Skip to content

la révolution sera féministe

La révolution sera féministe 13-10-21

Télécharger le podcast

avec pour invitée Geneviève Couraud ancienne présidente de l' Assemblée des Femmes présidente d'honneur d ECVF - Elu.e.s Contre les Violences faites aux Femmes . Elle nous expliquera notamment ce qui l'a amenée à rencontrer Shoukria Haidar et son combat NEGAR, soutien aux femmes d'Afghanistan (1) dont elle est devenue secrétaire. 

En 2ème partie, je rendrai femmage à Marie Paule Grossetete militante féministe universaliste et abolitionniste a l'action nationale et internationale, Marie-Paule était aussi sur le terrain, à Marseille et dans les Bouches-du-Rhône, le moteur et le lien de nos mobilisations féministes collectives. "Toi qui disais “vive les femmes”. Vive les femmes qui parlent, qui osent, qui rêvent, qui vibrent... Tu incarnais tout cela. Avec élégance et constance. Aujourd’hui, la meilleure femmage que nous puissions toutes te faire est de continuer le combat, suivre ton exemple et nous battre avec sagesse, mesure et courage pour chaque fille et pour chaque femme. Il est de notre responsabilité que tu restes dans l’Histoire”

(1) Shoukria Haidar est présidente de Negar. Après avoir fui l’Afghanistan suite à l’invasion soviétique, Shoukria se réfugie en France en 1980. Elle est naturalisée française en 1996. Elle a toujours gardé des liens avec son pays d’origine où elle est retournée pour la première fois en 1995. Elle y constate la grande détresse du pays et, en passant au Pakistan pour rentrer en France, elle entend parler pour la première fois des Talibans et de leurs liens avec les Services secrets pakistanais (ISI). A la prise de Kaboul par les Talibans en 1996, elle veut dénoncer les exactions de ces milices et créé, avec Chantal Véron, l’association Negar-Soutien aux Femmes d’Afghanistan. Dès lors, Shoukria organise des classes clandestines à Kaboul sous le régime taliban, et d’innombrables conférences, meetings ou manifestations dans toute la France, en Europe et aux Etat-Unis, pour expliquer au monde la réalité de ce régime coupable de crimes contre l’humanité, et en particulier de la négation des droits des femmes. En 1999, Shoukria se rend dans les régions du nord de l’Afghanistan où la résistance, fédérée autour du Commandant Massoud, se bat contre les Talibans. Fin juin 2000, elle organise la première conférence des femmes afghanes à Douchanbe (Tadjikistan), soutenue par le collectif « Femmes en Marche pour l’Afghanistan ». De cet évènement nait "La charte des droits fondamentaux de la femme afghane", rédigée par les Afghanes en exil, présentes à la conférence. Une délégation se rend dans la vallée du Panshir pour y rencontrer Massoud, qui signe la charte. L'été 2001, elle retourne dans les régions résistantes du nord témoigner de la solidarité des mouvements de femmes à travers le monde. Fin 2001, après la chute des Talibans, elle prend contact avec le gouvernement intérimaire à Kaboul, et en 2002, elle organise la seconde édition des Femmes en Marche pour l’Afghanistan, dans la capitale libérée. Le combat de Shoukria continue depuis avec la mobilisation des femmes dans les différentes provinces, l’inscription de l’égalité des droits entre les hommes et les femmes dans la nouvelle constitution afghane, et en parallèle le soutien au sport féminin, à la petite enfance et à l'accès à l'éducation pour les filles.

Tous les podcasts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to top