentes, comme des automobilistes bloquant d'autres automobilistes le samedi. Comme il est difficile pour des patrons de proposer de bloquer les entreprises la semaine, on comprend tout de suite qui a la main sur les actions et les mots d'ordre du mouvement, en voulant empêcher les loisirs de la population le week-end. Pourtant, les difficultés qui s'accumulent pèsent surtout sur les épaules des ouvriers et des employés. Ils sont bien les plus touchés et donc les plus légitimes à revendiquer sur la base de la hausse du carburant et de la vie chère.

La hausse du prix du carburant s'explique avant tout par la spéculation financière. Comme pour toute marchandise, c'est l'offre et la demande qui déterminent sa valeur. Or les produits pétroliers subissent la pression d'une économie capitaliste qui doit sans arrêt accroître ses activités et ses bénéfices. Et ce sont les patrons qui ont voulu cette société du libre-échange et du libre marché. Le capitalisme a toujours fonctionné grâce à la « liberté » de diffusion des marchandises, des services. Il est étonnant d'entendre aujourd'hui des patrons qui critiquent cette situation. On constate la même confusion dans les revendications. Cette bourgeoisie, momentanément révoltée, conteste les taxes, mais ce sont ces taxes qui servent à financer les entreprises (exonérations de cotisations sociales, CICE...). Il en existe tellement qu'il est difficile de toutes les connaître ! Et c'est cette même bourgeoisie assistée qui impose aux travailleurs de se faire racketter en ville (loyers exorbitants, endettements immobiliers) ou d'assumer des dizaines de kilomètres en voiture chaque jour.

La bourgeoisie a choisi un mode d'existence adapté aux logiques capitalistes de concurrence. Concurrence entre individus, entre entreprises, entre villes, entre régions, entre États. Cette guerre économique généralisée favorise la concentration des activités dans les agglomérations et la désertification des zones rurales périphériques. Cette situation est visible dans tous les États capitalistes (Occident, Chine, Corée du Nord, Amérique latine...). C'est bel et bien le capitalisme qui oblige un maçon à traverser chaque matin une agglomération, voire tout son département, alors que des logements sont en construction dans son quartier. La sous traitance dans les entreprises et les transports par camion et bus a accentué ce désordre généralisé. Alors oui, les prolétaires ont intérêt à imposer le contrôle ouvrier et la création d'entreprises socialisées, de branche, qui regroupent tous les travailleurs d'une même activité (comme le transport, avec une véritable stratégie alliant route, rail, air et mer). Des entreprises qui appartiennent à toute la population et qui empêchent ainsi les égoïsmes destructeurs de nos vies (pollutions routières, industrielles et environnementales). C'est-à dire un véritable socialisme ! Les travailleurs doivent donc se mobiliser, mais avec leurs propres revendications et leurs propres organisations, c'est-à-dire leur confédération syndicale, pour obtenir satisfaction.

  • Imposons la prise en charge des frais de déplacement au travail par l'employeur.
  • Favorisons le transport en commun gratuit.
  • Imposons la réintroduction des savoir-faire professionnels et des équipements de travail à l'échelle locale pour limiter les kilomètres.
  • Imposons l'augmentation des salaires, des retraites, des pensions.
  • Imposons la taxation des revenus du capital issus du carburant et pas celles des travailleurs qui ont besoin de faire leur plein des revendications IMMÉDIATES !

Assemblée de quartier

17. novembre 2018 - 14:00

Pour nous organiser entre habitant•es, commerçant•es et association,
Pour agir de concert et en intelligence collective,
Pour un Noailles digne et durable pour tous !

… créer des groupes de travail en comités réduits pour organiser la solidarité avec les familles et les sinistré·es, les actions judiciaires et administratives à mener, pour aborder le sujet de possibles recours compensatoires pour les commerçant.e.s lésé.e.s par l'incurie politique, et tenter de résoudre collectivement les problèmes de mal-logement.
Large programme certes, nous ferons notre possible pour que nos discussions citoyennes avancent et se déroulent au mieux.
Cette assemblée sera en priorité ouverte aux personnes en situation d'urgence : sinistré.e.s de la ville, et habitant.e.s et commerçant.e.s de Noailles.

https://www.facebook.com/Collectif-du-5-novembre-Noailles-en-col%C3%A8re-346641915913368/

Conférence + Dédicace + Stands artistiques et militants / Dédicaces + concerts

17. novembre 2018 - 13:00

APRÈS-MIDI :

CONFÉRENCE EXCEPTIONNELLE DE JEAN-LUC DAUB : « DES ANIMAUX ET DES ABATTOIRS » – TÉMOIGNAGE D'UN ANCIEN ENQUÊTEUR DANS LES ABATTOIRS FRANÇAIS

Jean-Luc DAUB est l'auteur de"Ces bêtes qu'on abat." Journal d'un enquêteur dans les abattoirs français 1993-2008 » (Éditions de l'Harmattan, 2009). De formation d'éducateur technique spécialisé, Jean-Luc Daub a travaillé dans le secteur médico-social en milieu hospitalier fermé auprès de personnes lourdement touchées par un handicap mental ou psychique. Il a travaillé plus particulièrement auprès de nombreux-ses adultes autistes ou ayant des troubles autistiques.

Et Jean-Luc Daub a également été enquêteur dans les abattoirs français durant 15 années. Depuis l'arrêt de cette dernière profession, en plus de son engagement auprès de personnes handicapées, devenu vegan, il a continué de mener en parallèle une activité dévouée à la défense des droits des animaux, notamment aujourd'hui avec la création de son propre REFUGE : LA FERME D'HENNI LE COCHON (dont nous soutiendrons en cette journée la démarche du mieux et du plus que nous pourrons).

Mais l'engagement de Jean-Luc DAUB emprunte aussi d'autres routes, comme pour cette conférence qui l'amènera depuis l'Alsace jusqu'à Marseille, afin de nous livrer son TÉMOIGNAGE UNIQUE, bouleversant… Factuel pourtant… Objectif assurément… Un témoignage qui a la capacité de se faire entendre par un large public, qui donne la possibilité de répondre à des questionnements étendus… Ou précis.

C'est un GRAND MOMENT que nous attendons avec beaucoup d'impatience et d'espoir.

La conférence sera suivie d'une discussion-débat avec le public, et cette dernière sera co-animée par une alliée de poids, Michèle PETTINELLI.

LIEU : La Dar Lamifa / 127, rue d'Aubagne – 13006 Marseille

ENTRÉE À PRIX LIBRE

Page Facebook de la FERME D'HENNI LE COCHON

ATTERRISSAGE SUR MARS D'INSOLENTE VEGGIE POUR UNE SÉANCE DE DÉDICACE, AVEC SON TOUT PROCHAIN OUVRAGE, sa 4ème BD qui sortira en octobre 2018 : « ILS SONT PARMI NOUS »

INSOLENTE VEGGIE BANNIERE SITE
IV EN DEDICACE
INSOLENTE VEGGIE ILS SONTPARMI NOUS

ATTENTION !
Insolente Veggie est de retour, elle est toujours très très méchante et elle est plus en forme que jamais ! Salon de l'agriculture, vitamine B12, abattoirs et éthique : rien ne résiste à son humour décapant ! Toujours là pour mettre les points sur les i, sans jamais verser dans la caricature… Avec elle, tout remettre en question est un plaisir assumé !

Instant rare, présence rare : à louper si l'on a vraiment envie de se manger les doigts jusqu'au trognon et de ne pas profiter de repartir avec ces « ILS SONT PARMI NOUS » dédicacés sous le bras !

STANDS ARTISTIQUES et MILITANTS / DÉDICACES

AVEC :

STÉPHANIE VALENTIN, violoniste, compositrice et interprète de chansons engagées. Illustratrice et animatrice 2D/3D, créatrice de logiciels ludo-éducatifs (Prix multimédia jeunesse des Adelouzes), conceptrice des sites Veganimo et Frimie pour sensibiliser les enfants à la cause animale et créatrice également d'une ligne de vêtements bio sur le thème de la condition animale dont une partie des bénéfices est reversée à des associations.
Stéphanie Valentin se fera un plaisir de dédicacer son livre jeunesse “Pouiki le petit cochon”, paru en auto-édition en 2017.Nous espérons que vous serez nombreux-ses à venir la rencontrer !

FLORENCE DELLERIE, illustratrice indépendante, spécialisée dans les illustrations de nature (zoologie, botanique, mycologie, environnement…) ; et autrice. Elle est également entomologiste et photographe amatrice ; et passionnée par les sciences naturelles. Florence Dellerie est végane depuis 2014 et met, autant que possible, son travail au service des droits des animaux et des luttes pour la justice sociale.
Elle met de nombreux visuels et fiches explicatives à disposition des militant-e-s.
Ainsi, l'ALARM ne passe plus un salon sans afficher ses travaux, permettant au public de s'informer rapidement et efficacement sur plusieurs thèmes liés à la lutte antispéciste.

Venez rencontrer cette artiste militante au grand cœur !

LAYLA BENABID, illustratrice free-lance et autrice jeunesse.
Passionnée par le dessin depuis toute petite, elle a d'abord travaillé dans différents domaines avant de décider de faire de sa passion un métier.
Elle se lance en free-lance en 2010, travaillant l'illustration pour différents publics ainsi que le graphisme.
Fin 2011, elle décide de se lancer dans l'aventure de l'édition jeunesse et se fait rapidement remarquer !
Layla Benabid, aussi, est engagée activement dans la lutte contre le spécisme et contre toutes les autres formes de dominations et discriminations envers les humain-e-s et les non humains.

C'est autour de son stand rempli de petits animaux adorables dessinés tout en douceur, en humour, mais aussi portant des messages militants, que nous vous invitons à venir la rencontrer et à profiter d'une séance de dédicace concernant les plusieurs ouvrages qu'elle a créés.

CAROTIDE (carotis) : Les carotides sont des vaisseaux très importants puisqu'ils sont les seuls à faire passer le sang et donc l'oxygène du cœur vers le cerveau. Naturaliste hallucinée, ésotérique et passionnée, Carotide tente à travers son univers artistique de transmettre une réflexion militante autour de la condition Animale, Humaine et Environnementale.

SOIRÉE : DEUX CONCERTS ! STÉPHANIE VALENTIN + RES TURNER

Deux artistes qui ne ménagent ni leur temps, ni leurs convictions ni leurs engagements en faveur des animaux non humains et des humain-e-s et un immense plaisir de les accueillir pour cette 6ème édition du Festiv'ALARM !

L'art, la musique, les instruments, le chant, le style, peuvent prendre bien des formes et pourtant s'unir sur les mêmes fonds et dans une même lutte… C'est une explosion de talent et d'émotions fortes qui nous attend pour cette soirée du 17 novembre ! Rien de moins. Absolument rien de moins.

Et d'ailleurs ces deux là se sont déjà croisé-e-s… Elle et il nous réservent un fantastique moment d'union artistique…

===> 1ère partie de la soirée, CONCERT de STÉPHANIE VALENTIN !

===> 2ème partie de la soirée, CONCERT de RES TURNER !

LIEU : La Dar Lamifa / 127, rue d'Aubagne – 13006 Marseille

ENTRÉE À PRIX LIBRE

RESTAURATION VEGAN À PRIX LIBRE

POUR TOUTE LA DURÉE DU FESTIV'ALARM : EXPOSITION DES PHOTOGRAPHIES DE LUDOVIC SUEUR


Ludovic Sueur n'est pas « simplement » un grand photographe, qui avec immensément de poésie et de sensibilité nous offre son regard afin que nous nous posions sur la beauté des animaux.

Ludovic Sueur nous amène aussi à une vision antispéciste, en considérant chaque animal comme un individu à part entière et non pas simplement comme un représentant de son espèce.

Une vision qui invite également à la réflexion sur l'exploitation animale, plaçant l'éthique derrière chacun de ses clichés.

Consulter l'événement Facebook du Festiv'ALARM

Suivre toute la programmation du Festiv'ALARM

Armée d'Orient, Front d'Orient

17. novembre 2018 - 10:00

Samedi 17 novembre 2018
De 10 h à 18h
Maison Méditerranéenne des Sciences de l'Homme
5 Rue Château de l'Horloge - 13090 Aix-en-Provence

Programme de la Journée

10h30 - 11h15 Jean-Yes Le Naour, Docteur en Histoire professeur en classes préparatoire de Sciences politiques à Aix-en-Provence, historien .
« Les jardiniers de Salonique. Une armée inutile ? »

11h30 - 12h15 : Jean-Louis Riccioli, Docteur en histoire, ancien chef des Études historiques au Service historique de l'armée de Terre, conservateur en chef du Patrimoine, conseiller pour les musées DRAC PACA
« l'armée d'Orient, son cadre politique et stratégique et son influence sur la conduite des opérations »

14h00 - 14h45 : Traian Sandu Professeur agrégé détaché auprès de l'Université de Paris III – Sorbonne Nouvelle Institut d'Études européennes
« Impact de la fin de la Première guerre mondiale en Europe centrale sur l'essor du fascisme »

15h00 - 15h45 : Yvan Jobart professeur de lettres-histoire titulaire d'une maîtrise d'histoire . « la chute de l'empire et le nouveau dessin géopolitique du Moyen Orient »

16h00 - 16h45 : David Gozlan secrétaire général de la Libre Pensée, professeur d'Histoire et de Géographie. « La question des frontières au Moyen-Orient »

L'Entrée est gratuite.

Pour des questions de sécurité, il est nécessaire de s'inscrire avant le 17 novembre
Possibilité de déjeuner sur place.
Renseignements : 06.17.98.33.27
http://www.lp-13.org

Apéro discussion avec Lola Lafon

16. novembre 2018 - 20:00

Une écrivaine, des héroïnEs : il se pourrait bien qu'on vienne à parler féminisme...

Manifesten • 04 91 53 40 79

Le service national contre l'ennemi de l'intérieur

16. novembre 2018 - 19:34

Dans un rapport en date du 12 février 2018, l'IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale) voit dans le SNU (service national universel) un outil d'éducation totale des jeunes mais aussi de contrôle de toute la société. « Une transformation silencieuse » qui passe par des préconisations qui font froid dans le dos.

Le service national, dernier avatar en date de la « défense globale »

Au-delà des traditionnels éléments de communication censés justifier le projet (« universalité, égalité, fraternité etc… »), l'objectif central est celui de la « défense globale », un concept dont le flou permet de justifier toutes les extensions. Dans le cas présent, l'IHEDN ratisse large, très large : le SNU « doit favoriser l'attractivité [des armées], générer un meilleur recrutement et leur permettre, le cas échéant, de s'appuyer – en cas d'intervention sur le territoire national * – sur des réserves de la Nation/de la République (sic), identifiées, mieux formées, immédiatement rappelables, plus solidaires. » Qu'un des objectifs prioritaires du SNU soit de répondre aux besoins de recrutement des armées n'est pas une surprise – il apparaît en filigrane à travers tous les dispositifs de rapprochement jeunes/armées, notamment dans l'éducation à la défense – mais avec l'accent désormais mis sur une intervention se déroulant à l'intérieur des frontières et des classes d'âge « immédiatement rappelables » (une formulation qui renvoie à la guerre d'Algérie..), le projet de SNU prend une tout autre signification, dont le rapport ne prend même pas la peine de dissimuler la portée : « une contribution limitée et précisément définie doit permettre de valoriser les atouts pédagogiques des militaires et de souligner leur contribution à la prévention de crises sur le territoire national, en même temps que leur contribution à la formation des jeunes et à une certaine remédiation sociale. »

Interventions sur le territoire national, prévention de crises sur le territoire national, formation des jeunes, remédiation sociale : en quelques mots, tout est dit. En usant d'une dialectique qui n'est pas sans évoquer « le rôle social de l'officier », le SNU permet d'étendre à l'infini le champ d'intervention de l'armée : l'éducation (et l'école) comme étape obligée d'une militarisation plus large de toute la société. Dans cette optique, l'IHEDN imagine un service national qui soumettrait tous les jeunes à partir de 18 ans à une « obligation de défense en cas de crise nationale, de nature sécuritaire ou non. Tous peuvent être rappelés en fonction des circonstances. » Au regard du caractère extensif et arbitraire de la notion de crise, de la facilité avec laquelle les dirigeants y ont recours pour instaurer un état d'exception devenu la norme (et de la facilité avec laquelle la société l'accepte - tant qu'elle n'en est pas elle-même la cible), on comprend que le service national recouvre un champ d'application des plus étendus mais qui a davantage à voir avec la surveillance de la population qu'avec le service qu'on est censé lui rendre. La figure du danger est ici, clairement, celle de l'ennemi intérieur.

Les trois étapes mirifiques du citoyen nouveau

Les principes étant ainsi fixés, le rapport détaille alors les 3 « modules » supposés conduire à l'avènement du citoyen nouveau.

Dans le cadre du module 1, qui concerne les classes de 6e à 4e des collèges, il s'agit principalement de « systématiser les apprentissages » déjà prévus par le protocole armée-école du 20/05/2016 et dont les recommandations « doivent être systématiquement appliquées, contrôlées et consolidées », notamment les visites d'établissements militaires qui doivent devenir obligatoires.

Le module 2 touche plus spécialement les élèves de 3e : organisé autour de 2 semaines en internat, dans un « hébergement type camping » (sic), ce moment « très fort de vie en commun » sera notamment l'occasion d'« exercices en groupe sur le thème du patriotisme et de la défense globale. » Pour donner un contenu à ce module (et par contrecoup faire rire le lecteur de la présente note), les auditeurs de l'IHEDN font preuve d'une imagination sans limites. Ainsi, à la fin de ce module, les jeunes auront appris (en vrac) à : « se comporter en cas d'incendie, d'attaque terroriste ; apprendre le patriotisme (…) ; réfléchir sur les conflits militaires de la France pour contribuer à la paix (…) ; savoir utiliser un masque à gaz (sic) et manipuler un masque médical en cas de virus violent (…) ; cours d'arts martiaux et d'autodéfense (45 minutes/semaine) (…) ; incitation au don du sang [indispensable pour abreuver les sillons] (…) »

Le module 3 (pour les 18-21 ans) - d'une durée d'un mois pour tous en internat à 10 mois pour les volontaires - se fixe pour objets de travail : « droits et devoirs du citoyen – décliner intelligemment [qui en doute ?] l'obligation de défense ». En sus d'un « parcours éducatif de type militaire (courir avec des obstacles) [comme à Verdun], enseignement du tir avec des armes non létales [le taser comme outil de remédiation sociale ?] », ce module ne néglige pas une autre mission, certes moins noble que les précédentes mais destinée à rappeler que l'Education nationale reste maître d'œuvre du projet : « traitement du stock des décrocheurs ». On les aurait presque oubliés…

Enfin, chacun de ces modules se verra sanctionné d'une cérémonie solennelle avec remise de médaille de bronze, d'argent et d'or. Cela ne s'invente pas.

Le coût de ce dispositif psychédélique (2,6 milliards d'euros par an, « en rythme de croisière », coûts d'investissement estimé à 2,4 milliards d'euros…) ne semble pas poser de problème à ses promoteurs. Partant du principe qu'« en aucun cas (…) le développement du projet ne doit fragiliser le modèle d'armée , ni porter atteinte aux capacités opérationnelles des armées dans lesquelles les ressources humaines et le budget tiennent une place non négociable », le rapport a trouvé ses financeurs : les départements, heureux d'apprendre qu'ils auraient l'obligation de « mettre à disposition de ce grand projet national, deux structures d'accueil – type collège avec internat - de 300 personnes chacune, soit deux ensembles immobiliers de 6000 m2. Le coût par département est de l'ordre de 25 millions d'euros, pour un coût cumulé maximal de 3 milliards d'euros. »

Le jeu dangereux de l'Education nationale

Si, pour le moment, le projet - non encore finalisé - du SNU s'écarte en partie des préconisations de l'IHEDN, il n'en reste pas moins que la publication de ce rapport à la tonalité très injonctive vient conforter la philosophie générale du système prévu :

en dépit des précautions oratoires maintes fois avancées par les défenseurs du SNU, les considérations militaires restent prédominantes : il s'agit, non seulement de satisfaire les besoins de recrutement des armées, mais surtout, par un endoctrinement permanent précoce (l'éducation à la défense), de sortir du débat public non seulement tout ce qui touche à la politique militaire (interventions extérieures, commerce des armes, bombe atomique, diplomatie etc) mais également - puisque la défense se définit comme « globale » - des questions relatives à la sécurité intérieure, au maintien de l'ordre, à la contestation sociale etc. Autrement dit, exclure du débat démocratique tout ce qui peut remettre en cause la toute puissance de l'état.

en soumettant toute une classe d'âge à une sujétion personnelle obligatoire, le SNU réactive et renforce l'obsession étatique de surveillance de la société, un principe à l'origine de la conscription. Dans sa brutalité décomplexée, le rapport de l'IHEDN fait du service national un outil assez effrayant de contrôle total de la société civile.
Cette conception du service national privilégiant une militarisation de l'enseignement est d'ailleurs très proche dans son esprit de celle formulée par l'Assemblée nationale et reprise dans une récente proposition de loi. Il n'est pas non plus anodin de noter que l'IHEDN, établissement public placé sous la tutelle du Premier ministre, est, depuis 1982, par sa participation aux « trinômes académiques », un des inspirateurs directs de l'éducation à la défense, dont l'influence se renforce au fil des ans, sans aucune concertation … mais sans rencontrer, il est vrai, beaucoup d'opposition sur le terrain.

On en vient alors à se dire que le stage « de gestion de crise » organisé dernièrement par le rectorat de Versailles pour ses chefs d'établissement, réduits au rang de petits soldats bien obéissants, n'est pas qu'une simple pantalonnade : si, comme la chose se dessine au fil des mois, le SNU devait devenir réalité et se concrétiser comme une obligation de nature militaire imposée aux lycéens, ce serait aussi la confirmation d'une lourde dérive de l'Education nationale.

B. Girard

Questions de Classe(S)
Site alternatif d'éducation, de lutte et de pédagogie

« LA TARTINE D'OR » Grande soirée de soutien à New Hope Animal Rescue + Concert de Velvtetine

16. novembre 2018 - 19:00

« LA TARTINE D'OR » est une Grande soirée de Soutien organisée POUR le Refuge NEW HOPE ANIMAL RESCUE (NHAR) et à la création prochaine de son SANCTUAIRE, sous la forme d'un CONCOURS très LUDIQUE et GOURMAND pour toustes, qui élira la MEILLEURE TARTINE DU MONDE (parce que nous sommes toujours à Marseille !).

LE PRINCIPE : les candidat-e-s proposeront à un jury d'expert-e-s (certifié-e-s par l'ALARM) en « tout ce qui peut se déguster sur une tartine » une dégustation de leur préparation (exclusivement SALÉE et houmous exclu). Chaque tartine concourante devra bien sûr être VEGAN et devra être proposée en quantité suffisante (pour 10-15 personnes) pour que la dégustation puisse se poursuivre par le public qui aura aussi son goût, son vote à dire, et surtout son soutien à apporter.

Les trois finalistes seront récompens-é-e-s par des supers supers supers lots, dont LE trophée « Tartine d'Or 2018 » !

Un appel à candidature sera bientôt lancé.

Tout du long, la soirée sera animée avec humour, convivialité et solidarité.

Un membre de l'équipe de New Hope Animal Rescue (également co-fondateur de l'ALARM qui a quitté Marseille (mais pas l'ALARM !) pour rejoindre l'Angleterre en tout début d'année) sera présent pour nous raconter l'histoire de NHAR, son travail acharné à sauver des vies, son GRAND PROJET DE CRÉATION PROCHAINE D'UN SANCTUAIRE, ses espoirs, mais malheureusement aussi ses difficultés.

QU'EST-CE QUE NEW HOPE ANIMAL RESCUE ?

NHAR est un refuge et un centre de réhabilitation pour de nombreux et très différents animaux, en passant par des chiens et chats, aux petits oiseaux domestiques, jusqu'aux chevaux, cochons et animaux dits de ferme. Leur spécialité se concentre sur les pires cas de négligences.

Une expansion vers un site plus grand permettra d'agrandir de façon phénoménale le nombre d'animaux que l'association pourrait sauver et aiderait à implanter un sanctuaire qui pourrait continuer à fonctionner sur du long terme. En arrivant à déménager vers un endroit plus grand, NHAR pourra recevoir et s'occuper de plus d'animaux de ferme tels que des agneaux, des veaux, comme d'autres animaux dits domestiques qui sont abandonnés.

TOUS LES FONDS RÉCOLTÉS LORS DE CETTE SOIRÉE

SERONT INTÉGRALEMENT REVERSÉS A NEW HOPE ANIMAL RESCUE

LIEU : La Dar Lamifa / 127, rue d'Aubagne – 13006 Marseille

ENTRÉE & DÉGUSTATION À PRIX LIBRE

Page Facebook de NEW HOPE ANIMAL RESCUE



*

CONCERT DE VELVETINE

Pour clore en musique cette Grande Soirée de Soutien, le groupe VELVETINE nous fait le grand honneur de se produire en CONCERT !

Pour celles et ceux qui connaissent bien l'ALARM, vous savez combien les membres de ce groupe vegan marseillais nous sont chers, combien ils méritent les plus grandes scènes, combien ils ont engagé leur travail d'artistes au service de la libération animale et de l'antispécisme, combien depuis de nombreuses années ils soutiennent marches, manifestations, et événements des plus importants concernant les animaux non humains.

Si vous ne les connaissez pas encore… Dépêchez-vous ! Venez les voir, les entendre, les écouter !

C'est avec des guitares, des voix et des machines que Velvetine distille un rock teinté d'électro à la poésie sauvage. En trouvant ses racines tant dans la musique ethnique que dans le rock noisy, Velvetine colore son univers puissant et tourmenté d'harmonies et de sonorités subtiles.

Au fil du temps, l'univers de Velvetine s'est enrichi de constructions et de structures sonores qui renforcent toute l'originalité de cette formation atypique et créative. Elle propose sur scène un mélange unique de parties écrites et improvisées qui emmènent les spectateurs-trices dans un univers parfois sombre et mélancolique mais aussi plein d'espoir. La grande complicité du trio des musiciens de Velvetine guide le public dans des ambiances calmes puis tendues et puissantes…

Page Facebook de VELVETINE

Site officiel de VELVETINE

POUR TOUTE LA DURÉE DU FESTIV'ALARM : EXPOSITION DES PHOTOGRAPHIES DE LUDOVIC SUEUR


Ludovic Sueur n'est pas « simplement » un grand photographe, qui avec immensément de poésie et de sensibilité nous offre son regard afin que nous nous posions sur la beauté des animaux.

Ludovic Sueur nous amène aussi à une vision antispéciste, en considérant chaque animal comme un individu à part entière et non pas simplement comme un représentant de son espèce.

Une vision qui invite également à la réflexion sur l'exploitation animale, plaçant l'éthique derrière chacun de ses clichés.

Consulter l'événement Facebook du Festiv'ALARM

Suivre toute la programmation du Festiv'ALARM

Avortement, un combat permanent

16. novembre 2018 - 18:00

Brésil, 2018, l'avortement est toujours interdit.
Malgré le manque d'informations et de moyens, les brésiliennes continuent et continueront d'avorter, même si cela signifie de mettre leur propre vies en danger.
Plusieurs collectifs au brésil s'organisent pour tenter de pallier aux lacunes du système de santé public de leur pays :
Informer les femmes sur comment utiliser les médicaments à moindre risques ; désacraliser l'interruption de grossesse, trop souvent associé au pêcher chrétien ; offrir un espace d'écoute et un soutien concret aux besoins des brésiliennes qui souhaitent avorter ; etc..

Les médicaments pour permettre aux femmes d'avorter dans des conditions sûres sont chers, et grâce à ce week-end nous espérons collecter suffisamment d'argent pour rembourser le dernier achat et si possible pouvoir anticiper les prochains pour les besoins d'un futur proche.

vendredi 16 novembre, 18 heures au videodrome
projection du film documentaire, O fim do silêncio.
Suivie d'une discussion sur la situation du Brésil et d'un repas prix libre.

samedi 17 novembre, 20 heures à La Tache
concerts avec Ponpom sauvage, Ursulalala et La Chasse.

Approche territorialisée du rapport des élèves à l'école et implication des acteurs de l'éducation : une expérience dans les quartiers Sud de Marseille

16. novembre 2018 - 15:30

Thomas Floro, a présenté avec succès une thèse sur le collège Roy d'Espagne, le jeudi 21 décembre 2017, à l'ESPE d'Aix en Provence,

« Approche territorialisée du rapport des élèves à l'école et implication des acteurs de l'éducation : une expérience dans les quartiers Sud de Marseille »

Nous vous invitons à participer à une présentation de cette thèse :

VENDREDI 16 NOVEMBRE 2018 à 15H30
Au collège Roy d'Espagne
36, chemin du Roy d'Espagne 13009 Marseille
(Bus 23 et 44 à partir du Rond-Point du Prado)

 
 
 
 
DESIGN DARK ELEGANCE | PORTED FOR DRUPAL 6 | ADAPTE PAR: JEREMY BASTIDE 

Powered by Drupal, an open source content management system