Ecouter le live sur Galère  Discutez avec les autres auditeurs de radio galère : 

 

Infos Mille babords

Syndiquer le contenu Mille Babords
Mis à jour : il y a 11 heures 53 min

Guinguette des Espaces éducatifs Bricabracs

30. juin 2018 - 12:00

Chiendent est un collectif militant de jardiniers du dimanche.
Nous cultivons des légumes pour en manger, en vendre et en donner.
Actuellement, cela se passe un dimanche sur deux à l'Annonciade
dans le 15e arrondissement de Marseille (et quelquefois ailleurs).

Bus 30 arrêt chemin de la mûre

Soutien à la grève dans les Mac Donald

30. juin 2018 - 11:00

Sud appelle ses adhérents et les salariés à soutenir la grève chez Mac Donald en manifestant partout en France devant les restaurants de la marque ce samedi 30 juin à 11H.
Rendez vous devant celui du Vieux Port.

Le Ravi fête ses 15 ans !

30. juin 2018 - 10:00

Le Ravi fait péter le bouchon !

ET TOUT LE MONDE EST LE BIENVENU aux 15 ans du mensuel qui ne baisse jamais les bras, le samedi 30 juin à Marseille.

La pétanque les bras en l'air ? Facile. Après 15 ans d'enquêtes et de satire, le Ravi n'est toujours pas Fanny !

Nous vous convions à venir fêter ça le samedi 30 juin à la Boule du Panier (rue du Timon, 13002 Marseille), de 10h à 20h :

Ravi à pétanque. Tirage à 11h pétantes, mais inscription préalable plus que conseillée par mail (leraviapetanque chez leravi.org)
Challenge de titraille et d'orthographe - on délocalise le bouclage du n°164 !
Tombola des Amis du Ravi
Concerts
Jeux en bois
Bar et restauration à petits prix
Entrée à prix libre / inscription au tournoi 2€

On vous attend pour faire péter les bouchons ! Avec vos boules bien sûr !

Pour nous aider dans les préparatifs, vous pouvez confirmer votre venue en répondant à ce mail, ou mieux, en vous inscrivant sur la page de l'évènement facebook ici : https://www.facebook.com/events/1059529140866681/

L'équipe du Ravi et de l'association la Tchatche.

Tombola au profit de SOS MEDITERRANEE

29. juin 2018 - 21:30

Tombola au profit de SOS MEDITERRANEE

Du 29/06/2018 à 21:30 au 30/06/2018 à 02:00
47 Boulevard de la Libération, Marseille 13001


PROGRAMME

20h30 : Projection de courts-métrages sur l'Aquarius et sur l'association SOS MEDITERRANEE France

22h00 : tirage d'une tombola organisée au profit de SOS MEDITERRANEE (de nombreux lots collectés auprès de nos partenaires : ateliers d'artistes, boutiques, librairies, restaurants...).

De 22h30 à 02h00 : Dj Set ElectroMix avec le retour de notre ami DJ Reggiani

En présence de bénévoles de SOS MEDITERRANEE

Résister au temps ?

29. juin 2018 - 21:00

Le temps d'une vie et le désir d'éternité. Le temps d'une législature et celui de la terre. Le temps de travail et celui « pour soi ». Les commémorations, la construction de la mémoire, la sanctuarisation du patrimoine, la négation du futur.
Il y a de nombreuses manières de lire cette interrogation et elles nous touchent toutes.

Conférences, débats, concert le samedi soir, expositions, ateliers, lecture, musique, stands et lâcher de livres. Pour tout complément d'information

http://www.abrahammazel.eu/event/22es-rencontres-deteresister-au-temps/?instance_id=115



Participation à prix libre
CONTACT : Association A.Mazel - 0656769690

Première rencontre autour de l'informatique et des logiciels libres

29. juin 2018 - 18:00

Des membres de l'April à Marseille, en collaboration avec le CHATON local Marsnet vous invitent à une première rencontre entre associations et collectifs marseillais qui gravitent autour de l'informatique et des logiciels libres.

Le but de cette rencontre est de discuter ensemble de notre éventuelle mise en réseau pour une plus étroite collaboration dans nos projets respectifs, une plus grande visibilité et de futurs possibles projets collaboratifs communs.

À cette occasion, Rosy Inaudi donnera également une conférence intitulée :
La psychologie de l'engagement : amener autrui à modifier librement ses comportements

Sur la délibération du Conseil Constitutionnel

28. juin 2018 - 21:26

Ce mardi 26 juin en France a lieu l'audience du Conseil constitutionnel devant définir si le « délit de solidarité » est bien conforme avec le principe de fraternité, coeur du texte fondateur de cet Etat. L'affaire des « Trois de Briançon » y est partie prenante, unique cas retenu concernant le chef d'inculpation d'« aide à l'entrée de personnes irrégulières ». Les autres traitent quant à eux d'« aide à la circulation ou au séjour sur le territoire national ».

Poser cette question de compatibilité constitutionnelle est pour nous un outil de défense juridique. Il est important de préciser que nous ne voulons pas remettre notre sort entre les mains de ce conseil, ni même entre d'autres mains aussi expertes soient- elles, pour déterminer du bienfondé de notre action. Il ne s'agit donc pas de reconnaître une légitimité à ce conseil, mais d'utiliser ce biais pour parvenir à l'amélioration d'une situation déplorable. Il est clair pour nous que ce Conseil constitutionnel – tout comme les principes qu'il cherche à défendre – reste un outil politique de la classe dominante (en atteste la composition de cette cour), afin d'humaniser leurs pratiques répressives racistes et le système de domination capitaliste qu'elles encadrent.

La problématique de fond soulevée par les affaires traitées ce mardi au sein du Conseil constitutionnel, à savoir les raisons premières de la nécessité de l'exil, dépasse le seul cadre permis par ledit processus juridique. Ce sont bien les guerres, l'extractivisme néocolonial, les problématiques climatiques, la séparation d'êtres humains par des lignes imaginaires appelées frontières, etc., qui poussent des personnes à fuir leur pays d'origine. Et ce, en plus d'une histoire coloniale, esclavagiste, impérialiste dont les effets se font encore ressentir – et pour lesquels il n'y a jamais eu de digne réparation.

Punir ou non le délit de solidarité ne changera rien à cet état de fait. Les pratiques étatiques, à savoir la chasse à l'homme, la militarisation des frontières, les contrôles au faciès, la marchandisation et l'exploitation des flux migratoires – tout comme la poursuite de l'exploitation des dits « pays du sud » – ne véhiculent aucune valeur de liberté, d'égalité ou de fraternité envers les personnes qui en souffrent directement. Celles-ci perdureront peu importe la décision que prendra le Conseil constitutionnel. Si cette dernière devait relever l'incompatibilité du délit de solidarité avec la constitution, il s'agirait d'une évolution positive vers une société plus humaine, bien que ce changement concernait à première vue surtout des personnes blanches. Néanmoins, il nous semble important d'affirmer qu'il n'y aura ni liberté, ni égalité, ni fraternité tant que le capitalisme et son histoire se maintiendront ; tant que tous les systèmes de domination existeront et notamment la domination du Nord sur le Sud, laquelle est l'une des causes principale des flux migratoires. La justice et les lois que ce conseil représente structurent et ont structuré la société, ses pratiques et son histoire. Le résultat est accablant. Nous ne leur ferons donc jamais confiance.

C'est pour toutes ces raisons que nous ne fondons aucun espoir en cette délibération de fin juin 2018 dans la lutte que nous menons. Les politiques racistes et violentes de l'Etat et les désastres de la société capitaliste se poursuivront et seront encore et toujours la racine du problème. Les réfugié.e.s seront toujours les premier.è.s à en souffrir. C'est en ce sens que la lutte doit continuer, et c'est ce que nous souhaitons exprimer publiquement aujourd'hui.

Bisous

Théo, Bastien et le Comité de soutien genevois aux 3 de Briançon

N.B. Bastien, Théo et le comité de soutien genevois au trois de Briançon ne souhaitent pas se prononcer en dehors de ce communiqué de presse sur la délibération entamée au sein du Conseil constitutionnel.

« Baroud d'Honneur » de Grégoire Georges Picot

27. juin 2018 - 20:00

El Ghazi Amnaye et Hammou Lhedmat, deux anciens combattants marocains, ont participé à la libération de la Provence lors de la deuxième guerre mondiale et reviennent à Marseille pour célébrer son soixantième anniversaire. Conçu comme un road-movie, le film change soudain de cap lorsque les deux invités annoncent qu'ils restent en France pour obtenir une reconnaissance matérielle et une retraite équivalente à celle de leur homologues "français". Projection et discussion en présence du réalisateur.
Une production notamment du groupe Marat des FTP-MOI (Francs-tireurs et partisans de la Main d'oeuvre Immigrée) dont Grégoire Georges Picot (historien) est l'un des représentants.

Pour protester contre les arrestations arbitraires de militants et avocat, sur des argumentations fallacieuses, visant à criminaliser toute action militante ...

27. juin 2018 - 19:00

BURE : appel à rassemblement partout le 27 juin 2018

Nous ne laisserons pas Bure devenir la nouvelle affaire Tarnac !

Appel à rassemblement partout en France mercredi 27 juin à partir de 19h !

Le point en bref sur la situation
https://vmc.camp/

Mercredi 20 juin, une nouvelle vague de répression sans précédent touche le mouvement de lutte contre le projet Cigéo. Au moins 11 perquisitions, 8 personnes placées en GAV et des convocations pour audition à la pelle. Les personnes arrêtées ont en commun d'être fortement investies dans la lutte contre le projet Cigéo et ne sont pas ciblées au hasard : avocat de la lutte, membres d'associations historiques, habitants locaux et personnes qui se sont implantées localement.

Les chefs d'accusation qui pèsent sur nos ami.e.s et compagnon.e.s de lutte sont insensés, amalgamant pêle-mêle : association de malfaiteur, violence en réunion, accusation d'avoir "dirigé le black block" au G20 de Hambourg... Ce à quoi rime ce délire, nous le savons trop bien : en réponse aux critiques fondées formulées à l'encontre de Cigéo, à la montée d'une exaspération légitime contre ce projet imposé, les promoteurs du projet n'ont d'autre recours que de saisir n'importe quel prétexte et instrumentaliser des faits isolés pour criminaliser les opposant.e.s. Nous voyons ici se monter sous nos yeux une nouvelle "affaire Tarnac", dont l'objectif est de détourner l'attention des risques réels du projet Cigéo, de construire de toute pièce des suspects et d'affaiblir la lutte ... Surtout, en frappant des personnes fortement impliquées, l'état criminalise celles et ceux qui s'organisent et tente de semer la peur et la division dans les milieux militants.

A l'heure qu'il est plusieurs de nos ami.e.s sont encore en GAV et nous ne savons pas si ils et elles seront ou non libérées.

En réponse à cette construction politique et policière délirante, nous réaffirmons notre unité et notre solidarité. N'en déplaise aux promoteurs de Cigéo, notre mouvement ne se laissera pas écraser ainsi et nos associations ne plieront pas par peur d'être les prochaines sur la liste.

Communiqué de soutien à faire circuler et à signer par vos collectifs, associations, comités de soutien, organisations...

{{Communiqué commun - Réseau "Sortir du nucléaire", Bure Zone Libre, BureStop55, Cedra 52, EODRA, ACDN- 22 juin 2018 Nous ne laisserons pas Bure devenir la nouvelle affaire Tarnac !}}

« Into Eternity », de Michael Madsen

26. juin 2018 - 19:30
Un ciné-club militant • tous les derniers mardis de chaque mois


Projection • 20h30« Into Eternity », de Michael Madsen


avec la participation des membres du Collectif PACA BURERencontre et discussion • 19h30 lors d'un repas convivial


Into Eternity | Réalisation Michael Madsen • Durée 1h15

Que faire des déchets radioactifs ? En Finlande, pour la première fois, un lieu de stockage permanent est en cours d'installation. Des milliers de kilomètres de tunnels sont creusés avant d'y déposer les déchets nucléaires, qui doivent être isolés de toute forme de vie pendant 100 000 ans. Mais comment s'assurer que ce lieu ne contaminera jamais personne ? Comment prévenir les générations futures des dangers que représente cette cargaison mortelle ?
S'adressant aux générations futures, Michael Madsen livre un documentaire en forme de film de science-fiction fascinant et vertigineux.


Un REPAS à prix modique concocté par l'équipe de la Casa Consolat est proposé avant la projection.

L'ENTRÉE pour chaque projection est à PRIX LIBRE (pour les droits de diffusion)


CNT Stics 13 • c/o Mille Bâbords, 61, rue Consolat 13001 Marseille
Permanences le premier mardi du mois de 17h30 à 19h
et le troisième mardi du mois de 12h à 14h
07 68 48 57 08
Site CNT 13 http://www.cnt-f.org/sam/
Facebook de la CNT 13 https://www.facebook.com/cnt13/
Site de notre Confédération http://www.cnt-f.org/

Colonisation, décolonisationLa culture coloniale en France : la construction d'une idéologie

26. juin 2018 - 18:30

accueil 18 h 30
salle E18

C'est gratuit, ouvert à tous, sans inscription, pas de diplôme

Invitez vos amis !

Vous pouvez :
consulter le programme sur le site www.uppae.fr
partager les vidéos de la chaine Youtube
https://www.youtube.com/channel/UCoJUIwJtNVCFNaUxsSvZ0Dw/videos?view=0&shelf_id=0&sort=dd

Résister à la surveillance Big Data à Marseille

26. juin 2018 - 18:00

Le mardi 26 juin à Marseille, La Quadrature du Net organise un atelier autour du projet municipal de déploiement d'un outil de surveillance Big Data, annoncé fin 2017 et en cours d'expérimentation.

INSCRIPTION OBLIGATOIRE SUR CE LIEN : https://framaforms.org/atelier-resister-a-la-surveillance-big-data-a-marseille-1528708845

Le but de cet échange est de constituer des groupes de travail pérennes pour tenter de juguler les menaces que fait peser ce projet sur les libertés publiques. Militant.e.s, juristes, informaticien.ne.s, artistes, etc. sont donc invité.e.s à s'inscrire pour participer et tenter de barrer la route à la dérive orwelienne de la Smart City™ marseillaise.

Après un moment commun de présentation, les participant.e.s seront invité.e.s à constituer des groupes de travail thématiques (ex : groupe « communication » portant sur la réalisation de supports d'information tels que des affiches ou des tracts, groupe « action juridique » pour étudier l'état du droit et mobiliser des arguments juridiques contre le projet, groupe « mobilisation » pour fédérer différents groupes citoyens dans le cadre d'initatives communes). En conclusion, un moment de restitution plénière permettra de partager le fruit du travail en groupe et de décider ensemble des prochaines étapes.« »

Nous ne laisserons pas Bure devenir la nouvelle affaire Tarnac !

26. juin 2018 - 12:19

Ce mercredi 20 juin, le mouvement d'opposition au projet Cigéo à Bure a été frappé par la vague de répression la plus massive que nous ayons jamais connue en plus de 20 ans de lutte. 11 lieux militants, lieux de vie et lieux de travail ont été perquisitionnés, des portes ont été défoncées sans sommation, des militants jetés à terre et menottés, des intimités ont été violées, du matériel et des documents personnels et militants ont été embarqués. 10 personnes de notre mouvement ont été arrêtées. À l'heure où nous écrivons, plusieurs sont encore en garde à vue et nous ne savons pas si elles vont être libérées ou placées en détention.

Militant.e.s membres des associations ou sans-étiquette, investi.e.s de longue date ou ayant récemment fait le choix de s'installer sur le territoire pour y vivre : dans leur diversité, les personnes arrêtées ont en commun un fort engagement contre le projet Cigéo. Parmi elles, on compte également un avocat de la lutte, qui assistait nombre de militant.e.s. Son bureau a été perquisitionné, suite à quoi il a été arrêté : or comme l'ont rappelé 50 de ses confrères, cette arrestation porte atteinte au droit de défendre et d'être défendu. Il s'agit donc d'un acte extrêmement grave.

Les chefs d'accusation qui pèsent sur nos ami.e.s sont insensés, amalgamant pêle-mêle : association de malfaiteurs, violence en réunion, accusation d'avoir « dirigé le black block » au G20 de Hambourg… Nous savons trop bien à quoi rime ce délire : en réponse aux critiques fondées formulées à l'encontre de Cigéo, à la montée d'une exaspération légitime contre ce projet imposé, les promoteurs du projet n'ont d'autre recours que de saisir n'importe quel prétexte et instrumentaliser des faits isolés pour criminaliser les opposant.e.s. Nous voyons ici se monter sous nos yeux une nouvelle « affaire Tarnac », dont l'objectif est de détourner l'attention des risques réels du projet Cigéo, de construire de toute pièce des suspects et d'affaiblir la lutte. En s'attaquant à des personnes engagées, l'État criminalise celles et ceux qui s'organisent et tente de semer la peur et la division dans les milieux militants.

En réponse à cette construction politique et policière délirante, nous réaffirmons notre unité et notre solidarité. N'en déplaise aux promoteurs de Cigéo, notre mouvement ne se laissera pas écraser ainsi et nos associations ne plieront pas par peur d'être les prochaines sur la liste.

Nous constatons qu'il n'est pas anodin que ce coup de force survienne précisément maintenant, quelques jours après la plus grande manifestation contre Cigéo survenue à Bar-le-Duc depuis une douzaine d'années, marquant un renouveau du soutien populaire à l'opposition à ce projet qui révèle de jour en jour son infaisabilité. Alors même que des ateliers devaient avoir lieu cette semaine à Bure pour ancrer la mobilisation dans la durée. Si cette mobilisation – qui prend de l'ampleur – gêne, c'est bien que le gouvernement est aux abois ! L'État réprime aujourd'hui ce qu'il a tenté d'étouffer pendant des années.

Il n'est pas anodin non plus que la répression frappe alors que la filière nucléaire est en pleine déconfiture, les failles de Cigéo ne faisant que s'ajouter aux retards de l'EPR de Flamanville et aux difficultés économiques d'EDF, qui poursuit sa fuite en avant et refuse de fermer des réacteurs.

Enfin, cette vague répressive survient alors que le gouvernement, suite à l'expulsion du Bois Lejus et à la vague d'émotion qu'elle a suscitée, a annoncé de nombreuses « consultations » et un débat sur les déchets radioactifs à l'automne. De qui se moque-t-on ? Qui peut prétendre que les conditions du débat sont réunies, alors que des personnes fortement impliquées contre Cigéo sont jetées en garde à vue pendant des jours et blessées dans les manifestations ?

Nous ne nous laisserons pas intimider. Nous appelons toutes celles et ceux qui se reconnaissent dans cette lutte à dénoncer cette répression et à ne pas être dupes des discours du gouvernement.

Nous appelons d'ores et déjà à des rassemblements de protestation et de solidarité mercredi prochain 27 juin dans toute la France à partir de 19h pour soutenir nos ami.e.s, les modalités pratiques seront précisées au fur et à mesure.

La répression ne nous fera pas taire, nous sommes solidaires !Déchets radioactifs : ni à Bure, ni ailleurs. Ne pas enfouir, arrêter d'en produire !On ne nous atomisera jamais !

Lire sur https://manif-est.info/Nous-ne-lais...

Rassemblement devant le TGI

25. juin 2018 - 14:30

La LDH et le SAF [Syndicat des avocats de France] appellent à un rassemblement lundi 25 juin 2018 à 14h30 devant le TGI de Montpellier et partout en France.

En soutien à Me Ambroselli, placé en garde à vue mardi dernier pour « le maintien de l'ordre » et « son activité d'avocat en lien avec [une] manifestation ».
Il s'agit de l'avocat des militants antiCigeo - site d'enfouissement de déchets nucléaires.

Son ordinateur, qui contient ses dossiers et permet d'accéder à ce qui est soumis à la confidentialité entre l'avocat et celui qu'il défend, est sous scellés.
Le JLD statuera sur l'utilisation possible par le juge d'instruction des données de son ordinateurs lundi à 14h30.

Face à cette attaque grave aux droits de la défense et au droit à un procès équitable, nous appelons à ce rassemblement à l'heure où le JLD statuera.

Criminaliser l'avocat pour son activité de défense, c'est priver le justiciable de la possibilité de se défendre.

Lire le communiqué de la LDH
Opposition au projet Cigeo à Bure, une justice instrumentalisée

Dalloz actualités :
L'avocat des « anti-Bure » relâché après son audition devant le juge d'instruction

Soirée de soutien pour les proches de Morad

24. juin 2018 - 18:30

Au programme :

19h : Diffusion du documentaire "Que vaut la vie de Youssef ?" de M.Abdallah et J.Teruel
Suivi d'une bouf'débat autour des violences policières.

21h Concert Hip Hop

PAF Libre.

Fête la grève ! avec celles et ceux qui luttent... et qui vont continuer !

23. juin 2018 - 18:30

Le 23 juin 2018 à partir de 18h30, à Solidaires 13 (29, bd Longchamp - 13001 Marseille), une fête est organisée pour toutes celles et ceux qui ont mené des luttes ces derniers temps et qui vont continuer !

Facteurs/factrices, cheminot-e-s, étudiant-e-s, salarié-e-s du secteur privé, retraité-e-s... : retrouvons-nous pour reprendre des forces, échanger et partager un moment convivial et solidaire !

Au programme, après quelques prises de parole, aussi brèves que nécessaires :

Apéro

Barbecue

Musique : groupe et DJ

Et encore plus...

Donc rendez-vous toutes et tous le samedi 23 juin 2018 à partir de 18h30 à Solidaires 13 ! N'hésitez pas à faire tourner l'info !

Participation aux frais libre en vue d'alimenter les caisses de grèves.

Solidairement.

Le secrétariat de Solidaires 13

29 bd Longchamp, 13001 Marseille
04.91.91.90.53
solidaires.13 chez orange.fr
http://www.solidaires13.org/

Les Femmes et la Ville

23. juin 2018 - 16:30

L'association Ancrages propose une marche exploratoire "Les Femmes et la Ville" le samedi 23 juin à 16h30, au départ de la Place Louise Michel, à Marseille, en l'honneur de l'historienne Hélène Échinard, auteure de "Marseille au féminin : le quartier Belsunce du Moyen Âge à nos jours", 2006, paru sous la houlette de l'association Les femmes et la ville.
Le quartier de Belsunce, à Marseille, est un prisme idéal déclinant les places et fonctions des femmes au cours de l'Histoire jusqu'à nos jours. Des saintes femmes du Moyen Âge jusqu'aux Résistantes, en passant par les dames de la Halle Puget, les femmes de spectacle qui brillèrent sur la scène de l'Alcazar, sans oublier « la Quique », fleuriste haute en couleur aimée des artistes... Autant de portraits captivants et singuliers, ouvrant au marcheur les portes d'un univers féminin allant de l'humble quotidien aux grands bouleversements historiques.
Pour Ancrages, l'apport des femmes migrantes, figures des luttes anti-coloniales, artistes ou Nana Benz enrichit le paysage de l'engagement des femmes.
La participation à la marche exploratoire est à prix libre sur inscription par mail, dans la limite des places disponibles.
Vous souhaitez promouvoir la lutte contre le racisme et contre les discriminations, rejoignez-nous !
L'adhésion à l'association Ancrages comprend la participation demandée pour la consultation et le prêt au centre de documentation, la participation aux balades et ateliers pédagogiques.

ASSOCIATION ANCRAGES
Résidence la Monjarde, 42, Bd d'Annam, Bât.3 13016 Marseille
09 50 74 04 67 - communcation chez ancrages.orgmediation@ancrages.org

La Fête des cours de français

23. juin 2018 - 14:00

La bibliothèque La Retive propose le samedi 23 juin à partir de 14h, une Fête des cours de français au terme d'une année de cours pour adultes.
Des cours d'alphabétisation et de français pour adultes ont lieu chaque semaine à La Rétive. À l'issue de cette 3ème année, apprenantes, apprenants, animatrices et animateurs vous invitent à partager un après-midi animé (karaoké, chansons, impro théâtre, initiation a l'anglais, jeux pour enfants,…) puis un repas à prix libre.
L'argent récolté permettra l'achat de manuels, fournitures et le paiement des photocopies nécessaires aux cours de l'année 2018‐2019.

Bibliothèque La Rétive, 42 rue du faubourg d'Auvergne - Alès
Permanence tous les mercredis et samedis de 15 à 19 heures
laretive-at-riseup.net - https://laretive.info

Rencontre publique avec le groupe Angry Workers de Londres

23. juin 2018 - 14:00

à 14h : Discussion avec les camarades d'Angry Workers sur les enquêtes ouvrières et le journal qu'ils produisent, mis en parallèle avec ce que nous faisons/pouvons faire sur Marseille.

à 18h : Discussion sur les pratiques de solidarité entre travailleurs, avec et sans statuts.

lecamarade chez protonmail.com

La Ligue des droits de l'Homme en région PACA fête ses 120 ans

23. juin 2018 - 10:00

Le 23 juin, la Ligue des droits de l'Homme en région PACA fêtera ses 120 ans et organisera un débat inter associatif autour de la dette africaine et ses conséquences sur les migrations au K'FéQuoi de Forcalquier.

La journée commencera à 10h avec des échanges entre les acteurs impliqués dans la défense des migrants autour de Michel Rousseau du réseau « Tous Migrants » et de Suzel Prio, représentante de Roya Citoyenne.

L'après-midi, deux tables rondes :

La première au sujet de la dette des pays africains, facteur de migrations
La seconde sur la place de la LDH dans les luttes d'hier et d'aujourd'hui.
Le soir, à 20h30, le groupe Ba Cissoko occupera la scène et saluera quelques migrants venu.e.s d'Afrique. Lui-même venant de Guinée.
(Entrées 5€ au bénéfice des migrants)

 
 
 
 
DESIGN DARK ELEGANCE | PORTED FOR DRUPAL 6 | ADAPTE PAR: JEREMY BASTIDE 

Powered by Drupal, an open source content management system