la révolution sera féministe

Violences économiques / Pédocriminalité 19-02-2020

Télécharger le podcast
  1. Communique collectif: Violences conjugales: pour la prise en compte des violences économiques. Pour les services de l’Assemblée Nationale, les violences économiques ne seraient pas des violences conjugales : les organisations de défense des droits des femmes alertent le Conseil de l’Europe.
  2. L’exploitation des filles et des femmes alimente les inégalités économiques dénonce Oxfam . Les inégalités économiques échappent à tout contrôle. En 2019, les milliardaires du monde entier, c’est à dire seulement 2 153 personnes, se partageaient plus de richesses que 4,6 milliards de personnes. Ce clivage profond s’appuie sur un système économique sexiste et injuste qui valorise davantage la richesse d’une minorité privilégiée, constituée d’hommes principalement, plutôt que les milliards d’heures de travail de soin - non rémunéré ou peu rémunéré - des femmes et des filles dans le monde (La valeur monétaire du travail de soin non rémunéré assuré par les femmes âgées de 15 ans ou plus est d’au moins 10 800 milliards de dollars chaque année, soit trois fois la valeur du secteur des technologies à l’échelle mondiale). … Ce n’est pas un hasard si, sur les richesses mondiales totales, les hommes en détiennent 50 % de plus que les femmes106, car les pratiques et les politiques économiques sont partout favorables aux hommes. Dans le monde, les hommes détiennent plus de terres, d’actions et autres capitaux que les femmes. Dans de nombreux pays, la loi interdit tout simplement aux femmes de posséder de tels actifs. Ces dernières décennies, les politiques économiques néolibérales ont structuré le système économique autour de principes sexistes. Elles ont initié un nivellement vers le bas sur les salaires et les normes du travail. Les femmes sont majoritaires dans les emplois précaires et mal rémunérés, tandis que les hommes se partagent les postes plus prestigieux et mieux rémunérés… Partout dans le monde, la main-d’œuvre féminine est souvent exposée à des risques pour la santé ou victime de blessures graves et de violences sexuelles sur le lieu de travail. Ce même modèle économique néolibéral qui a débouché sur une accumulation de richesses et de pouvoir au profit d’une riche élite exploite les filles et les femmes et viole leurs droits. La persistance de ces problèmes s’explique en partie par le fait qu’aujourd’hui encore, notre monde rétribue davantage les hommes que les femmes. Sur les 149 pays étudiés dans le cadre du rapport Global Gender Gap Report 2018 du Forum économique mondial111, seuls 17 ont une femme à leur tête. En moyenne, seulement 18 % des ministres et 24 % des parlementaires à travers le monde sont des femmes. De même, les femmes occupent seulement 34 % des postes à responsabilité dans les pays où des données sont disponibles112. Autrement dit, là où les hommes ont la possibilité de façonner les pratiques et les politiques pour servir leurs propres intérêts, les femmes sont souvent totalement exclues du processus décisionnel ou privées de l’opportunité de demander des comptes aux décideurs. Une forte charge de travail de soin est un facteur de taille limitant la participation des filles et des femmes dans la vie sociale, économique et politique. Par exemple, en Bolivie 42 % des femmes déclarent que le travail de soin est le principal obstacle à leur participation politique113. Il est impératif de corriger les inégalités dans la prise en charge du travail de soin pour pouvoir lutter contre les inégalités économiques et tendre vers la justice sociale…
  3. Pédocriminalité : un autre regard après me-too ?
  • POLANSKI : lettre ouverte aux professionnel·les du cinéma votant pour les César  « 12 nominations aux Césars pour le film J'accuse de Roman Polanski. 12, comme le nombre de femmes qui l'accusent de viols pédocriminels. Les associations et personnalités féministes seront là le 28 février 2020 à la cérémonie des Césars pour appeler à dire NON à la célébration d'un violeur qui silencie les victimes.
  • Matzneff dénoncé, un autre regard sur la pédocriminalité: Ceux qui détenaient les clés de la parole publique dans les médias voulaient écrire une gentille histoire de libertinage, pas la sombre histoire de pédocriminalité décrite dans Le Consentement.: « Depuis tant d’années, mes rêves sont peuplés de meurtres et de vengeance. Jusqu’au jour où la solution se présente enfin, là, sous mes yeux, comme une évidence : prendre le chasseur à son propre piège, l’enfermer dans un livre » écrit Vanessa Springora  en préambule de son livre.
  • JP Rosenberg juge, ancien président du Tribunal pour enfants de Bobigny et auteur de "Rendre justice aux enfants" (Editions du Seuil) “ce qui me choque c’est qu’en 2018 nous n’ayons pas étés capables de voter une loi simple et claire venant dire toute personne adulte qui a une relation sexuelle avec un enfant est un criminel il fallait quitter le terrain du consentement et dire touche pas a l’enfant , cette loi n’a pas été votée !!
Tous les podcasts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *